Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 22 °C Max 30 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 18 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 34 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 24 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 24 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Culture |

HACEN DRICI EXPOSE

"Hope in darkness"à la galerie d'art "Seen Art Gallery"

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'exposition «Hope in darkness» se poursuit à la galerie d'art «Seen Art Gallery» jusqu'au 25 février.

Une exposition de l'artiste peintre Hacen Drici, explorant les conflits qui déchirent les villes du monde à mi-chemin entre l'architecture et les arts plastiques, intitulée «Hope in darkness» (espoir dans l'obscurité) a été inaugurée vendredi à Alger.
Lors du vernissage de cette exposition, organisée à la galerie d'art «Seen Art Gallery», Hacen Drici a dévoilé une série d'une trentaine d'oeuvres explorant les sources des conflits, entre construction et déconstruction, et la fragilité de ce que l'homme a entrepris, construit et mis en péril.
Dans les grands formats «The source of the evil» (la source du mal) et «Stop hating-start loving» (arrêtez de haïr-commencez à aimer) l'artiste peintre met en scène les richesses naturelles, particulièrement le pétrole, comme source de tous les conflits dans le monde présenté, comme dans ses autres tableaux, dans un emballage «religieux ou de défense des droits de l'homme et de la démocratie».
On retrouve également les symboles de trois religions monothéistes (Islam, christianisme et judaïsme), incrustés sur des structures urbaines, devant symboliser la paix et qui en réalité cachent d'autres sources de conflits.
L'artiste propose également des oeuvres intitulées «Invasion», «Insurrection», «Bombing» (bombardement) ou «Soldier» (soldat), construites sur la base de maquettes architecturales évoquant les contours de différents édifices modernes et parfois futuristes, différemment perçus par les visiteurs, auxquelles viennent se greffer des avions de chasse et des soldats en plus de codes militaires réalisés au pochoir.
Après le chaos, l'homme «retrouve toujours une lueur de lumière et d'espoir», estime l'artiste, qui présente également une série plus lumineuse de 15 petits formats en fragments, renvoyant aux débris et séquelles de la guerre et une reconstruction lumineuse qui évolue dans «Untitled white», des structures meurtries sous la lumière, pour aboutir à «The light» (la lumière) une ville en reconstruction où les cicatrices sont encore visibles malgré la relance et le renouveau.
En dehors de cette thématique, Hacen Drici a également proposé des toiles dans le style de l'archi-peinture qui lui est connu, «Blue mosque» inspiré de l'architecture et des ornements de la mosquée bleue d'Istanbul et «Alone in the dark» (seul dans le noir) restituant l'ambiance nocturne de la ville de Prague en République tchèque.
Diplômé de l'Ecole supérieure des beaux-arts d'Alger et passionné d'architecture, Hacen Drici a déjà exposé en Russie, en Italie et en République tchèque en plus de plusieurs expositions collectives et individuelles à Alger depuis une dizaine d'années.
Toujours avec le même concept alliant architecture et peinture, Hacen Drici avait également présenté en 2013 une collection inspirée de l'habitat traditionnel algérien avant sa première grande exposition, «Lignes, transparence», en 2016 à Alger.
L'exposition «Hope in darkness» se poursuit à la galerie d'art «Seen Art Gallery» jusqu'au 25 février.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha