CASCADES, FORÊTS, GROTTES ET AUTRES SITES NATURELS

Tlemcen "se livre" aux touristes

La perle du Maghreb
La perle du Maghreb

Dans une ambiance estivale marquée par une chaleur caniculaire, la ville de Tlemcen semble, ces jours-ci, ne pas pouvoir contenir les nombreux touristes nationaux et étrangers.

Les sites historiques et naturels de Tlemcen enregistrent, en cette première moitié du mois d'août, une grande affluence de touristes qui viennent découvrir le passé ancestral de la capitale des Zianides et tout ce qu'elle recèle comme patrimoine matériel et immatériel. Dans une ambiance estivale marquée par une chaleur caniculaire, la ville de Tlemcen semble, ces jours-ci ne pas pouvoir contenir les nombreux touristes nationaux et étrangers dont certains visitent Tlemcen pour la première fois. Cette affluence cause de nombreux encombrements dans les principales artères de la ville, devenue une destination privilégiée pour le tourisme culturel, notamment depuis la manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011». Le Palais royal situé dans l'enceinte de la citadelle d'El Mechouar (XIIIe siècle), au coeur de la ville, qui est une reconstitution de l'un des quatre palais de l'époque zianide constitue une véritable attraction pour les visiteurs. Au quotidien, des centaines de familles algériennes en plus d'étrangers visitent ce joyau architectural inauguré durant la manifestation culturelle islamique de Tlemcen en 2011. S. Mohamed, père de famille d'Adrar en visite sur ce site, s'est dit «subjugué» par sa beauté qui reflète le niveau architectural de l'époque zianide.
Pour le rendre plus attractif et plus rentable, des produits artisanaux locaux ainsi que la fameuse Chedda tlemcénienne sont proposés aux visiteurs avides de garder un souvenir de leur voyage.
Les visites du site sont encadrés par des guides qui connaissent l'histoire de la cité. Le complexe religieux de Sidi Boumediene avec son mausolée, sa mosquée et la Medersa khaldounienne, située sur les hauteurs du village d'El Eubbad, en plus du minaret de Mansourah figurent également parmi les sites historiques les plus attrayants de Tlemcen. En groupes, en familles ou entre amis, ces sites accueillent chaque jour, en ce début d'août, des milliers de personnes avides de connaître les détails de l'histoire de ces sites édifiés par les Mérinides lorsqu'ils ont assiégé Tlemcen.
Pour les nombreux touristes, visiter Tlemcen ne se limite pas aux sites archéologiques et historiques. Tlemcen est aussi synonyme d'une beauté naturelle exceptionnelle qui a inspiré et inspire toujours poètes et chanteurs. Les cascades d'El Ourit situées à la sortie est de Tlemcen accueillent quotidiennement en cette période estivale de nombreux «fans» de la nature qui viennent contempler les beaux paysages qui s'offrent à leurs yeux, pour ensuite prendre le chemin des grottes de Aïn Beni Add, non loin de là. Une curiosité naturelle qui s'est formée au fil des années. Avec ses stalactites et stalagmites vieilles de millions d'années, cette grotte, la seconde plus importante au monde, constitue une véritable halte pour se rafraîchir avec ses 13 degrés constants pendant toute l'année. Culminant à plus de 1000 mètres, la grotte de Beni Add constitue, de l'avis même de spécialistes en tourisme et d'amateurs de la nature, un atout extraordinaire pour le développement de l'écotourisme.
Il suffirait seulement de réaliser quelques infrastructures d'accueil et de services pour que ce site devienne une attraction touristique d'envergure nationale et internationale, a indiqué un représentant d'une agence de voyages de Constantine, L. Ali. Le parc naturel de Lalla Setti avec sa forêt récréative «Petit perdreau» est un autre site très fréquenté durant cette période. Les familles tlemcéniennes ainsi que les familles visiteuses se rencontrent dans cet endroit exceptionnel dans la plus grande convivialité connue chez les Algériens.