Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 31 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 15 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 25 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 23 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Chroniques | Repères, par le Professeur Mustapha CHERIF |

LES DÉSASTRES DE NOTRE TEMPS

Le monde musulman interpellé

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Ce monde est appelé à se disloquer, si rien n´est fait de manière conséquente.

Le monde musulman célèbre El Mouloud Enabaoui Echarif. Pourtant, aujourd´hui nous sommes si peu à la hauteur de ce que le Prophète (QSSSL) nous a légué. Le message coranique et la Sunna sont venus pour nous responsabiliser et nous appeler à la vigilance, alors que c´est la fuite en avant, la religion refuge et l´irrationnel ou l´imitation d´une rationalité instrumentale calculante qui dominent. La situation dans le monde musulman est préoccupante. Ce monde est appelé à se disloquer, si rien n´est fait de manière conséquente. Il nous faut prendre conscience de cette tragique situation et ne pas nous leurrer. Pourtant, nous sommes une communauté marquée par un sens incomparable de la vie, encore perceptible, et nous disposons d´atouts et de potentialités sans pareils pour reprendre confiance et participer à un monde nouveau. Les réunions de la Ligue arabe ou de l´OCI ne sont que mirages, malgré les efforts de certains, comme l´Algérie, pour essayer de réformer statuts, méthodes et programmes d´action. La situation, sauf exception, se caractérise par les deux traits suivants: absence de démocratie interne et internationale et absence de projet de société cohérent. Les extrémistes occupent le terrain, ceux qui appellent à passer à l´Ouest, modèle malade, et à la dépersonnalisation; et ceux qui s´enferment dans le passéisme et les interprétations obscurantistes. Les ingérences extérieures que certains risquent d´appeler de leurs voeux, faute d´alternative, profitent des faiblesses internes.
Sur le plan géopolitique, l´échec programmé du "grand dessein" initié par l´administration Bush, lancé en 2004 et avalisé par le G8 qui s´est réuni à Sea Island, était de faire du monde musulman, du Pakistan au Maroc, le Broader Middle East and North Africa, une soi-disante zone de paix et de prospérité. Ce projet va ressortir sous d´autres formes, malgré les échecs répétés et les désastres. Dépendances alimentaire, sanitaire, technologique, autoritarismes, extrémismes, le monde arabe, dans les années à venir, risque d´être en proie à des convulsions. Le désastre est celui de la plupart des régimes arabes, et celui des agressions: désastre irakien, désastre afghan, désastre de la guerre au Liban, la politique assassine d´Israël et le désastre palestinien, déni de démocratie, diabolisation de la résistance, sous l´oeil complice de la première puissance. Le matraquage et la simplification médiatique et guerrière des discours produisent artificiellement une régression intellectuelle et politique de la capacité de riposte des peuples à la barbarie en cours et, à la domestication.
L´occupation injuste de l´Irak devait permettre, selon la propagande américaine, la mise en place d´un système politique fondé sur la démocratie et la libre entreprise, qui serait une référence pour les pays arabes. Le fiasco irakien a transformé cette illusion en cauchemar. Pour les Etats-Unis, le problème est maintenant de trouver un scénario de sortie de crise qui leur permette de se retirer. Après le refus de suivre les recommandations du rapport Baker-Hamilton, un tel scénario ne se dégage pas encore. Il faudra attendre les résultats des élections américaines de fin 2008. Aucune Union avec le Nord, ou réel partenariat ne pourront avoir lieu sans une décolonisation des esprits, l´acceptation de débats de fond vu les impasses de notre époque: le règlement du problème palestinien, et la mise en place des pratiques de la bonne gouvernance dans nos sociétés et pour un autre type de développement que celui choisi comme option civilisationnelle par l´Occident et dont la faillite est nettement perceptible, par-delà un certain nombre d´acquis.
Certains inauthentiques musulmans, une infime minorité d´égarés qui fait du bruit, et ses actions sont amplifiées, font souffrir d´autres, par réaction et par manipulation. Cependant, si rien ne peut justifier la violence aveugle, la cause est le chaos mondial. Les pays musulmans subissent trois fois plus que tous les autres. Une première fois comme tous les autres peuples, vu l´épuisement du modèle dominant. Une deuxième fois à cause de la politique cynique du deux poids, deux mesures. Et une troisième fois à cause des archaïsmes internes. Ce chaos est dominant non pas seulement parce qu´il n´y aurait plus d´inégalités, plus de gens malheureux, d´angoisses, de violences, d´insurrections, de coup d´Etat, de dictateurs, d´attentats, de conflits, qu´auparavant, plus que durant la Guerre froide, par exemple, ni parce que le modèle "occidental" est en train lentement et sûrement de s´effronder, tout en se mondialisant. Il y a aggravation du chaos mondial par le fait aussi que pour faire diversion à cet effondrement, aux échecs et impasses, l´on cherche un bouc émissaire. Une région clef, une civilisation singulière, sa religion et ses références, région qui fait dissidence, mais faible politiquement et nantie énergétiquement, est visée. Dans ce contexte, il y a dopage de la violence et absence de distinction claire entre la guerre et la paix - entre amis et alliés, et absence de consensus sur ce qu´est la guerre elle-même et le droit à la résistance.

Un monde de mensonges


Entre la chute du mur de Berlin, les attentats du 11 septembre 2001 et l´occupation de l´Irak, le monde a brutalement accéléré une régression du droit et une crise du savoir. La loi du plus fort en vigueur depuis la nuit des temps, s´est imposée comme la seule logique, alors que la modernité est sensée donner la primauté au droit. De plus, la méthode classique est de diviser le monde arabe, pour régner à son détriment. Les réactions aveugles servent ces funestes desseins; et même certains "intellectuels" ou dignitaires religieux, qui prétendent défendre les musulmans, participent à la confusion en instrumentalisant la religion. Nous manquons cruellement de penseurs et d´éclaireurs, humbles et intrépides à la fois, en relation avec le peuple profond, pour expliquer qu´il y a lieu de réinventer une nouvelle manière de faire de la politique et de bâtir une société, sans imaginer ou prétendre tout régler. Tout n´est pas politique, comme tout n´est pas religieux. La désorientation est forte, les frontières sont bafouées, la violence sociale, le désespoir et la criminalité évoluent sous des formes imprévisibles et malignes. L´amalgame bat son plein contre les musulmans, parce qu´ils résistent, sont assimilés à des dégénérés et les discriminations et manipulations se multiplient. Une guerre psychologique et multiforme est menée contre le monde arabe par certains des siens et par des étrangers. Comment penser les menaces nouvelles, et les graves incertitudes? Comment analyser? A quoi faut-il que le monde musulman se prépare pour pouvoir affronter les dangers de la crise mondiale du droit, du sens et du vivre ensemble, et faire face en plus à ceux qui visent sa nouvelle colonisation et son morcellement, comme pour faire taire un témoin gênant? Les bantoustans palestiniens, et ce qui se passe à Baghdad, à Ghaza, sont les prémices de ce qui peut atteindre les pays musulmans s´ils restent enfermés dans leurs dénonciations, ou pire dans leurs chimères. "Perdez toute espérance", voilà ce que veulent imposer ceux qui cherchent à dominer le monde, alors qu´ils sont déjà en déclin. Voilà pourquoi, ils refusent le dialogue et les offres de paix.
Le choc des civilisations est imposé par les forces qui dominent le monde, tout comme le nazisme avait visé en particulier le judaïsme et le christianisme; aujourd´hui le libéralo-fascisme vise l´Islam. Discours de propagande, il procède d´une attitude raciste, basée sur des contrevérités, au plan historique, comme au plan philosophique et théologique. Ce discours prétend décrire des situations culturelles ou géopolitiques complexes, mais ne s´intéresse aux événements que d´un point de vue extérieur. Schématisant à un degré extrême l´évolution des ensembles, en particulier l´Islam, il occulte les vraies questions et ignore les causes politiques et économiques des problèmes. Ce discours se fonde sur une hypothèse erronée qui vise consciemment, d´une part, à masquer les vrais problèmes et, d´autre part, à inventer après la chute du mur de Berlin et la fin de la bipolarisation, un nouvel ennemi, pour jouer le rôle de l´épouvantail indispensable au "Nouvel ordre mondial" qui cherche à imposer sa vision chaotique par la guerre. Nous vivons dans un monde de mensonges, d´affirmations massives, lourdes, intrusives de plus en plus totalisantes. Derrière le prétendu "ordre" se cache un système idéologique précis, un nihilisme. Au vu de la tentative folle de mettre en oeuvre une sorte de "solution finale", répression féroce du peuple palestinien, des politiciens israéliens ne parlent-ils pas de holocauste et de "terminer le travail", dans un huis clos infernal? Les punitions collectives des citoyens de la bande de Ghaza, et les crimes de guerre, en violation du droit international et humanitaire, sont significatives. L´immense majorité des Arabes aujourd´hui a le sentiment que le dialogue est impossible. En effet, le but recherché est la liquidation de la résistance palestinienne: mais la résistance, c´est tout le peuple palestinien et derrière lui, les peuples arabes, et, derrière eux, les êtres humains de bonne volonté. La solidarité n´est ni subjective ni communautaire: deux fois fondée, au nom du droit et de la justice, et au nom de l´impératif de survie. Face aux nouvelles formes de menace, nous sommes tous des Palestiniens, en sursis. Mais il est important de souligner qu´il y a lieu de ne pas créer un problème judéo-arabe; au contraire, l´avenir du monde dépend en partie de la qualité des discernements. Il faut oeuvrer pour l´amitié avec "les gens du livre", d´elle dépend l´avenir du monde, d´autant que nombre d´intellectuels juifs, chrétiens et humanistes s´opposent de l´intérieur au système inique.

Les amalgames: la politique du pire


Les faits parlent d´eux-mêmes. Il existe une injustice béante: nous vivons une époque sombre, marquée par le non-droit. L´islamophobie, le racisme anti-arabe, antimusulman, et l´extrémisme réactionnel interne, tout comme hier l´antisémitisme et la judéophobie, ont des conséquences catastrophiques pour la paix dans le monde. Les amalgames entre l´islamisme et l´Islam, entre le terrorisme et la légitime résistance; voilà la politique du pire. La culture de la désinformation, de la peur et de la répression, de l´incitation à la haine, sous prétexte de liberté d´expression, prenant prétexte des réactions aveugles et désespérées d´inauthentiques musulmans, ne règle rien; au contraire! Parce qu´elle se paralyse sous les chantages des lobbies et au vu du souvenir coupable de la Seconde Guerre mondiale, et qu´elle refuse à prendre en compte les dimensions du problème; la politique complice de désinformation dans les dites "démocraties" occidentales fragilise leur situation et reste hémiplégique, car elle se rabat sur le dernier langage disponible: le langage des amalgames et de la stigmatisation. Antisémitisme d´hier et islamophobie d´aujourd´hui sont liés.
De plus, les contradictions de fond du monde moderne, se basent sur trois dimensions préoccupantes: premièrement la mondialisation du capitalisme sauvage, qui crée des richesses, mais le fait en opposition flagrante avec les principes de la solidarité et de la justice sociale, qui ne sont pas ses objectifs; deuxièmement, le savoir dominant, celui de la technicité, assure des formes d´efficacité, mais en opposition avec le sens et les possibilités d´une pensée attachée à la morale; troisièmement, une vision unilatérale du monde unifié, mais en opposition avec le droit à la différence, à la souveraineté et à l´hétérogénéité des sociétés. Ces trois contradictions aboutissent à la mondialisation des inégalités et de l´insécurité, à la déshumanisation sur le plan éthique, à la pauvreté sur le plan économique et à une remise en cause de ce qui fonde l´existence, c´est-à-dire la liberté et le sens, tels que vécus depuis des siècles. Ce contexte complexe, de crise de la modernité et du droit, et la politique du deux poids, deux mesures exercée contre le monde musulman pour faire diversion, sont les grands défis de notre histoire, plus graves que la sortie de l´Andalousie en 1492. Le monde musulman peut contribuer à la recherche d´une nouvelle civilisation, il a le droit à la dissidence constructive. Inutile de se cacher derrière le plus d´un milliard de "croyants", la quantité à elle seule n´est pas un élément décisif. La dimension politique au sens noble et une réévaluation réfléchie du monde sont déterminantes. Redonner confiance et remettre les citoyens au travail, grâce au fait de responsabiliser, d´éduquer, et de s´allier avec ceux qui dans le monde sont conscients des folies de notre époque, sera la voie, longue, mais salutaire. Il n´est pas trop tard.

(*) Professeur des Universités
www.mustapha-cherif.com

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha