Prévisions pour le 14 Decembre 2018

 Adrar Min 7 °C Max 20 °C
32
 Laghouat Min 5 °C Max 10 °C
12
 Batna Min 1 °C Max 8 °C
39
 Biskra Min 6 °C Max 13 °C
12
 Tamanrasset Min 6 °C Max 18 °C
28
 Tlemcen Min 3 °C Max 8 °C
30
 Alger Min 7 °C Max 15 °C
12
 Saïda Min 3 °C Max 8 °C
11
 Annaba Min 10 °C Max 14 °C
12
 Mascara Min 5 °C Max 12 °C
30
 Ouargla Min 11 °C Max 17 °C
23
 Oran Min 11 °C Max 16 °C
30
 Illizi Min 9 °C Max 21 °C
32
 Tindouf Min 12 °C Max 22 °C
32
 Khenchela Min 2 °C Max 9 °C
11
 Mila Min 6 °C Max 11 °C
11
 Ghardaïa Min 8 °C Max 14 °C
23
Accueil |Culture |

4ÈME ÉDITION DU CONCOURS DE LA MEILLEURE NOUVELLE FANTASTIQUE

Rym Leila Mellal distinguée

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Rym Leila Mellal distinguée

Les nouvelles de cette année ont été particulièrement captivantes très intéressantes. Bien écrites. Ça a été très dur de choisir les 10 meilleurs textes. Cette année, la qualité des nouvelles était meilleure, c'est dû peut-être au thème, mais la qualité était nettement supérieure que d'habitude. En plus, c'est une majorité de femmes qui a gagné, je suis contente. Et à l'ère du numérique où on se dit que les jeunes ne lisent plus et finalement on se rend compte que non. C'est un joli pied de nez aux préjugés», fera remarquer Assia Kassed une des membres du jury du concours de la meilleure nouvelle fantastique. Le palmarès de ce dernier a été rendu à juste titre mardi dernier au niveau du stand du pavillon de l'Institut français devant une large assistance. Pour sa part, Hassan Metref directeur du festival Racont'Arts avouera: «J'ai été agréablement surpris par le niveau des participants. Je croyais que le butin de guerre était perdu, mais finalement la langue française existe encore en Algérie. Sur les 77 nouvelles proposées je peux vous assurer que les 10 finalistes avaient écrit des nouvelles très intéressantes sur le patrimoine tant sur le niveau lexical que créatif. Ce sont vraiment de belles plumes qui sont appelées juste à être un peu affinées et ils seront encore meilleurs.» Les 10 lauréats ont pour info bénéficié d'un atelier de réécriture qui a été organisé par l'Institut français et mené par une des jeunes auteures françaises à savoir Manon Farjoton qui a remporté plusieurs prix littéraires. Elle a aidé à réécrire les textes initiaux qui ont été retenus lors de la première sélection. Cette année, le concours était placé sous le thème «la recherche du patrimoine perdu». Huit filles et deux garçons ont été plébiscités à l'issue de ce concours. Et c'est Rym Leila Mellal qui a remporté la première place du podium avec sa nouvelle La blanche et le bâton. «J'ai 26 ans. Je suis résidente en 3ème année psychiatrie. Je suis ravie. Je ne m'y attendais pas. Honnêtement je suis fière de ma nouvelle. Je suis heureuse d'avoir participé. Ma nouvelle s'appelle La blanche et le bâton. La blanche est la Casbah. Bâton en référence à sidi Ouali Dada qui est un saint protecteur d' Alger comme sidi Abderrahmane, mais il est moins connu. C'est une légende qui m'a inspiré cette nouvelle. D'après la légende, lors des attaques espagnoles au XVIe siècle Sidi Ouali Dada s'est opposé à cette invasion et a défendu Alger en déchaînant une tempête à l'aide de son bâton. C'est un mythe; je trouvais que c'était tout à fait approprié pour cette histoire.
La première fois que j'avais écrit une nouvelle c'était pour la première édition du concours.» Notons que le Premier prix est de l'ordre de 100 000 DA et de 50 000 DA pour les deux autres. A cette occasion, c'est Djillali Defali, célèbre bédéiste algérien, père de la BD Assasin's creed, qui remettra à titre symbolique les prix aux trois lauréats.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha