Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Culture |

AMINA AZZA- BEKAT

"L'Afrique sera présente dans différentes formes artistiques"

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'Esprit Panaf revient au Pavillon central cette année, même si son emplacement et design ont changé. Exit Karim Chikh et Narimane Saâdouni, mais pour cette 23e édition du Sila une nouvelle recrue a été dépêchée pour gérer la programmation et ses invités. Un choix qui n'est pas fortuit puisque Mme Amina Azza- Bekat est spécialiste depuis 30 ans de littérature africaine...

L'Expression: Vous êtes cette année la nouvelle responsable du pavillon Esprit Panaf au Sila. Parlez-nous du programme...
Amina Azza Bekat: Je suis en charge de l'Esprit Panaf cette année. Ce qui m'a permis d'inviter des conférenciers venus d'Algérie qui ont travaillé sur l'Afrique dans sa globalité, mais aussi des conférenciers venus de l'Afrique subsaharienne. On va aborder différents thèmes. On brassera très large cette année, dans l'idée de montrer qu'au contraire l'Afrique est pleine de perspectives très heureuses et qu'il peut nous arriver plein de bonnes choses contrairement à ce que pensent les médias occidentaux en disant que l'Afrique est perdue. On commencera donc par le commencement c'est-à-dire par l'histoire, aujourd'hui avec des conférences de M. Soufi, Khelifa et une dame serbe qui a écrit sur Nelson Mandela et aussi d'un Cubain qui a beaucoup traité du rapport de Cuba avec l'Afrique. Tous les jours nous aurons un thème. Demain nous allons parler du réalisme du roman africain, comment il décrit les choses. Après-demain on parlera de la peinture et de l'Afrique. Nous avons des peintres très célèbres comme Mohamed Khadda ou comme Denis Martinez qui ont introduit l'inspiration africaine dans leurs oeuvres. Madame Khadda sera là, Denis Martinez aussi. Nous aurons aussi un panel sur le roman et le cinéma africains. Le jour suivant nous aurons la bande dessinée lors d'une conférence qui sera présentée par Mme Dalila Nedjam qui est la directrice du Fibda. Cela se tiendra en présence de deux dessinateurs qui viendront de France mais qui sont d'origine africaine. Et on terminera par une pièce de théâtre. Ce sera la grande nouveauté de cette année. Elle sera jouée à la salle du Sila avec une troupe amateure qui s'intitule la troupe du Festin. C'est une pièce très célèbre d'Aimé Césaire qui s'appelle Une tempête, écrite d'après La tempête de Shakespeare.

Comment s'est établi ce programme bien éclectique?
C'était mon idée parce que j'ai pensé qu'il fallait que je brasse large et donc toutes les formes artistiques du continent en montrant que c'était extrêmement important pour le continent et qu'en fait, nous sommes une terre de partage. J'aurai voulu introduire un panel sur le conte, mais c'état trop court. Je ne pouvais pas tout faire.

Qu'est-ce que cela représente pour vous d'être à la charge de ce pavillon qui est l'Esprit Panaf?
Ca représente d'abord un aboutissement puisque je travaille sur la littérature africaine depuis trente ans. J'ai fait deux thèses de doctorat sur la littérature africaine. Je me suis bien documentée et puis cette année ça m'a permis d'introduire des sujets qui m'intéressent. J'ai la chance d'avoir des amis qui ont répondu présent. Des gens de l université ou que j'ai rencontrés durant ma carrière. Nous allons pouvoir ouvrir des perspectives et enfin considérer que l'Algérie fait partie de l'Afrique.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha