Accueil |Culture |

LA STAR MAROCAINE AURAIT DEMANDÉ 45.000 EUROS ET 50% DES RECETTES

Debbouze veut casser le Festival d'Alger

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Debbouze veut casser le Festival d'Alger

Il donnera deux représentations à Oran et à Alger, deux jours avant le démarrage du Festival du rire d'Alger.

Depuis quelques jours, la venue en Algérie du célèbre comique franco-marocain Jamel Debbouze, a provoqué un tollé en Algérie et plus particulièrement sur les réseaux sociaux, notamment pour son soutien à Israël. En réalité, le comique marocain est venu en Algérie pour casser un autre spectacle du rire qui risque à l'avenir de lui faire de l'ombre: la première édition d'«Alger rire», organisé par Broshingevents dirigé par des jeunes Algériens, qui aura lieu entre le 30 avril et le 3 mai prochains. Cet événement à 100% algérien qui regroupe plusieurs anciennes stars algériennes du Jamel Comedy Club, comme Nawel Madani, Abdelkader Secteur et Wahid et conduites par des stars franco-algériennes comme Ramzy et Smain constitue une sérieuse menace à un gigantesque festival marocain très célèbre: le «Marrakech du rire», qui est diffusé chaque année par M6 et qui est soutenu par le prince Rachid, frère du roi Mohammed VI. C'est le plus gros business organisé par Debbouze au Maroc et le festival d'Alger risque de lui voler la vedette surtout qu'il est filmé par TV5. Dès l'annonce de l'organisation de ce spectacle, Jamel Debbouze, très en colère notamment contre ses ex-comiques du Jamel Comedy Club, a envoyé des sms à un des organisateurs algériens de l'événement «Alger rire», en lui disant «arrête de contacter les artistes pour tes conneries, c'est la dernière fois que je te le dis». Ce sms fait suite à un appel des organisateurs algériens à Malik Bentalha, un Maroco-Algérien qui est bloqué par contrat avec Debjam (Société des Frères Debbouze) jusqu'en juin 2013, et qui aurait aimé venir participer au spectacle algérien. Pour casser cet événement algérien, Jamel Debbouze, qui avait un visa algérien pour le tournage d'un film en Algérie avec le réalisateur Mohamed Hamidi, a décidé de venir et d'organiser deux spectacles, l'un à Oran l'autre à Alger, pour justement casser l'événement des Algériens et surtout leur prouver qu'il est le roi du rire dans le Maghreb et surtout sur leur terre en Algérie et que même si les Algériens ont Secteur, Ramzy et Smain, ils ne pourront pas rivaliser avec Debbouze. Et pourtant, pour obtenir son visa algérien, on lui a bien spécifié qu'il n'avait pas le droit de travailler ou d'organiser des spectacles. Pour être le roi du rire en Algérie, Debbouze a donc bénéficié du soutien et de la participation de certains complices algériens.
Le spectacle de Debbouze est organisé par une agence française (Chaos prod, l'ex agence de Karim, manager de Abdelkader Secteur, qui a rompu avec Debbouze) et Think Box, une boite algérienne dirigée par Arslan Boutmem, qui avait produit notamment la version algérienne de «Caméra café» pour la chaîne El Djazaïria TV. Think Box avait besoin de soutenir ce spectacle de Debbouze en échange d'un soutien de celui-ci auprès de M6 pour obtenir certains concepts de productions qui seront revendus ensuite à des chaînes algériennes pour le Ramadhan prochain. Cette agence n'a même pas de licence de promoteur de spectacles délivrée par le ministère de la Culture qui l'autorise à organiser le spectacle de Jamel Debbouze.
La star franco-marocaine organise ses deux spectacles, deux jours avant l'événement algérien, pour cacher l'événement algérien médiatiquement. Il sera accompagné par ces deux principaux managers: son frère Karim Debbouze et un Français de confession juive, Raphael Bennaroch. Debbouze qui se croit chez lui en Algérie, aurait demandé un cachet de 45.000 euros.
La société des Frères Debbouze, Deb Jam exige elle aussi 50% des ventes de tickets et surtout 50% de la participation des sponsors: Tango, Winston, Aigle Azur et Hilton. C'est pour cette raison que les organisateurs, dépassés par les caprices de Debbouze ont décidé de faire monter le prix du billet à 5000 DA, pour pouvoir payer l'artiste et surtout bénéficier d'un retour d'investissement.
Le comique marocain a tenu surtout à organiser son spectacle en Algérie pour surtout éviter le fisc français qui taxe à 75% toutes les recettes des artistes français. Thomas Njijol a été le premier comique du Jamel Comedy Club à dénoncer Debbouze sur le plateau du Grand Journal de Canal+ en disant: «Jamel c'est un Arabe qui fait bosser des Noirs pour faire rire des Blancs.» Depuis, le Jamel Comedy Club se vide et plusieurs artistes ont déjà quitté son spectacle de stand-up parisien: Fabrice Eboué, Amelle Chahbi, Noom Diawara, Yacine, Blanche, Dédo, Wahid, Nawell Madani et Abdelkader Secteur. Ce dernier s'est séparé de Debbouze en décembre 2011 et a rejoint le Festival du rire d'Alger, qui fait tant trembler le comique de Marrakech.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (1)

27/04/2013 10:46:14
HALTE AU GRAND GASPILLAGE DE L'ARGENT PUBLIC ISSU A 100% DU CONTRIBUABLE ALGERIEN POUR ASSOUVIR LES DESSEINS DES JUIFS FRANCO.ARABO
-2
total :1| Affiché :1 - 1

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha