Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Culture |

Le philosophe russe Souheil Farah au HCI

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'éminent chercheur et académicien Souheil Farah sera l'hôte du Haut Conseil islamique le 2 décembre prochain où il animera une conférence. Né le 8 mars 1951 à Beyrouth (Liban), Souheil Farah est docteur en philosophie et membre actif de l'Académie russe des sciences naturelles. En 1996, il a été le fondateur de la maison libano-russe à Beyrouth. Il est l'auteur de 16 monographies et
175 articles scientifiques sur la culturologie, la philosophie de la science et de la religion, l'orientalisme russe, la civilisation russe, le dialogue des civilisations en russe et en arabe. Parmi les nombreux prix du professeur figurent la médaille Saint-Macaire, la médaille d'or «l'Amitié des peuples-l'unité de la Russie» (2004), la médaille Pouchkine (2011). En 2011, Souheil Farah est reconnu en Russie comme l'homme de l'année dans le domaine de la science. L'hôte du HCI a également participé à la XXIe Conférence internationale «Dignité, droits et libertés de l'homme».Le 16 octobre 2012, dans la résidence de la direction spirituelle des musulmans de la Russie a eu lieu la cérémonie de remise de l'ordre d'honneur «Al-Fahr» à un scientifique, et un spécialiste dans le domaine du dialogue des civilisations Souheil Farah. Le prix a été décerné pour une grande contribution au développement du dialogue des cultures et des civilisations, incarné dans une variété de projets scientifiques, d'édition, culturels, littéraires et pour les années de travail fructueux sur le renforcement de l'amitié et de la coopération du Monde arabe avec la Russie et l'incarnation de l'idée de l'amitié des peuples par l'exemple personnel. Dans sa jeunesse, il aimait les oeuvres d'Alexandre Pouchkine et Fedor Dostoïevski, alors qu'il ne maîtrisait pas bien la langue russe. A son arrivée en Urss en 1974, il a intégré la faculté de journalisme de l'université de Moscou.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha