Prévisions pour le 18 Juillet 2018

 Adrar Min 32 °C Max 45 °C
34
 Laghouat Min 25 °C Max 40 °C
30
 Batna Min 21 °C Max 37 °C
34
 Biskra Min 26 °C Max 42 °C
34
 Tamanrasset Min 23 °C Max 33 °C
32
 Tlemcen Min 18 °C Max 30 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 33 °C
32
 Saïda Min 24 °C Max 39 °C
34
 Annaba Min 20 °C Max 29 °C
32
 Mascara Min 17 °C Max 33 °C
32
 Ouargla Min 31 °C Max 44 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 31 °C
32
 Illizi Min 26 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 28 °C Max 43 °C
32
 Khenchela Min 21 °C Max 38 °C
34
 Mila Min 18 °C Max 41 °C
34
 Ghardaïa Min 30 °C Max 42 °C
30
Accueil |Culture |

MOHAMED BADAOUI

"L'écriture poétique est un mystère difficilement déchiffrable"

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'écriture poétique est un mystère difficilement déchiffrable, estime l'écrivain Mohamed Badaoui, interrogé par l'APS à l'occasion de la parution de son nouveau livre «Schiste et Mica» aux éditions Hélium. Pour l'auteur, la vie, sans art ni création, semble lourde et sans charme.

«Schiste et Mica», un livre qui rassemble prose, poésie et peintures sous un titre qui suscite un peu l'intrigue. Expliquez-nous.
Mohamed Badaoui:
«L'idée de réunir un écrivain et un plasticien vient de Omar Méziani, l'éditeur qui est lui-même artiste. Les démarches des deux sont indépendantes mais peuvent mutuellement se féconder. Quant au texte, il est inexplicable même pour son auteur. L'écriture poétique est un mystère difficilement déchiffrable. Elle provient de couches profondes, pour ne pas dire abyssales, d'où émane un son qu'il ne faut surtout pas retenir ou orienter. Il en va ainsi pour le titre. «Schiste et Mica» s'est imposé à moi en quelques secondes. Il résonne, cela dit, à la même fréquence que la musique rocailleuse, minérale que j'entendais monter de la Terre lorsque j'écrivais. Evidemment, il ne s'agit pas d'un essai ou même d'un roman, mais une radiation qui m'a traversé et dont j'ai gardé le souvenir sous forme de mots. Je dois cependant préciser que les deux premiers fragments ont été écrits en 2016. Le dernier, intitulé «Séisme», a été composé, quant à lui, une vingtaine d'années plus tôt».

Après un recueil de nouvelles, l'écriture et la mise en scène de deux pièces de théâtre, un livre-audio pour enfants, une série de pièces dramatiques radiophoniques et une exposition au Mama, vous voilà aujourd'hui dans la poésie. Parlez-nous de cette diversité d'expression.
«Je me sens comme un enfant qui aime jouer avec tout ce qui lui tombe sous la main. Dans mon coin, je construis de petits univers avec les matériaux du moment puis je les partage. Sans art, sans création, la vie me semble lourde et sans charme. Nous naissons, nous mourrons et entre-temps nous obéissons par peur du châtiment ou par peur de perdre ce que nous possédons. A trop prendre la banalité au sérieux, nous passons à côté de l'étrangeté du monde. C'est ma philosophie et mon carburant».

Quel regard portez-vous sur le monde littéraire en Algérie et de l'écriture journalistique d'aujourd'hui, vous qui exercez le métier de journaliste depuis ses années de gloire?
La société algérienne se cherche. Tout ce qu'elle produit lui ressemble. Il existe certes des individualités peu nombreuses qui sèment les graines d'un nouveau monde.
Toutefois, en tant que communauté, nous demeurons, pour l'instant, assez éloignés de la marche du monde. Cela dit, l'évolution est inscrite dans l'ADN humain. Elle prendra du temps, mais finira par arriver. Quant au passé, il faut le méditer, s'en inspirer et non le copier indéfiniment. Il est en effet risqué d'avancer en gardant les yeux constamment rivés sur le rétroviseur.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha