Accueil |Culture |

PASSER LES FÊTES DE FIN D'ANNÉE DANS LE SUD ALGÉRIEN

Deux festivals de musique au choix

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Des chants mystiques et des rencontres en liesseDes chants mystiques et des rencontres en liesse

Timimoun et Tamanrasset seront le théâtre, en fin d'année, d'un remue-ménage indescriptible rare dans ce genre de régions qui vivront, une fois n'est pas coutume, au rythme de la musique et des festivités des grands jours...

Avec un billet d'avion qui coûterait comme un aller-retour en Europe, le Sud algérien reste pourtant une destination de prédilection pour l'Algérien. En effet, passer ses vacances de fin d'année dans le désert est devenu une des rares attractions à la mode chez nous, un voyage touristique qui n'est nullement boudé par la jeunesse algérienne quand elle a les moyens. Les événements cultuels qui se multiplient chaque année dans le désert en Algérie ont pour ce faire, porté leurs fruits. Cette année encore, étrange coïncidence, deux manifestations artistiques vont se chevaucher et auront lieu quasiment aux mêmes dates. Une à Timimoune et l'autre à Tamanrasset. La première annoncée depuis quelques jours est le 11ème Festival culturel national d'Ahellil, prévu du 27 au 30 décembre à Timimoune (220 km nord d'Adrar). A cette occasion plus de 30 associations folkloriques ou s'intéressant au patrimoine sont attendues pour prendre part à cette manifestation qui se tiendra à L'Oasis rouge (Timimoune), région touristique par excellence qui sera une nouvelle fois au rendez-vous pour étrenner cette manifestation patrimoniale et culturelle annuelle devenue «importante» pour les habitants du Gourara et ses nombreux visiteurs. «Une occasion de se retremper dans l'ambiance spirituelle dégagée par la prestation des troupes participantes et leur exécution au théâtre de plein air de ce genre de chant ancestral», fait savoir le commissaire Ahmed Djoulli. Cette manifestation culturelle nationale vise, nous apprend-on, «à valoriser les efforts des associations culturelles et patrimoniales locales ainsi que des académiciens, chercheurs et enseignants s'intéressant à ce genre de patrimoine ancien dans le but de le répertorier, de le préserver et de le promouvoir, au regard de son importance, et faire ainsi connaître l'ancien mode de vie des habitants de la région du Gourara.»Le festival a également prévu, un concours de «Abecheniou» (terme zénète faisant référence à la personne qui conduit la troupe Ahellil dans la catégorie jeune), ainsi qu'un concours de jeu d'instruments traditionnels utilisés dans le genre Ahellil. La nouveauté de cette édition, placée sous le slogan de «Fidélité à l'esprit de Mouloud Mammeri», est qu'elle accueillera la cérémonie de clôture des activités marquant la commémoration du centenaire de Mouloud Mammeri, organisées dans le cadre du festival Ahellil, en coordination avec le Haut Commissariat à l'amazighité (HCA). En effet, un séminaire national sur «les efforts de Mouloud Mammeri au service du patrimoine» est programmé aussi par le HCA, en coordination avec le commissariat du Festival national Ahellil. Pour rappel, cette manifestation se veut faire la promotion du patrimoine immatériel de l'Ahellil, classé patrimoine de l'humanité. Autre événement musical bien attendu lui aussi est celui organisé cette fois par l'association «Sauver l'imzad» avec le concours de l'Office national de la culture et de l'information (Onci). Il s'agit des «Journées culturelles du Sud» ou comment «La capitale de l'Ahaggar se voudra carrefour de la musique africaine». Du 27 au 31 décembre 2017, à Tamanrasset, une rencontre en plein coeur de la capitale de l'Ahaggar verra se produire une brochette d'artistes originaux qui feront vibrer Dar el Imzad sur tous les rythmes entre le targui, gnaoui, raï et kabyle avec la participation des artistes maliens et nigériens. Au programme le 27 décembre 2017 le groupe Touamst N'ténéré, Hakim Salhi et un hommage à Djamel Allem. Le lendemain se produiront le groupe ithran, Marwan et enfin Meziane Aamiche. Le 29 décembre 2017 viendront allumer la scène Alamine Khoulen et Nighat el Husseini, le Groupe Aguenar et pour clôturer cette soirée en beauté Zehouania! Le lendemain 30 décembre 2017 se produiront à leur tour le groupe Tartit du Mali Amel Zen, la célèbre Badi lalla et le groupe Imzad. Enfin clôtureront en beauté le festival, mais aussi l'année 2017, le groupe Imzad, Vieux Farka Touré du Mali et enfin Bombino qui nous vient du Niger.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha