Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Culture |

SAMIR TOGI, BÉDÉISTE ALGÉRIEN, À L'EXPRESSION

"Les éditeurs ne suivent pas..."

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Mes bd se vendent parce que ce n'est pas très cher. J'ai fait en sorte que cela soit vendu à 300 DA. Le fait que le Fibda cette année se déroule sur deux espaces est un peu déroutant certes, mais le gros du problème n'est pas là. Le Fibda c'est censé être une vitrine. Q'il se tienne dans deux ou en trois endroits, le problème n'est pas là, mais dans le fait qu'après dix ans, on se retrouve toujours avec deux éditeurs. Dalimen et Z-Link. On n'a pas d'autres éditeurs algériens qui éditent de la bd. On ne devrait pas attendre que le festival créée la bd. La bd doit être créée ailleurs. C'est-à-dire tous les mécanismes de la bd, de l'édition de la bd doivent être créés ailleurs. Dans un cercle de réflexion du ministère de la Culture ou ailleurs, mais pas dans un festival. Un festival est censé montrer l'activité culturelle, notamment de la bd durant l'année et là quand on voit de près, il y a Dalimen qui a sorti deux albums. Il y a Z-Link qui continue à travailler à longueur d'année. Les deux premières années du Fibda ils étaient cinq. aujourd'hui, il y'en a que deux. Certains ont tenté mais se sont cassé la gueule, se sont retirés, y'en a qui n'ont jamais édité de BD. Il faut qu'il y ait une réflexion avant le festival. En dix ans je ne trouve pas cela normal. J'aurai aimé que cela augmente au moins d'un éditeur que cela baisse de trois. Cela aurait été déjà plus intelligent. Je ne peux rien reprocher au Fibda. Il est là. Il mérite d'être là depuis dix ans. On ne peut dire qu'on n'a pas où montrer nos bd. La vitrine est là, on peut rencontrer des gens, mais après, les éditeurs ne suivent pas. Si la politique d'édition ne suit pas après par rapport à la bd, les choses n'iront jamais de l'avant. Moi je ne sais faire que ça. Mon premier album était édité chez Dalimen, les deux autres ont été autopubliés Pour gagner ma vie je travaille dans un labo médical qui est aussi mon mécène, c'est grâce à lui que j'ai pu éditer mes deux autres albums.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha