Accueil |Culture |

LA BELGIQUE ET LE CANADA AU FIBDA 2017

Des échanges entre des bédéistes nationaux et étrangers

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Des échanges entre des bédéistes nationaux et étrangers

Comme ce fut déjà le cas en 2011, François Schuiten scénographe et auteur (dessinateur belge de nombreux ouvrages) est invité à rencontrer des bédéistes algériens dans un atelier d'échange et de partage prévu à cet effet.

Cela fait des années que la Délégation Wallonie-Bruxelles soutient le Festival international de la bande dessinée d'Alger (Fibda). Pour marquer son dixième anniversaire, Wallonie-Bruxelles international et la Région Bruxelles-Capitale joignent leurs efforts en invitant des dessinateurs et auteurs belges de renommée internationale en vue d'animer le festival et rencontrer les professionnels de la création ainsi que le très large public algérien et méditerranéen mobilisé autour de l'univers de la bande dessinée. Pas moins de sept rendez-vous belges de la bande dessinée figurent au programme. On citera François Schuiten, scénographe et auteur - dessinateur de nombreux ouvrages, dont les célèbres «Cités obscures», qui animera deux conférences illustrées: «Dessiner un musée du train» et «Maison Autrique: une maison au service de la création BD». Comme ce fut déjà le cas en 2011, François Schuiten est invité à rencontrer des bédéistes algériens dans un atelier d'échange et de partage prévu à cet effet.
Le festival exposera une partie des oeuvres de Schuiten. En clôture de son intervention marathonienne étalée sur toute la journée du 6 octobre,
F. Schuiten participera, pour la première fois en Algérie, à un concert dessiné intitulé «improvisation dessinée». Etienne Schréder est également présent au Fibda pour la dixième année consécutive. Cette année encore, il a la charge d'animer des ateliers de bande dessinée avec la complicité d'invités cubains et belge, à savoir Rémi Desmots, Lysbeth Daumont et Montos.
Les «ateliers Kronikas» s'adresseront aux professionnels de la BD algériennes et auront pour objectif d'aboutir à la création de Kronikas 2. Pour rappel, «Kronikas, l'Inventaire imaginaire» est une nouvelle publication présentée à cette 10e édition, réunissant des planches de bédéistes et illustrateurs belges et Cubains et algériens. Myriam Zeggat, Bouchra Benmeziane et Anis Megharia s'associent dans cet album à des bédéistes de renom à l'image des Belges Jean-Marc Dubois et Thierry Mondelaers et les Cubains Ermitis Blanco, Izquierdo et Sulian Linares Ramos qui ont donné naissance à cet ouvrage publié récemment en Algérie aux éditions Dalimen. L'«Kronikas, l'Inventaire imaginaire» met en valeur le patrimoine des villes d'Alger, Bruxelles et La Havane à travers des illustrations et des bandes dessinées. Suite au succès de Kronikas 1, Etienne Schréder propose en effet de renouveler l'initiative pour dessiner les architectures et atmosphères d'Alger, de Bruxelles et de La Havane avec des bédéistes de ces trois capitales.
L'exposition «Kronikas, l'inventaire imaginaire» est présentée au Fibda tout au long du festival, à l'Esplanade de Riad El Feth. Outre la Belgique présente avec des ateliers mais aussi des conférences et expos, le canada est quant à lui présent cette année avec «L'arbre idyllique» un atelier de bande dessinée sur l'environnement...
L'atelier est animé par le bédéiste canadien Simon Dupuis. Pour ce faire, un immense rouleau de papier est déployé à la verticale. Sur ce genre de papyrus, il y aura déjà un arbre énorme qui y sera dessiné (l'arbre idyllique) symbolisant l'enracinement à la Terre, notre environnement à tous malgré les frontières des pays et continents. Puis, à la manière d'une dictée trouée, quelques vignettes de BD seront déjà parsemées çà et là pour initier la démarche.
Les participants sont donc invités à imaginer les autres cases en lien avec cette thématique. Pour les écoliers, ils pourront dessiner sur des formats de feuille de papier A4 qu'on pourra ensuite amalgamer au rouleau de papier. Pour les plus expérimentés, ils pourront dessiner directement sur la fresque...le débutant pourra aussi colorer un ciel ou ajouter un animal!Le papyrus de «l'arbre idyllique» est vu et exposé pendant la durée du festival (puisqu'il s'agit d'un «work in progress») mais il pourra également être transporté dans les écoles et associations dont les groupes voudraient entrer dans la danse en continuant la BD amorcée. Simon Dupuis anime également trois ateliers au profit d'associations qui oeuvrent pour la préservation de l'environnement et aussi d'enfants autistes de Constantine. Simon Dupuis est en fait un dessinateur de bande dessinée, illustrateur et peintre canadien. Il a également travaillé plusieurs années dans le dessin animé traditionnel. Il a publié sa bande dessinée «Don't start the revolution with out smiling Stan Lee» en 1991, et il est illustrateur de «La Nuit des masques»(2008), et «Le Masque de chair» (2008). Simon Dupuis est impliqué dans l'association de caricaturistes 1001 Visages, Que de bons programmes en somme mais qui déstabilisent le public n'étant pas vraiment au fait de ce programme bien divers, riche et qui s'est surtout habitué à se déplacer plutôt à l'Esplanade de Riad El Feth. Un plannig en effet déroutant qui n'est pas pour arranger le bon déroulement du festival qui se voit cette année chahuté par ce côté désordonné, sans doute par manque effectif de communication autour.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha