Prévisions pour le 21 Juillet 2018

 Adrar Min 31 °C Max 46 °C
30
 Laghouat Min 26 °C Max 42 °C
30
 Batna Min 23 °C Max 38 °C
34
 Biskra Min 32 °C Max 45 °C
34
 Tamanrasset Min 23 °C Max 34 °C
30
 Tlemcen Min 20 °C Max 31 °C
30
 Alger Min 21 °C Max 31 °C
30
 Saïda Min 18 °C Max 35 °C
30
 Annaba Min 25 °C Max 34 °C
30
 Mascara Min 19 °C Max 34 °C
30
 Ouargla Min 32 °C Max 46 °C
30
 Oran Min 25 °C Max 33 °C
30
 Illizi Min 28 °C Max 41 °C
34
 Tindouf Min 32 °C Max 44 °C
30
 Khenchela Min 23 °C Max 38 °C
30
 Mila Min 23 °C Max 36 °C
30
 Ghardaïa Min 30 °C Max 43 °C
30
Accueil |Culture |

L'ANCIENNE ÉCOLE DES BEAUX-ARTS DE MOSTAGANEM

Elle abritera une maison des artistes

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les anciens locaux de l'école régionale des beaux-arts de Mostaganem pourraient abriter une maison des artistes et une proposition a été faite dans ce sens, a-t-on appris de la direction de wilaya de la culture. Le responsable du secteur, Abdelali Koudid, a confirmé à l'APS que le dossier des anciens locaux de cette école est actuellement au stade de l'étude et de la réflexion sur le devenir de cette infrastructure. «L'idée première est de transformer cette infrastructure en maison des artistes et non en lieu de résidence ou d'hôtel. Cette future maison des artistes sera un lieu devant regrouper des ateliers, des espaces d'exposition et un musée qui accueillera en permanence ou périodiquement des artistes et des artisans», a-t-il expliqué. Abdelali Koudid a ajouté que cette future infrastructure abritera également un musée rassemblant des oeuvres de pionniers algériens dans les arts plastiques à l'exemple de Mohamed Khedda, natif de Mostaganem, dont certains tableaux sont détenus par la direction de la culture. Le même responsable a indiqué que cette idée a commencé à prendre forme.
Les autorités locales, tout en appuyant cette proposition, restent ouvertes à toutes idées et visions concernant cette bâtisse qui se caractérise par son architecture particulière et représente un legs culturel à la fois arabe, ottoman et andalou. Abdelali Koudid a rappelé que ces anciens locaux ne se trouvent pas dans un «état d'abandon» mais abritent périodiquement diverses manifestations dont les activités du club littéraire des femmes mostaganémoises. Ces anciens locaux, accueillant continuellement des visiteurs, peuvent abriter des manifestations culturelles et artistiques. «Toutefois, des travaux de rénovation et d'entretien doivent être entrepris. Des démarches sont menées dans ce sens au niveau local et central pour dégager les moyens financiers nécessaires», a-t-il ajouté. Des artistes, hommes de culture et universitaires de la wilaya de Mostaganem, avaient soulevé à maintes occasions le devenir de cette bâtisse et la nécessité de la préserver. C'est le cas de l'universitaire Saïd Debladji, qui a souligné à l'APS, la nécessité de classer cette infrastructure comme monument historique et artistique et définir sa fonction et sa vocation en tant que musée ou centre des arts avec une résidence d'artistes. Pour lui, l'ancienne école régionale des beaux-arts est un «véritable bijou» alliant les styles architecturaux local et arabo-musulman avec le style européen. Saïd Debladji a annoncé qu'une journée portes ouvertes sur cette bâtisse sera organisée prochainement à l'initiative d'enseignants, d'artistes et des étudiants de l'école régionale des beaux-arts de Mostaganem, en collaboration avec l'université Abdelhamid-Benbadis pour faire connaître l'importance des lieux et leur contribution dans l'émergence de nombreux artistes peintres locaux. De son côté, l'architecte Zineb Bendriss, spécialisée dans la préservation du patrimoine, a qualifié ces anciens locaux de «site-témoin» d'une architecture dit néo-mauresque, très peu répandue, puisque seuls trois sites ont été construits avec ce style: la Grande poste d'Alger, la gare ferroviaire d'Oran et l'ancienne école des beaux-arts de Mostaganem. Cette architecte a cependant mis en garde contre les risques D'effondrement de certains plafonds et piliers du fait de l'infiltration des eaux. «Les deux prochains hivers risquent d'endommager sérieusement la construction si les travaux de confortement ne sont pas entrepris», a-t-elle prévenu.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha