Accueil |Culture |

FESTIVAL DU THÉÂTRE COMIQUE DE MÉDÉA

L'édition "Tayeb Abou El-Hassane" bientôt

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Sept troupes théâtrales, sélectionnées pour la compétition finale, vont tenter de faire bonne impression auprès du jury du festival.

La 12e édition du Festival national de théâtre comique, dédiée cette année a l'artiste comédien Tayeb Abou El-Hassane, se tiendra du 3 au 7 décembre prochain à Médéa, a annoncé samedi dernier le commissaire du festival, Said Benzergua. Sept troupes théâtrales, sélectionnées pour la compétition finale, vont tenter de faire bonne impression auprès du juré du Festival, composé des comédiens Ahmed Khoudi, Dalila Nouar et Salah Ougroute, et d'essayer, en même temps, de séduire le public pour décrocher la «grappe d'Or».
La 12è édition du Festival national du théâtre comique sera également marquée par l'organisation, dans le cadre du programme hors compétition, d'une quinzaine de spectacles à caractère théâtral et de monologues, qui auront lieu dans les résidences universitaires, de manière à élargir le champ de diffusion de cet évènement culturel, très attendu dans la région, a expliqué Said Benzergua, lors d'un point de presse. Il est prévu, en outre, l'organisation de rencontres-débats et d'ateliers axés sur le théâtre radiophonique et l'humour comme moyen de réinsertion sociale, d'autant plus que le début de la manifestation coïncidera, cette année, avec la célébration de la Journée mondiale des personnes aux besoins spécifiques, a-t-il précisé.
Un hommage posthume sera rendu, à l'occasion de cet évènement, à l'artiste et comédien talentueux Tayb Abou El-Hassane, de son vrai nom Tayeb Maârouf, considéré, dans le milieu artistique, comme le «frère jumeau» du grand comique Hassan-el-Hassani. Tayeb Abou El-Hassane, qui a passé cinq années d'emprisonnement à Serkadji, durant l'occupation, en raison de son engagement politique, a côtoyé de grands noms du quatrième art algérien, parmi lesquels Mahieddine Bachtarzi et Rouiched, mais c'est auprès de Hassan-el-Hassani «Boubagra» qu'il va acquérir l'expérience et les subtilités du métier qui vont le porter au devant de la scène théâtrale, puis l'encourager à tenter une expérience cinématographique, sous le parrainage de «Boubagra», son véritable mentor.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha