Prévisions pour le 23 Aout 2018

 Adrar Min 32 °C Max 43 °C
32
 Laghouat Min 19 °C Max 31 °C
30
 Batna Min 13 °C Max 27 °C
12
 Biskra Min 20 °C Max 34 °C
34
 Tamanrasset Min 25 °C Max 35 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 29 °C
34
 Saïda Min 17 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
32
 Mascara Min 15 °C Max 32 °C
32
 Ouargla Min 26 °C Max 37 °C
30
 Oran Min 23 °C Max 26 °C
30
 Illizi Min 27 °C Max 39 °C
34
 Tindouf Min 27 °C Max 42 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 30 °C
32
 Ghardaïa Min 23 °C Max 35 °C
30
Accueil |Culture |

STAND DALIMEN

Lynda Handala raconte le monde en 3010

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Lynda Handala raconte le monde en 3010

Quand elle a publié son premier roman Les voix du Hoggar en 2008, l'écrivaine Lynda Handala, habitant dans la ville de Tizi Ouzou, était considérée comme la plus jeune romancière en Algérie.

Elle avait vingt ans. Elle est restée neuf ans pour revenir au monde des livres avec une deuxième fiction toujours chez le même éditeur «Dalimen». Elle est rentrée spécialement de France, où elle prépare sa thèse en pharmacie, afin de participer à la 22e édition du Salon international du livre d'Alger (Sila). «Je suis venue de l'aéroport directement à la Safex où ma vente-dédicace a été programmée par ma maison d'édition Dalimen», nous confie Lynda Handala qui était accompagnée de son père et de sa mère, comme d'habitude. Pourquoi toutes ces longues années pour éditer un nouveau roman? Lynda Handala nous a confié qu'après l'obtention de son baccalauréat, elle est partie en France pour poursuivre ses études universitaires en pharmacie.
Ce qui la privait de temps afin de se livrer à sa passion préférée: l'écriture. Mais les études aussi, c'est important à ses yeux. Donc, il fallait mettre de côté pour quelques années sa plume, le temps d'étudier. Pourtant durant ces neuf années, Lynda Handala n'a pas cessé d'écrire. Doucement, mais sûrement. D'ailleurs, au bout de cette période elle a rebondi avec un nouveau roman intitulé Alunissons Après avoir mis au placard sa plume, Lynda Handala a repris l'écriture à un rythme cadencé, notamment depuis une année et demie. Le roman a été remis à son éditeur Dalimen en septembre 2016. L'éditeur en professionnel a préféré éditer le livre à l'occasion de la 22e édition du Sila. Cette fois-ci, Lynda Handala a écrit un roman du genre dit fantasy. C'est en quelque sorte de la science-fiction, nous explique-t-elle. «J'écris en faisant appel à des figures mythologiques, aux contes, aux voyages de jeunes de la Terre vers la Lune...», souligne Lynda Handala. Cette dernière explique que ces jeunes, devant la menace d'extinction qui guette la nature humaine, ce groupe de jeunes fait un voyage sur la Lune pour tenter de trouver un moyen afin de sauver ce qui reste de l'humanité. Le roman, comme on peut le deviner, est un récit d'anticipation. Il se déroule en 3010. L'auteur, avec savoir-faire, réussit à créer un monde imaginaire qui n'existe pas et n'existera peut-être jamais. «Les jeunes en quête de solutions à la menace de disparition de l'humanité marqueront plusieurs haltes sur la Lune. Chaque étape est un message sous forme de parabole que le lecteur doit détecter», ajoute Lynda Handala. Pourquoi avoir opté pour le genre fantasy? Lynda Handala répond que ce style permet d'exprimer ce que l'on pense sans trop froisser le lecteur. C'est une façon de dire et de détourner les choses: «C'est la force de l'écriture: on peut dire la même chose de diverses manières. Je m'exprime plus librement dans ce genre et ça permet aussi de toucher un lectorat beaucoup plus large et diversifié.»

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha