Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 19 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 20 °C Max 30 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 37 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 12 °C Max 25 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Culture |

ISABELLE ADJANI RETROUVE SES RACINES

Elle tournera "Soeurs" en Algérie

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La star française du cinéma, d'origine algérienne, Isabelle Adjani, va entamer en octobre prochain le tournage d'un film en Algérie dans un rôle d'une Algérienne, a rapporté jeudi Le Parisien. Le film «Soeurs», une première pour cette célèbre actrice, qui a, à son actif, plus d'une cinquantaine de films (courts et longs métrages, documentaires, TV) et près de 20 pièces de théâtre, est mis en scène par la réalisatrice d'origine algérienne Yamina Benguigui qui a confié au journal «avec émotion» que «c'est un grand moment pour nous». A partir de fin octobre et pendant 11 semaines, le film sera tourné d'abord entre Alger, Oran et Constantine, puis à Paris et dans le nord de la France, a précisé le quotidien, indiquant que ce long-métrage racontera comment trois soeurs-interprétées par Isabelle Adjani, Rachida Brakni et Maïwenn- se déchirent lorsque l'une d'elles (Isabelle Adjani) décide de raconter au théâtre la vie de leur père mourant. «Isabelle jouera une metteuse en scène, Maïwenn une chef d'entreprise et Rachida une députée de droite du nord de la France», a détaillé au Parisien la réalisatrice, soulignant qu'elle a travaillé sur le scénario avec Abdel Raouf Dafri (scénariste d'»Un prophète», «Braquo», «Mesrine», notamment). Le film, qui sera celui de femmes, questionnera le rapport au pays d'origine et au pays d'accueil, l'enracinement, l'intégration, a ajouté Yamina Benguigui, expliquant que «c'est quelque chose qui a mûri». «Avec Isabelle, on s'est rencontrées en 1988 en Algérie, où je tournais avec Rachid Bouchareb. Je filmais des étudiants et Isabelle était venue leur parler. Quelques années plus tard, en 1994, quand j'ai réalisé le documentaire Femmes d'Islam, Isabelle est venue me voir, elle m'a dit qu'elle avait tellement pleuré.
On ne s'est plus quittées. Depuis, on se voit ou on s'appelle tous les jours. C'est au-delà de l'amitié, a-t-elle confié.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha