Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 29 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
32
 Annaba Min 22 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 15 °C Max 29 °C
32
 Ouargla Min 24 °C Max 32 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 30 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
39
 Mila Min 17 °C Max 27 °C
12
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Culture |

LE COMMANDANT AZZEDDINE CHEZ LES «ZINZINS DE CONSTANTINE»

"L'Algérie qui m'a marqué"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le commandant Azzeddine en compagnie de Boukhalfa AmazitLe commandant Azzeddine en compagnie de Boukhalfa Amazit

Massu au commandant Azzeddine: «Vous avez réussi à me faire inscrire dans mon livre la plus grande défaite de l'armée française.»

Le forum de Houna Qassantina, organisé par l'Association Numidi-Art présidé par Lounis Yaho et les Editions du Champ libre de Meriem Merdaci dans le cadre du programme des Zinzins de Constantine, s'est tenu dimanche dernier au Palais de la culture Malek Haddad. Comme invité d'honneur une sommité de la guerre de libération qui sera chaleureusement présentée par le chercheur et historien Abdelmadjid Merdaci.
Le commandant Azzeddine a, en effet, honoré de sa présence une assistance intéressée, composée d'intellectuels, hommes et femmes de culture.
L'hôte de Constantine n'a pas tardé juste après une lecture adressée au public sur la guerre d'Algérie et son parcours, de céder la place au débat. Un débat riche en connaissances qui reflète l'aspect humain de ce guerrier qui reste déterminé à la cause algérienne qu'il a défendue avec beaucoup de rigueur. C'est avec une grande émotion que cet invité de qualité répond à une question de L'Expression sur ce qui l'a le plus touché durant les sept ans de guerre? Et comment et pourquoi a-t-il rejoint la résistance? Le commandant Azzeddine qui garde un esprit éclairé souligne: «J'ai eu faim, j'ai eu froid, j'ai dormi dans la rue sous des voitures», une souffrance et une injustice partagée à l'époque par tout le peuple algérien qui n'a pas laissé le révolutionnaire indifférent, notamment vis-à-vis de ce que subissait son peuple.
Le conférencier enchaîne: «Ce qui m'a marqué le plus c'est cette immense et incroyable solidarité entre Algériens, on ne connaissait pas le régionalisme, il n'y avait pas de Kabyle, de Annabi, d'Algérois ou autres», l'invité semblait très déçu qu'aujourd'hui l'on tente de diviser les Algériens, de les différencier les uns des autres dont certains cherchent à se distinguer. Avant tout, une seule identité, un seul peuple, une seule cause et un seul but. Il ajoute: «L'Algérie était le plus grand restaurant, la plus grande maison et c'est cette solidarité qui m'a le plus marqué.» Dans sa réponse le commandant Azzeddine s'est étalé jusqu'à parler de ceux qui tentent de répandre l'intox selon laquelle De Gaulle a offert l'indépendance à l'Algérie «Honteux, honteux, honteux de dire que De Gaulle a offert à l'Algérie son indépendance, notre liberté on l'a arrachée, on a gagné cette guerre n'en déplaise à certains et nous l'avons payé très chère.» Le commandant Azzeddine, alors enfant, avait perdu toute sa famille, avec son frère aîné, il était le seul à avoir survécu, son parcours de révolutionnaire commence très tôt. De Gaulle est pour lui est un criminel «il a fait exécuter entre 58-61, 80 personnes, la guerre en plus des conditions politiques l'ont obligé à négocier et toutes ses tentatives n'ont pas eu raison de la cause». Le commandant ne manquera pas de citer une phrase que Massu lui a confiée, quand il reçoit le livre du commandant. «Vous avez réussi à me faire inscrire dans mon livre la plus grande défaite de l'armée française.»

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha