Prévisions pour le 15 Novembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 23 °C
32
 Laghouat Min 9 °C Max 15 °C
28
 Batna Min 5 °C Max 17 °C
30
 Biskra Min 16 °C Max 23 °C
23
 Tamanrasset Min 12 °C Max 25 °C
30
 Tlemcen Min 8 °C Max 15 °C
30
 Alger Min 13 °C Max 20 °C
30
 Saïda Min 9 °C Max 16 °C
30
 Annaba Min 12 °C Max 20 °C
28
 Mascara Min 10 °C Max 17 °C
39
 Ouargla Min 15 °C Max 26 °C
32
 Oran Min 12 °C Max 21 °C
39
 Illizi Min 13 °C Max 30 °C
32
 Tindouf Min 12 °C Max 22 °C
32
 Khenchela Min 6 °C Max 16 °C
30
 Mila Min 10 °C Max 20 °C
12
 Ghardaïa Min 11 °C Max 19 °C
32
Accueil |Culture |

RYM HAKIKI EN MARGE DE SON SPECTACLE À ORAN

"Je suis fan de Matoub Lounès"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
«Je chante l'amour, j'aime les chansons d'amour»«Je chante l'amour, j'aime les chansons d'amour»

«Je suis fan de plusieurs chanteurs comme Idir, le défunt Matoub Lounès, Ait Menguellet», a-t-elle indiqué.

«J'aimerais bien chanter en kabyle...mais», a affirmé la chanteuse du hawzi, Rym Hakiki, en marge du spectacle qu'elle a donné jeudi soir dans la salle de cinéma Le Maghreb, ex-Régent, dans le chef-lieu de la wilaya d'Oran.
Rym Hakiki a, à travers un tel aveu démontré le niveau du respect et d'admiration qu'elle voue au chant kabyle tout en soutenant que le chant et les chanteurs d'expression amazighe lui inspirent beaucoup de belles choses, notamment en ce qui concerne la richesse de la culture-artistique algérienne. Rym Hakiki est, en fait, une star qui rend hommage à ses homologues, des stars de la chanson d'expression amazighe. S'exprimant en exclusivité à L'Expression elle n'a pas dissimulé le lyrisme et le respect sans borne qu'elle porte à la quasi-totalité des chanteurs kabyles. «Je suis fan de plusieurs chanteurs comme Idir, le défunt Matoub Lounès, Ait Menguellet, Mohamed Allaoua, Rabah Asma, Hassiba Amrouche», a-t-elle indiqué. Pour la chanteuse, la musique est un art à perfectionner en le composant.
Idem pour le chant en le fredonnant. Là aussi, Rym Hakiki, au contact de la musique dès son jeune âge, n'en revient pas dans ses dires en soutenant que le chant et la musique sont cette habileté et ce talent à parfaire en l'accomplissant, d'autant que l'artiste est en contact permanent avec les populations, aussi bien sur scène que dans sa vie quotidienne. C'est d'ailleurs un tel critère qui attire la chanteuse tlémcénienne vers le chant et les chanteurs d'expression amazighe de la Kabylie. Elle dira que «tout ce qui compose la chanson kabyle m'attire». Car, a-t-elle expliqué «il faut un peu de tout pour faire une belle musique dont les arrangements, les textes, la voix, le savoir chanter». «Mais ce que j'aime le plus dans la chanson kabyle c'est le rythme», a-t-elle affirmé, avant d'évoquer la chanson engagée pour laquelle elle dira avoir pris ses distances, elle qui a affirmé auparavant être fan du célèbre chantre Matoub Lounès. Aimant écouter les chansons de Matoub, Rym Hakiki ne se voit aucunement dans le cas du Rebelle et son chant dominé par le verbe à la fois engagé et furibond. La chanteuse ne croit pas à ce qu'elle a qualifié de «la chanson politique». «Je ne fais pas de politique dans mon chant», a-t-elle affirmé expliquant que «je chante l'amour, j'aime les chansons d'amour». Rym Hakiki ne voit rien de mal de se voir critiquée, y compris pour la campagne de dénigrement dont elle a fait l'objet en 2014 lorsqu'elle a pris part dans la chorale artistique ayant fait campagne appelant les populations à voter dans la présidentielle d'alors. «Chacun est libre de s'exprimer et d'exprimer ce qu'il pense», a-t-elle souligné. L'artiste se prépare activement à enrichir son CV en commercialisant dans un mois un coffret de cinq albums comprenant trois chansons du type madih et deux autres de hawzi. Le spectacle de jeudi soir malgré le peu d'engouement de spectateurs, Rym Hakiki, n'a pas lâché son beau sourire tout en chatouillant le luth qu'elle caressait avec le médiator (richa).
Elle a scindé son show en deux parties, toutes les deux constituées de madih. Dans la première phase, elle a fredonné le célèbre «Ya Ouassaâ El Makhazen», «Koul menour nour El Hachemi kmal». Idem pour la deuxième phase en la consacrant aux éloges au prophète (Qsssl). Rym Hakiki, n'est pas méconnue, aussi bien en Algerie qu'à l'étranger. Elle est star de la jeunesse algérienne, nouvelle princesse de la musique arabo-andalouse et du hawzi. Son long parcours d'artiste et son abnégation lui ont valu un tel titre. A huit ans, elle rejoint l'école musicale Nassim El Andalous d'Oran. Chanson populaire, musique andalouse et hawzi, c'est avec un répertoire étendu qu'elle sort dès l'âge de 16 ans son premier album de «Ya Ould Nass» ainsi que «Mal hbibi malou» et «Khayef chemissa». Ces succès qui ont fait renaître la musique algérienne et ont démontré les talents d'un artiste prodigieux. Désormais, connue et reconnue par son charisme et son talent de vocaliste, elle enchaîne l'enregistrement de 10 albums.
Le plus célèbre est sans doute l'album de la consécration, «Sabra» vendu à plus d'un million d'exemplaires. Aujourd'hui, surnommée la nouvelle merveille de la chanson andalouse, Rym Hakiki est la pionnière d'un nouvel air musical et d'un valeureux héritage traditionnel, avec sa voix dégageant chaleur et douceur à la fois, elle incarne la culture algérienne à travers le monde, et de son souffle contemporain, attise passionnément les braises de la tradition.
A la faveur de cette nouvelle génération de jeunes chanteurs faisant des percées fulgurantes dans le chant andalou, le champ artistique risque-t-il de se rétrécir autour de Rym Hakiki en perdant du terrain notamment en ce qui concerne l'audimat? Rien ne s'est encore dessiné malgré l'émergence rapide de Meriem Benallal et Leila Borsali. Auparavant, ce fut Amar Belkhodja qui n'a pas laissé les présents sur leur soif.
Authentique produit de l'école, spécialisé dans l'apprentissage du chant El Gharnati dans la wilaya de Tlemcen, Amar Belkhodja n'a pas «dégammé», ni «détonné» ni encore moins faussé la route à son orchestre l'accompagnant en envoûtant les spectateurs par sa belle voix, tout en leur proposant du hawzi, du riche patrimoine chant judéo-arabe de Luc Charki avant de boucler son spectacle en se livrant lyriquement dans le chant liturgique andalou.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha