Prévisions pour le 22 Novembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 23 °C
34
 Laghouat Min 2 °C Max 17 °C
34
 Batna Min 7 °C Max 16 °C
30
 Biskra Min 8 °C Max 20 °C
30
 Tamanrasset Min 11 °C Max 27 °C
28
 Tlemcen Min 10 °C Max 18 °C
30
 Alger Min 10 °C Max 21 °C
30
 Saïda Min 7 °C Max 17 °C
30
 Annaba Min 10 °C Max 21 °C
30
 Mascara Min 10 °C Max 21 °C
30
 Ouargla Min 7 °C Max 21 °C
32
 Oran Min 12 °C Max 21 °C
30
 Illizi Min 13 °C Max 30 °C
30
 Tindouf Min 9 °C Max 23 °C
34
 Khenchela Min 6 °C Max 16 °C
30
 Mila Min 7 °C Max 22 °C
30
 Ghardaïa Min 6 °C Max 20 °C
32
Accueil |Culture |

LE MALOUF CONSTANTINOIS S'INVITE À ALGER

Salim Fergani à Ibn Zeydoun

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Salim Fergani à Ibn Zeydoun

Un concert de musique malouf, a été animé jeudi soir à Alger, par le chanteur constantinois Salim Fergani, qui a ravi le public, avec un florilège de pièces du patrimoine andalou, au ton mélodieux relevé et aux déclinaisons rythmiques composées.

Accueilli à la salle Ibn Zeydoun de l'Office Riadh El Feth (Oref), le récital a permis au public, relativement nombreux, de revisiter le registre de la chanson malouf, école de l'Est algérien de la musique andalouse, qui compte également les genres, «Sanaa» d'Alger et «Gharnati» de Tlemcen. Soutenu par son frère Rachid aux «nakkaret» (timbales), Said Boufennara à la derbouka, Abdelmadjid Mekki au tar, Nabil Taleb et Lyès Meskine aux violons altos, Karim Baghriche au ney (flûte orientale) et Mohamed Anis Banhamida à la mandoline, Salim Fergani au luth, a déroulé un programme en trois parties, répondant, par moment, à la demande de l'assistance, dans une ambiance conviviale. Tout de blanc vêtu et «heureux de se produire devant le public algérois», Salim Fergani, à la voix présente, dotée d'une large tessiture, a, près de deux heures et demie durant, entonné une dizaine de pièces dont, «Ya bahi el djamel», «Ya racha amri gharib», «Dalma», «Moulet el khana» et «Men sabni mâa lemlih lila». Le public a pris part au voyage dans la délectation et la solennité du moment, reprenant joyeusement les refrains du «Cheikh», ponctués par des applaudissements répétés et des youyous nourris. Conduites par une interprétation vocale singulière aux accents narratifs, les sonorités à dominance aiguë des violons et du ney, se mêlant à la densité des notes du oud et aux percussions ornées par les frissonnements du tar, renvoyaient indéniablement au ton identifiant de la chanson constantinoise et propre au genre malouf. Dans des variations modales, qui ont, entre autres, brillamment porté les mélodies du «zidène» au «dil barrani», passant par le «h'cin» et le «raml», sur la diversité des cadences, dont «lem'cheghlet», «el mahjouz», «zedjel», «n'çrafet» et «kh'lasset», Salim Fergani, comme à chacun de ses spectacles, entend ainsi montrer «la richesse du patrimoine andalou, dans sa variante malouf».
Les instrumentistes, professionnels du métier, ont fait preuve de maîtrise et de technique, montrant l'étendue de leur savoir-faire, dans une prestation de haute facture, à l'instar de Nabil Taleb et Karim Baghriche, au violon et au ney, respectivement. Digne héritier de son père, Cheikh Mohamed Tahar Fergani (1928-2016) -maître et mémoire vivante du malouf, qui avait oeuvré 70 ans durant à perpétuer le genre constantinois, charmant avec sa voix exceptionnelle et son coup d'archet inégalable le public algérien-, Salim Fergani, à son tour, oeuvre depuis 50 ans, à «la sauvegarde et la transmission de cette musique savante». Rassemblant sa carrière dans une compilation de 40 CD constituant l'Anthologie de la musique constantinoise, le genre malouf et ses dérivés dans toutes les noubas notamment, Salim Fergani s'est étonné de «l'inexploitation à ce jour», de ce «grand projet», pourtant initié, selon l'artiste, par le «ministère de la Culture», et «achevé en janvier 2016».

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha