Prévisions pour le 14 Decembre 2018

 Adrar Min 7 °C Max 20 °C
32
 Laghouat Min 5 °C Max 10 °C
12
 Batna Min 1 °C Max 8 °C
39
 Biskra Min 6 °C Max 13 °C
12
 Tamanrasset Min 6 °C Max 18 °C
28
 Tlemcen Min 3 °C Max 8 °C
30
 Alger Min 7 °C Max 15 °C
12
 Saïda Min 3 °C Max 8 °C
11
 Annaba Min 10 °C Max 14 °C
12
 Mascara Min 5 °C Max 12 °C
30
 Ouargla Min 11 °C Max 17 °C
23
 Oran Min 11 °C Max 16 °C
30
 Illizi Min 9 °C Max 21 °C
32
 Tindouf Min 12 °C Max 22 °C
32
 Khenchela Min 2 °C Max 9 °C
11
 Mila Min 6 °C Max 11 °C
11
 Ghardaïa Min 8 °C Max 14 °C
23
Accueil |Culture |

22ÈME SALON INTERNATIONAL DU LIVRE D'ALGER: EDITIONS "LA PENSÉE" DE TIZI OUZOU

Une passion pour le livre et le Sila...

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Un catalogue riche qui répond à une grande partie des goûts de lectureUn catalogue riche qui répond à une grande partie des goûts de lecture

Depuis son lancement en 2007, la maison d'édition «La Pensée» de Tizi Ouzou n'a raté aucun rendez-vous avec le Salon international du livre d'Alger.

«Depuis sa création, la Pensée est toujours présente au Sila», nous confie le directeur de cette jeune, mais dynamique et prolifique maison d'édition. Cette fois-ci donc, les éditions «La Pensée», dont le siège social est à Tizi Ouzou, participe au Sila avec de nombreuses nouveautés. Au total, «La Pensée» est présente avec pas moins de 100 titres édités depuis 2017. Concernant les livres que les éditions «La Pensée» ont édité spécialement pour ce Sila, on peut citer celui de l'enseignante à l'université de Tizi Ouzou Hassina Kherdoussi, intitulé «La chanteuse kabyle, une voie et une vie». Ce livre très intéressant est une analyse et une lecture approfondie de la chanson kabyle féminine. On y trouve un regard percutant d'une universitaire sur notamment le rôle joué par les chanteuses kabyles dans cette société et ce, depuis l'émergence de cette chanson au tout début notamment, avec les grandes figures l'ayant traversée et ayant bercé les femmes kabyles de tout âge. C'est le cas de la pionnière Chérifa, de la porte-voix de la douleur Hnifa, de la voie magique Nouara et la liste est encore longue. Mohand Arkat, qui est à la fois directeur de cette maison d'édition et auteur-romancier en langue amazighe, nous confie que d'autres livres ont été édités à l'occasion du Sila comme la réédition de l'ouvrage très demandé de Si Amar Boulifa: «Le Djurdjura à travers l'Histoire, depuis l'Antiquité jusqu'en 1830» et ce, dans le cadre de la collection Histoire. Deux autres livres sur la Révolution nationale viennent également de paraître chez «la Pensée» qui occupe un stand au niveau du Pavillon central du Sila. C'est «De la révolution à la guerre d'Algérie» et «Notre indépendance confisquée: d'un coup d'Etat à l'autre» de l'écrivain Salah Ouzrourou. Le stand de «la Pensée» suggère aussi aux lecteurs le roman «Histoire d'un berger de Kabylie pendant la guerre» de l'écrivain Ali Mebtouche ainsi que l'essai «Le dévouement de la femme kabyle» de Mohamed Bouamra. Ce dernier était présent d'ailleurs hier au stand de «la Pensée» pour une séance de vente-dédicace. Les éditions «La Pensée», voulant élargir leur éventail de production, ont aussi publié six contes pour enfants, trois en langue française et trois autres en langue amazighe. Un catalogue riche donc comme on peut le constater et qui répond à une grande partie des goûts de lecture. Le stand de «La Pensée» recevra le premier novembre l'écrivain et ancien militant de la cause berbère et détenu du printemps d'avril 1980, Mokrane Chemim qui y dédicacera son livre: «La nation arabe, mythe ou réalité.» Le directeur de «La Pensée», Mohand Arkat précise que le Sila est une grande opportunité pour tout éditeur car il s'agit d'abord et avant tout d'un lieu de rencontre entre auteurs et éditeurs.
«Le Sila doit être un lieu de vente car un éditeur ne peut pas se maintenir dans le temps s'il travaille à perte et s'il ne vend pas ses livres. L'aspect commercial est indispensable pour tout éditeur pour assurer son existence», ajoute Mohand Arkat. Par ailleurs, notre interlocuteur souligne que puisque le Sila est le seul événement culturel de cette dimension pendant toute l'année, l'Etat devrait encore mettre plus de moyens matériels et humains car ce Salon constitue une véritable vitrine pour notre pays, conclut-il.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha