Accueil |Culture |

SPECTACLE DE SENSIBILISATION À ALGER CONTRE LA MALADIE DU SIDA

Grande chaîne de solidarité à Ibn Zeydoun

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Un mégaspectacle de chants et de danses, programmé dans le cadre de la 8e campagne «El yed fel yed» (main dans la main), de sensibilisation et d'information pour la lutte contre le sida, a réuni vendredi à Alger des jeunes artistes en herbe, venus de plusieurs villes d'Algérie exprimer leur engagement à soutenir les personnes atteintes par le VIH et participer au travail de sensibilisation pour faire reculer la maladie. Organisé par la Chaîne 3 de la Radio algérienne à l'occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le sida, ce spectacle, placé sous le thème, «Tous unis contre le sida», a permis au public nombreux de la salle Ibn-Zeydoun de l'Office Riadh El Feth (Oref), de découvrir le travail de ces jeunes talents qui se sont succédé durant plus de deux heures de temps, dans des danses expressives et un répertoire inspiré essentiellement de plusieurs genres du patrimoine musical algérien. Premiers à fouler la scène, Cherit Amine et Saber Abderrahmane, deux danseurs de l'Association «Bar Generation» de Batna, finalistes du Concours international de danse «Arab Got Talents», organisé en 2017 au Liban, ont exécuté une chorégraphie très physique, utilisant le rouge et le noir de leurs foulards, pour dénoncer les regards obliques injustement dressés par la société à l'égard des sidéens, rappelant toute la compréhension et le soutien dont ils ont besoin. Prenant le relais, de jeunes interprètes de plusieurs wilayas dont Alger, Boumerdès, Batna, Biskra, Saïda et Jijel ont rendu une quinzaine de titres dans les genres chaâbi, gnaoui, kabyle, chaoui, allant jusqu'à la pop-music dans ses cadences slow et reggae (pour les reprises), soutenus par la gestuelle élégante et le mouvement gracieux des ballerines et des danseurs de l'Association «Académie Profil» dirigée par Faïza Mammeri, qui ont donné au spectacle un aspect visuel hautement esthétique.
Les voix limpides et étoffées des jeunes artistes, Medrar Manel, Youcef Khebbache, Mohammed Menaâ, Djamel Beleksir, Allaoua Tighilt, Yousra Boudah, Inel, Lewna, Ayoub Medjahed, Abdou L'Gnaoui, Rachid Abkari, le groupe «Clé 13» et son chanteur Mohamed Boulassel, ont enflammé le public qui a vite cédé au relâchement, dans une ambiance électrique de grands concerts. Soutenus par l'orchestre «El Familia» dirigé par Mohamed Idir, virtuose de la guitare, ces jeunes artistes promis à de belles carrières, ont interprété entre autres pièces, «Khellouni», «One love», «El Harraz», «Nefdik ya bint», «Thinking out Loud», «Avehri T'Meddith» d'Idir (reprise), «Bled Beïda» et «Manayro», ainsi que les différents chansons érigées en «hymnes» aux éditions précédentes.
La chanteuse Nawel Mebarek, s'est particulièrement distinguée avec une voix suave et cristalline aux envolées rappelant la regrettée Taos Amrouche (1913-1976), une des icônes de la chanson algérienne d'expression kabyle, à travers l'interprétation en arabe et en tamazight de deux titres, «Tlata temsal» et «Khial el bahr», au même titre que les jeunes ballerines Rayssa Mammeri et Soraya Bouchnak qui ont séduit le public, dans des chorégraphies remarquables de rigueur et de grâce. Dans la délectation, le public a pu apprécier, d'autre part, le clip de la campagne 2017 pour la lutte contre le sida, réalisé par Yazid Ait Hamadouche sur la chanson «Ya sidi» de Youcef Boukella, réarrangée pour l'occasion par Younès du groupe «Afro Kaïne», ainsi que des messages de sensibilisation et d'adhésion à la cause, enregistrés par des personnalités connues du public, projetés en alternance avec les différentes parties du spectacle.
En présence de la directrice régionale «Onusida» pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient, Yamina Chaker, la 8e campagne «El yed fel yed», comme pour ses précédentes éditions, a mobilisé plusieurs associations représentant essentiellement la jeunesse, les clubs scientifiques et différentes organisations nationales et onusiennes. Selon le directeur d'«Onusida-Algérie», Adel Zeddam, également présent à ce spectacle, «une moyenne de 800 à 900 nouveaux cas de personnes atteintes par le VIH sont enregistrées chaque année en Algérie». Le concert de musique marquant la 8e campagne «El yed fel yed», de sensibilisation et d'information pour la lutte contre le sida a été organisé en collaboration avec, entre autres institutions, l'Oref et l'Office national des droits d'auteurs et droits voisins (Onda).

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha