Prévisions pour le 16 Decembre 2018

 Adrar Min 6 °C Max 19 °C
32
 Laghouat Min 1 °C Max 17 °C
32
 Batna Min 0 °C Max 16 °C
32
 Biskra Min 5 °C Max 17 °C
32
 Tamanrasset Min 5 °C Max 20 °C
32
 Tlemcen Min 7 °C Max 17 °C
32
 Alger Min 6 °C Max 20 °C
32
 Saïda Min 2 °C Max 19 °C
32
 Annaba Min 10 °C Max 19 °C
34
 Mascara Min 4 °C Max 22 °C
32
 Ouargla Min 3 °C Max 17 °C
32
 Oran Min 6 °C Max 19 °C
32
 Illizi Min 3 °C Max 16 °C
32
 Tindouf Min 6 °C Max 19 °C
32
 Khenchela Min 1 °C Max 15 °C
32
 Mila Min 2 °C Max 18 °C
32
 Ghardaïa Min 2 °C Max 17 °C
32
Accueil |Culture |

VENTES-DÉDICACES AUX ÉDITIONS ANEP

"L'aube des braves" de Arezki Ait Mimoun

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«C'est un livre d'histoire qui parle de la révolution algérienne. De la bataille d'Alger. A un moment donné les attentats qui se faisaient à la casbah et les environs revêtaient une ampleur internationale. Il fallait arrêter ça. La France qu'a t-elle fait? elle a ramené des parachutistes de la dixième division pour arrêter ces attenants. Ils ont massacré tout le monde. Ils ont réussi à démonteler la zone autonome. Puis il y a eu un temps d'accalmie de deux à trois ans. Puis des jeunes sont venus et ils ont continué la guerre jusque l'indépendance. Le livre est composé de Douze chapitres. Grosso modo, il évoque entre autres la bombe de la Casbah qui a été placée par les ultras, la Main rouge. Ce sont eux qui ont commencé à placer des bombes. Le FLN était obligé d'utiliser la loi du talion c'est-à-dire «vous m'avez posé des bombes et bien je vais vous en poser pareilles parce qu'au départ l'organisation armée a interdit de toucher aux civils. Les attentats du FLN ciblaient uniquement au début les hommes politiques et les ultras, mais suite à un attentat qui s'est soldé par 70 morts et des centaines de blessés algériens il fallait rouspéter. Ils ont organisé une série de bombes; au départ ça a été au Milk Bar. Puis la deuxième c'était l'Otomatic et la troisième elle n'a pas explosé, à l'immeuble Maurétania, au siège d'Air France. Je n'ai pas trouvé de difficultés pour amasser des informations autour de cette histoire car ce que j'ai relaté je l'ai vu, entendu ou vécu. Je suis un moudjahid. J'ai été arrêté la première fois avec le groupe qui a fait l'attentat du stade d'El Biar, puis des Anassers. Certains moudjahidine se sont mis à se réfugier chez nous. Je suis rentré en contact avec eux. J'envoyais des pataugas au maquis. Vers l'année 1961 j'ai regagné l'armée. C'est mon premier et je pense mon dernier livre. Pourquoi l'avoir écrit? Et bien Il y a des moudjahidine qui sont tombés au champ d'honneur et personne n'en parle. Je voulais les faire sortir de l'anonymat. C'est pour ça que j'ai fait ce livre, pour leur rendre hommage.» O.H.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha