Prévisions pour le 14 Decembre 2018

 Adrar Min 7 °C Max 20 °C
32
 Laghouat Min 5 °C Max 10 °C
12
 Batna Min 1 °C Max 8 °C
39
 Biskra Min 6 °C Max 13 °C
12
 Tamanrasset Min 6 °C Max 18 °C
28
 Tlemcen Min 3 °C Max 8 °C
30
 Alger Min 7 °C Max 15 °C
12
 Saïda Min 3 °C Max 8 °C
11
 Annaba Min 10 °C Max 14 °C
12
 Mascara Min 5 °C Max 12 °C
30
 Ouargla Min 11 °C Max 17 °C
23
 Oran Min 11 °C Max 16 °C
30
 Illizi Min 9 °C Max 21 °C
32
 Tindouf Min 12 °C Max 22 °C
32
 Khenchela Min 2 °C Max 9 °C
11
 Mila Min 6 °C Max 11 °C
11
 Ghardaïa Min 8 °C Max 14 °C
23
Accueil |Culture |

22ÈME SALON INTERNATIONAL DU LIVRE D'ALGER : STAND DE CASBAH EDITIONS

Farida Sellal raconte sa vie dans Nomade

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Farida Sellal raconte sa vie dans Nomade

L'écrivaine Farida Sellal, et épouse de l'ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal a choisi la date symbolique du 1er novembre pour dédicacer son tout nouveau livre Nomade, paru aux éditions Casbah.

Le stand de cet éditeur, sis au Pavillon central de la Safex, a été pris d'assaut par des lecteurs dont une partiea déjà lu Farès, le très émouvant premier livre de Farida Sellal. Un livre poignant qui raconte la douleur d'une mère voyant son fils entre la vie et la mort. Le premier livre de Farida Sellal a été donc une thérapie suite à une épreuve amère, rappelle Farida Sellal qui dit que dans les deux livres Farès (également disponible au stand Casbah) et Nomade, tout ce qu'elle raconte et décrit relève de sa propre vie et de celle de sa famille et de son entourage: les citoyens avec lesquels elle a partagé la vie quotidienne et ses difficultés. Avant de nous parler de son tout nouveau livre Nomade, Farida Sellal revisite brièvement Farès. Farès est son fils. Il a été victime d'un accident domestique. «Quand mon fils Farès a été brûlé grièvement, tous les médecins sans exception m'ont dit qu'il allait mourir et qu'il n'y avait plus aucun espoir pour qu'il renoue avec la vie. Farès est resté pendant dix journées au service de réanimation. Pendant ces longues journées, je n'ai pas cessé de prier Dieu, dans toutes les langues: en kabyle, en arabe, en français...Je ne voulais pas croire qu'il allait mourir. J'ai donc prié. Je ne mangeais pas et je ne dormais pas. Puis, au bout de ces dix jours éprouvants, les médecins sont venus me dire: c'est un miracle, les cellules ont régénéré!», raconte Farida Sellal. Cette dernière revient sur les étapes de cette épreuve dont elle se souvient comme si cela datait d'hier. L'histoire de Farès rappelle celle racontée dans le livre célèbre Revenue guérie de l'au-delà de Anita Moorjani. Après le «retour» du fils aimé, Farida Sellal s'est retirée momentanément de la vie active pour s'occuper de son enfant durant cinq années, précise notre interlocutrice. Derrière donc ce sourire qui ne la quitte jamais, Farida Sellal a dû faire face à une immense épreuve. Mais s'il s'agit de la plus douloureuse, l'épisode de Farès n'est pas le seul dans sa tumultueuse vie. D'autres moments plus ou moins difficiles ont été vécus par cette femme kabyle, qui sait parfaitement faire une symbiose parfaite entre tradition et modernité. Ces épreuves et autres étapes de la longue vie de Farida Sellal, toujours en compagnie de son mari Abdelmalek, sont racontées dans le deuxième livre: Nomade, fraîchement sorti aux éditions Casbah. Dans ce deuxième ouvrage, il s'agit même parfois d'aventure ou plutôt de mésaventure car Farida Sellal s'est égarée une fois toute seule dans le désert pendant pas moins de quarante-huit heures, suite à une tempête de sable. Elle narre cette page et tant d'autres dans un livre fait de déplacements permanents dans les quatre coins d'Algérie. «Ce n'est pas une autobiographie», avertit Farida Sellal. Mais c'est l'histoire de ma vie et de ma famille ainsi que de tous ceux avec qui j'ai partagé la vie de tous les jours», souligne notre interlocutrice. «Dans ce nouveau livre, je raconte tout simplement ma vie nomade», souligne Farida Sellal. Une vie au cours de laquelle elle n'a pas cessé d'accompagner son mari dans ses «pérégrinations» professionnelles. «J'y raconte les instants les plus cardinaux de cette vie à deux avec tous les écueils qui n'ont pas cessé d'y surgir au cours de ce parcours atypique», précise encore Farida Sellal. L'un de ces instants cardinaux a été bien sûr le jour de l'assassinat du président Mohamed Boudiaf. Ce jour-là, on devine aisément le choc et la douleur que pouvait ressentir Farida Sellal. Sur place, elle accouche d'un long poème qu'on retrouve repris dans le livre Nomade. On le lit et on revoit toutes les images ayant prévalu en cette journée funeste et durant toute la période ayant suivi. Pour résumer, Farida Sellal nous explique qu'en réalité chaque chapitre de son livre pourrait être, à lui-seul, un livre à part tant l'ouvrage foisonne en événements aussi importants les uns que les autres. Une question pour terminer: pourquoi Farida Sellal écrit-elle? Cette dernière, docteur d'Etat en Sciences des matériaux répond: «J'écris pour m'affirmer.»

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha