Accueil |Culture |

AMAR EZZAHI

Un an après la disparition de l'ami des petites gens

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Il y a un an disparaissait Amar Ezzahi, le chanteur châabi tant aimé des petites gens et dont les chansons continuent de bercer les âmes de génération en génération. De son vrai nom, Amar Ait Zaï, le défunt a passé sa vie à la manière des grands, creusant sa gloire sans avoir d'autre objectif que de vivre avec les valeurs de son art pour lequel il a consacré sa vie avant de quitter ce monde en léguant un patrimoine artistique révélant tout son génie artistique et son humanisme débordant. La voix de l'artiste icône résonne encore à la radio, dans les cafés et les magasins et ses chansons sont fredonnées par les jeunes et les moins jeunes qui ont spontanément embrassé son art et sa condition humaine. Les amateurs du chaâbi lui concèdent volontiers le titre de chanteur populaire par excellence. Amar Ezzahi était apprécié et aimé de tous, non seulement pour sa singularité, mais surtout pour sa magnanimité envers les petites gens dont il a partagé les joies et les fêtes, boudant les scènes artistiques officielles auxquelles il a renoncé depuis 1987, année de sa dernière apparition en concert. Même au sommet de la gloire, Ezzahi est resté égal à lui-même, continuant de côtoyer les gens simples, de méditer le sens de la vie comme il le faisait à «Marengo», un jardin appelé à porter son nom même symboliquement pour rester un lieu de rencontre pour ses fans, en somme pour tous ceux qui partagent sa philosophie humaniste. Amar Ezzahi ou «Chikh l'bled» comme on aimait à le surnommer, a rendu l'âme à l'âge de 75 ans, après 50 ans de don et de générosité artistiques. Celui que l'on surnommait aussi «Soultan el Hawa», est devenu une légende. Dans la simplicité de l'homme, se dissimulait un personnage subtil et énigmatique qui alimentait l'imagination populaire. Se définissant comme «un petit chanteur populaire», Amar Ezzahi aura ainsi fait siennes, jusqu`à les incarner, les valeurs de modestie, de conscience de sa propre petitesse devant l`immensité de la création, portées par les poèmes soufis de Benmsayeb, Bensahla et d`autres auteurs. Il aura, aussi, incarné, pour les plus âgés tout comme pour les jeunes, le sens profond du chaâbi né dans les années 1940 et des souffrances des Algériens durant la colonisation: un art des pauvres dont il fut proche et une musique des quartiers populaires qu`il n`a jamais quittés, ces mêmes quartiers où sa voix continuera à résonner.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha