Prévisions pour le 17 Octobre 2018

 Adrar Min 19 °C Max 30 °C
32
 Laghouat Min 11 °C Max 18 °C
12
 Batna Min 10 °C Max 16 °C
11
 Biskra Min 17 °C Max 26 °C
47
 Tamanrasset Min 18 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 10 °C Max 16 °C
11
 Alger Min 15 °C Max 21 °C
47
 Saïda Min 11 °C Max 17 °C
39
 Annaba Min 18 °C Max 22 °C
4
 Mascara Min 11 °C Max 19 °C
39
 Ouargla Min 17 °C Max 24 °C
34
 Oran Min 17 °C Max 22 °C
39
 Illizi Min 21 °C Max 36 °C
32
 Tindouf Min 15 °C Max 29 °C
23
 Khenchela Min 10 °C Max 17 °C
11
 Mila Min 14 °C Max 18 °C
11
 Ghardaïa Min 14 °C Max 22 °C
23
Accueil |Culture |

Le coût des intrants a entraîné une hausse du prix du livre

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Des éditeurs présents au 22e Salon international du livre d'Alger (Sila) ont affirmé mardi que la majoration du prix du livre était directement liée à l'augmentation du coût des intrants, importés en monnaie étrangère, et à la dévaluation du dinar algérien intervenues en 2017. S'exprimant sur la Chaîne 3 de la Radio algérienne, le DG des éditions Chihab a justifié les prix du livre, relevés de 25 à 30% cette année, par le surcoût des matériaux et équipements entrant dans la fabrication du livre. Accentués par les variations du taux de change du dinar algérien, ces surcoûts ont affecté toute la chaîne du livre, imprimeurs, libraires et distributeurs, qui de plus, subissent les contrecoups de la hausse du prix du carburant, a ajouté Azzedine Guerfi, à la tête d'une des plus anciennes maisons d'édition. Exprimant ses craintes sur l'avenir du Sila, le responsable des éditions Casbah a noté que les ventes du livre avaient chuté de «près de 70%», depuis 2015. Selon lui, cette baisse notable des ventes s'explique aussi par le manque d'intérêt porté à la lecture et au livre. Devant cette situation qui porte «préjudice à tous les acteurs du livre», Guerfi en appelle aux pouvoirs publics qui, dit-il doivent hâter la mise en place de «mécanismes pérennes» pour sauver ce secteur et lui permettre de s'ériger en véritable industrie du livre, a-t-il ajouté. Parmi les solutions, l'éditeur plaide pour des aides publiques directes, sous forme d'achat de livres par les communes pour doter les quelque 1500 bibliothèques disséminées à travers l'Algérie et l'acquisition, «obligatoire», par les écoliers et lycéens d'ouvrages inscrits en parallèle des programmes scolaires annuels. Cette aide indirecte à l'édition viendrait, a-t-il argumenté, en appui à la politique d'encouragement à la lecture en milieu scolaire, décidée par l'Education nationale, un secteur qui compte 8 millions d'élèves. Pointant du doigt l'absence des textes d'application des mesures fiscales relatives à l'exemption de la taxe pour le papier destiné à l'industrie du livre, le responsable des éditions Casbah Smail Ameziane, estime que de tels obstacles, qualifiés de «bureaucratiques», constituaient un des principaux freins à l'exportation du livre édité en Algérie.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha