Accueil |Culture |

DES DIZAINES D'OUVRAGES SERONT PRÉSENTÉS

Le livre amazigh en force au Sila

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le livre amazigh en force au Sila

Le livre écrit en langue amazighe se taillera, encore une fois, une part considérable au prochain Salon international du livre d'Alger qui démarrera le 29 octobre à la Safex.

En plus de dizaines d'éditeurs qui ont inscrit sur leurs catalogues des nouveautés en tamazight dont plusieurs romans publiés en 2018, il y a lieu de souligner que le Haut Commissariat à l'amazighité a également édité de nombreuses publications, en plus des 300 titres publiés depuis 15 ans dans le cadre de la collection «Idlisen-negh», pour la même occasion. Le HCA prévoit aussi, pour ce Sila, l'organisation d'une journée d'étude dédiée à la «littérature amazighe, genèse, typologie et évolution». Cette journée dédiée au roman amazigh et à la littérature amazighe de manière générale se tiendra le 7 novembre 2018 à la salle Ali Maâchi de la Safex avec la participation d'un panel de spécialistes qui retraceront la naissance de la littérature amazighe ainsi que son parcours, ses particularités et aspects saillants à travers ses différents genres et débattront des nouveaux défis de l'écriture littéraire en tamazight (thématiques, public cible...). Pour cette nouvelle édition du Sila aussi, le HCA rebondira avec pas moins de 10 nouveaux livres émanant d'auteurs de deux générations appuyés par des actes de colloques organisés en 2017 et 2018, la revue «Tamazight Tura», les travaux de consulting composés de lexiques et d'études diverses. En outre, et dans le même sillage, le HCA précise que son stand sera, comme d'habitude, érigé au niveau du Pavillon central avec un programme de ventes-dédicaces quotidien du 30 octobre au 7 novembre. Le programme du HCA au Sila prévoit en outre la tenue d'une exposition-pédagogique destinée aux élèves, intitulée «Les Maures et les Numides en Afrique du Nord». «Avec un catalogue riche de plus de 300 titres, le HCA s'enorgueillit d'être leader dans le domaine de l'édition en tamazight en Algérie, voire même au Maghreb. Cet effort est consolidé grâce au partenariat entrepris notamment avec l'Entreprise nationale des arts graphiques (Enag) et l'Office des publications universitaires (OPU) pour inscrire chaque année, des nouveautés dans les domaines de la recherche linguistique, littéraire et anthropologique», lit-on dans un communiqué rendu public par le HCA à cette occasion. Le HCA précise qu'au-delà de la contribution à l'édition en tamazight, l'optique du HCA se veut d'être une bibliothèque ouverte à l'attention des lectrices et des lecteurs, d'ici et d'ailleurs, qui désirent s'imprégner de supports conçus et produits en tamazight et qui obéissent aux normes académiques et professionnelles. Le HCA rappelle enfin l'importance du fait qu'il y ait l'émergence d'une noria de jeunes talents qui, à chaque rentrée littéraire, marquent leur présence avec des oeuvres de bonne facture: des oeuvres qui méritent d'être encouragées et soutenues par la distribution commerciale, la promotion dans les foires de livres et qui peuvent faire l'objet d'une adaptation au cinéma et au théâtre. Il y a lieu de noter que les visiteurs du Sila pourront découvrir pour la première fois le roman «Anza» de Fahim Messaoudene qui a reçu il y a quelques jours le prix «Mohamed Dib» du meilleur roman en tamazight.
De nombreux autres écrivains rédigeant leurs livres en tamazight ayant pignon sur rue, sont invités au Sila, via leurs éditeurs. Ils ont confirmé leur participation à l'instar de Mohand Arkat qui sera présent pour dédicacer la nouvelle édition de son roman «Abrid Ntala», publié dans le cadre de la collection «Tasekla tamazight» des éditions «la Pensée» de Tizi Ouzou. Autant que Brahim Tazaghart qui vient aussi de rééditer son roman «Innig anegarru» épuisé depuis plusieurs années, faut-il le rappeler. Parmi les romanciers de langue amazighe qui participeront au prochain Sila on peut aussi citer les lauréats du prix Assia Djebar, à savoir Rachid Boukherroub, Lynda Koudache et Mustapha Zarouri. Quant aux maisons d'édition qui accordent une grande importance au livre amazigh et qui ne rateront pas ce rendez-vous, on peut citer, entre autres, «L'Odyssée», «El Amel», «Tira», «Tafat», «Rich'Essalam», «Identité», «Achab»...

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha