Prévisions pour le 22 Juillet 2018

 Adrar Min 31 °C Max 46 °C
34
 Laghouat Min 27 °C Max 42 °C
34
 Batna Min 21 °C Max 39 °C
30
 Biskra Min 30 °C Max 46 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 36 °C
32
 Tlemcen Min 21 °C Max 28 °C
30
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
28
 Saïda Min 21 °C Max 35 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
30
 Mascara Min 21 °C Max 31 °C
30
 Ouargla Min 33 °C Max 47 °C
34
 Oran Min 23 °C Max 30 °C
30
 Illizi Min 26 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 28 °C Max 44 °C
34
 Khenchela Min 22 °C Max 39 °C
30
 Mila Min 22 °C Max 37 °C
30
 Ghardaïa Min 30 °C Max 43 °C
34
Accueil |Culture |

CUBANIYA

Un roman de voyage de Jaoudet Gassouma

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Un roman de voyage de Jaoudet Gassouma

Dans son dernier ouvrage intitulé Cubaniya, Jaoudet Gassouma explore la littérature de voyage et invite son lecteur à découvrir la capitale cubaine, ses habitants, leur mode de vie, les similitudes avec la ville d'Alger, tout en s'essayant à une analyse de ce qui reste de la révolution castriste.
Ce roman de 144 pages, paru aux Editions Chihab et écrit à la première personne, raconte le voyage d'un petit groupe de reporters partis d'Alger à la découverte de La Havane, cette ville fantasmée, traversée, comme le sud de l'Algérie, par le tropique du Cancer. Comme dans un carnet de voyage, l'auteur brosse le tableau de longues heures de vol qui le mènent à Cuba en compagnie de ses collaborateurs, tout en dressant un portrait, souvent caricatural, de passagers et des membres de l'équipage comme pour plonger le lecteur dans la torpeur de ce microcosme.
Une fois foulé le sol cubain, Jaoudet Gassouma porte un intérêt particulier à l'humain, décrivant dans le détail les agents de police de l'aéroport, les passants, les artistes de rues, les tenues vestimentaires, souvent «très légères et parfois folkloriques» des Cubains, tout en faisant une longue digression sur la richesse architecturale de sa Havane, une ville vieille de cinq siècles.
Dans cette ambiance enfumée au cigare cubain et arrosée au rhum, deux produits symboliques de l'île caribéenne, l'auteur invite le lecteur à se perdre dans les légendes urbaines d'Alger tout en se promenant dans le centre historique de La Havane pour y rencontrer le P'tit Omar ou croiser le regard de la belle Hassiba. L'auteur évoque également le «Che», «El Khou» comme il aime à l'appeler dont les «portraits déclinés à l'infini habillent les murs» de la ville à tel point que le mythique guérilléro en devienne un personnage presque banal, dont l'effigie orne tous les objets proposés aux touristes dans les boutiques de souvenirs.
A côté de La Havane touristique, destination des riches Occidentaux en quête d'exotisme, se dessine dans la douleur et la misère une autre Cuba «en quête de lait amer» forçant l'incontournable questionnement sur «ce qui reste des slogans et des révolutions», écrit l'auteur. Jaoudet Gassouma décrit une société «nourrie de ladite révolution et qui a remplacé son pain, son lait et sa viande en les transfigurant en palabres», en évoquant les slogans révolutionnaires qui tapissent les murs décrépits de la ville, même s'ils n'ont plus leur sens dans la société cubaine actuelle. A la manière d'un reporter, l'auteur se penche sur cette «nouvelle résilience» et le sens inné du «contournement des lois» des Cubains qui «inventent» une «agriculture alternative dans les friches et terrasses urbaines» de l'île, et une «nouvelle culture (...) qui ne demande qu'à vivre et qui (...) fascine par sa force», admet l'auteur. Cubaniya, également traversé par des histoires d'amours nées à Cuba et d'autres abandonnées à Alger, est présenté dans une couverture représentant l'image stéréotypée de Cuba avec une photo de vieilles voitures américaines des années 1950 surmontée par le portrait du célébrissime Comandante. Cubaniya a été écrit dans le cadre du projet artistique Tropique du Cancer, élaboré et financé par le photographe Karim Abdeslam, et qui a permis d'organiser des résidences de création, en 2015 à Cuba, pour plusieurs artistes algériens dans différents domaines créatifs dont la photographie d'art, la vidéo, la musique, la peinture ou encore l'écriture. Plasticien, Jaoudet Gassouma a publié son premier roman Zorna! en 2004, avant La Kabylie, le coeur entre les montagnes, son deuxième livre sorti en 2014.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha