Prévisions pour le 17 Decembre 2018

 Adrar Min 6 °C Max 21 °C
30
 Laghouat Min 5 °C Max 17 °C
32
 Batna Min 2 °C Max 11 °C
34
 Biskra Min 5 °C Max 21 °C
32
 Tamanrasset Min 6 °C Max 19 °C
32
 Tlemcen Min 7 °C Max 15 °C
34
 Alger Min 7 °C Max 17 °C
34
 Saïda Min 4 °C Max 13 °C
30
 Annaba Min 10 °C Max 17 °C
11
 Mascara Min 7 °C Max 17 °C
30
 Ouargla Min 7 °C Max 19 °C
32
 Oran Min 10 °C Max 18 °C
30
 Illizi Min 3 °C Max 21 °C
32
 Tindouf Min 7 °C Max 19 °C
28
 Khenchela Min 2 °C Max 12 °C
34
 Mila Min 6 °C Max 15 °C
30
 Ghardaïa Min 8 °C Max 19 °C
32
Accueil |Culture |

UN PATRIMOINE HISTORIQUE ET MÉMORIEL À SAUVEGARDER

Si Miliana m'était contée...

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Si Miliana m'était contée...

Le mausolée de Sid Ahmed Benyoucef incarne une mémoire collective de la population de Miliana générationnellement très attachée aux repères civilisationnels de cette cité historique.

C'est à l'initiative de l'Association des Amis de Miliana impulsée par son très actif et dévoué président le docteur Khouatmi Lotfi, qu'une visite de la capitale du Zaccar a eu lieu à travers une rencontre très fructueuse et conviviale des citoyens de cette ville et des membres du mouvement associatif dont ceux de l'Association des Amis de la rampe Louni Arezki de la casbah d'Alger et des adeptes de la culture algérienne à l'image des soeurs Lafer Malika et Anissa Batel, toutes deux animatrices et dames de radio de référence qui ont également fait le déplacement d'Alger.
Une heureuse opportunité où nous avions pu redécouvrir sous une pluie salvatrice prélude d'un printemps chatoyant, la beauté saisissante d'un panorama exceptionnellement féérique de Miliana harmonieusement intégré dans un décor édénique des majestueuses montagnes et des plaines luxuriantes de l'imprenable Zaccar.
Dès notre arrivée à Miliana où un accueil chaleureux a été réservé aux visiteurs du jour que nous étions, un déplacement guidé a eu lieu au mausolée de Sid Ahmed Benyoucef, saint protecteur multiséculaire de la ville de Miliana. Une citoyenne du terroir a magistralement retracé, avec une éloquence émouvante, la genèse historique et mémorielle de ce lieu mythique chargé d'histoire qui a ainsi été revisitée à travers les épopées de résistance, à la satisfaction d'une nombreuse assistance.
A ce propos, il a été rappelé que le mausolée de Sid Ahmed Benyoucef incarne une mémoire collective de la population de Miliana générationnellement très attachée aux repères civilisationnels de cette cité historique dont le faqih résistant Sid Ahmed Benyoucef constitue une symbolique phare séculairement vénérée par l'ensemble de la population de la région qui, cérémonieusement, célèbre dans la ferveur du recueillement le souvenir d'éternité du saint protecteur de leur ville.
En cela, ce mausolée qui perpétue un véritable pôle de rayonnement culturel de citadinité n'est malheureusement pas conservé et entretenu à la dimension de son ancrage sociétal et populaire dans cette région riche et féconde du patrimoine mémoriel.
Un défi qui doit être relevé par les autorités concernées et toute la communauté associative citoyenne en collaboration avec les pouvoirs publics, Assemblée populaire communale, wilaya, daïra, prioritairement impliqués pour cette action salutaire de la pérennisation de la mémoire collective.
Dans ce contexte et, pour la complémentarité d'un segment historique de la ville de Miliana, une autre visite guidée a été organisée par l'Association des Amis de Miliana à la manufacture d'armes de l'Emir Abdelkader, une instructive initiative qui a permis aux participants de redécouvrir un pan fabuleux d'histoire de la résistance populaire conduite par l'Emir Abdelkader, qui incarne la résistance armée pour la libération de la patrie des forces d'occupation colonialistes françaises.
Dans un magnifique palais de style architectural mauresque communément appelé «Ksar Echerchali», le palais Cherchali du nom de son donateur à l'illustre Emir Abdelkader, les visiteurs, parmi lesquels l'auteur de ces lignes, ont été subjugués par l'imposante bâtisse d'un style architectural esthétique où sont exposés les outils authentiques d'époque qui ont servi à la fabrication d'armes de combat aux célèbres moudjahidine inlassablement au combat contre les hordes barbares d'invasion.

Les descendances futures et la postérité
Cette rencontre au Café littéraire de Miliana a également été un pèlerinage de la mémoire collective où nous avions revisité une cité historique dont l'âme est expressive à travers ses immeubles et son bâti d'un classicisme évocateur d'art de raffinement urbain intégré a un splendide et extasiant panorama ondoyant des plaines luxuriantes de beauté incrustée au flanc de l'imprenable récif montagneux du plurimillénaire Zaccar.
A l'évocation de ceux-ci, nous citerons entre autres le lycée Mustapha Feroukhi dont le prestigieux nom perpétue une légende de pionniers de la révolution algérienne dont Hocine Aït Ahmed qui a séjourné à Miliana et fut élève en son sein en 1945, avec des noms de célébrités nationalistes de premier plan à l'image de Ali Laimeche, Idir Aït Amrane, Saïd Chibane, pour ne citer que ceux-là et qui étaient ensemble incorporés dans le mouvement scout très actif, rayonnant et avant-gardiste à cette étape charnière de l'histoire à Miliana.

Une fabuleuse anthologie culturelle de la ville de Miliana
Celle-ci également ville natale du héros national Ali Amar, appelé populairement Ali la Pointe, une symbiose affective d'un lieu phare avec la casbah d'Alger qui l'a couvé dans ses exploits de lutte révolutionnaire pour en devenir à jamais son icône d'un héroïsme de légende.
Toujours et encore des lieux de mémoire ressuscités en la circonstance, ont été visités l'année dernière en compagnie de Madame Amhis-Ouksel Djouher, célèbre écrivaine âgée de 90 ans qui, fortement émue, a renoué 73 ans après des liens avec le lycée Abdoun Ali qui fut à l'époque l'Ecole normale d'institutrices où elle était étudiante, précédée au cours des années 30 par une étoile de la culture algérienne ancestrale, Taous Amrouche, la cantatrice soprano des «achouik» de résistance des femmes de Kabylie.
Dans ce contexte, un hôtel maintenant délabré, resté dans l'anonymat et qui avait pour nom l'hôtel du Commerce, s'impose également en lieu d'une symbolique de culture livresque et un havre de repos qui avait comme pensionnaire convalescent l'écrivain français de renom universel Alphonse Daudet, auteur du lumineux roman Lettres de mon moulin, oeuvre d'un immense succès littéraire.
Une fabuleuse anthologie culturelle de la ville de Miliana à travers les cycles générationnels des âges et du temps qui, impérativement, doivent être valorisés par la sauvegarde et la fertilisation de son patrimoine mémoriel empreint d'une richesse exceptionnelle à redécouvrir et à transmettre à la jeunesse ainsi qu'aux générations futures en legs existentiel très précieux à pérenniser et à préserver du syndrome dégradant et avilissant de l'oubli.
Toute l'élaboration de cette didactique rétrospective se veut être la synthèse d'un expressif pan d'histoire mémorielle, civilisationnelle et patrimoniale de la ville de Miliana à travers la symbolique de sa richesse culturelle d'universalité qui recommande la tenue d'un séminaire d'approche scientifique dont l'objectif primordial est de redécouvrir la véritable dimension de la cité historique à valoriser par la réhabilitation, la restauration et la revitalisation de son tissu urbain et économique.
Cet espace pourrait être ainsi une plateforme de réflexion, de concertation et d'échanges annonciatrice d'une action citoyenne porteuse, avec la contribution des institutions concernées pour restituer enfin à la ville historique de Miliana ses splendeurs civilisationnelles d'antan.
Ceci s'inscrira en un devoir impérieux accompli en direction des générations montantes dont le legs ancestral leur sera ainsi transmis en dépositaires légitimes pour les descendances futures et la postérité.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha