Ce n’est pas demain la veille!

Enfin revoilà la belle saison des programmes nouveaux. Les chaînes vont enfin nous offrir les nouvelles fleurs qu´elles ont préparées durant l´été. Il n´y a pas de nouveau concept mais il y a de nouvelles têtes. Pas la peine d´aller chercher du nouveau du côté de TF1. Dans Il y a que la vérité qui compte, ce sont toujours les mêmes cas qui se présentent : des gens séparés par la vie qui cherchent à se revoir par la magie de la télévision. Cela ne se termine toujours pas bien, mais cela fait passer le temps et cela permet à la chaîne de Bouygues de placer ses pubs.
C´est du côté de la télévision publique française qu´il faut chercher les débats intéressants. Pour marquer la rentrée et la fin en apothéose des jeux Olympiques d´Athènes, C dans l´air nous a livré un débat fort intéressant sur la prouesse d´une petite République laïque, tout juste peuplée de dix millions d´habitants, qui a fait des efforts gigantesques pour réaliser ce que de grandes nations n´ont pas pu réaliser. Le coût final des Jeux s´est soldé à dix milliards d´euros, ce qui revient à mille euros par tête de Grec. La lumière a été surtout dirigée sur le volet sécuritaire qui est revenu à plus d´un dixième du coût total. On apprend aussi que ce sont les droits de retransmission de télé (750.000.000 d´euros) qui amortissent le prix de revient, sans oublier bien sûr les sponsors qui ont la priorité de vendre leurs produits dans l´enceinte des Jeux et de bénéficier, juste retour des choses, d´une publicité planétaire pour leurs produits. C´est évidemment la télévision américaine NBC qui s´est adjugée les droits de transmission et qui a imposé sa loi sur les espaces des Jeux. Pas plus de deux minutes d´interview sur les courts!
Le tourisme a aussi augmenté substantiellement dans un pays historiquement et naturellement touristique.
Cependant, une remarque s´impose, le peuple grec est le grand absent des Jeux. Il ne s´est manifesté bruyamment que quand un athlète grec a été disqualifié pour dopage.
D´ailleurs, la grande victoire du CIO a été d´éliminer 24 athlètes convaincus de dopage.
A la lumière de ce débat, on s´aperçoit, malgré l´optimisme béat qui nous habite, que ce n´est pas ce siècle que l´Algérie organisera des JO.