Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Culture |

LE ROMAN AM EL HABL DE MUSTAPHA NETTOUR

Une empreinte singulière dans le récit algérien

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le roman Am El Habl du défunt écrivain Mustapha Netour constitue une empreinte singulière dans le récit algérien, a estimé, jeudi à Constantine, l'écrivain et journaliste Salim Boufendassa. Lors d'une rencontre tenue à la bibliothèque principale de lecture, en hommage à ce défunt homme de lettres (1950-2011), à l'occasion du 7ème anniversaire de sa mort, Boufendassa a estimé que le romancier a rapporté dans cette oeuvre sa perception de l'identité algérienne à travers une poésie farouche décrivant l'histoire de la ville du Vieux Rocher sous le règne des Ottomans. Comparable à une recherche anthropologique sur la nature de la tyrannie, le roman transformé en oeuvre théâtrale par le théâtre régional de Skikda, présente une vue panoramique sur Constantine, sa création, ses tribus et son territoire, a ajouté l'intervenant regrettant le peu d'études consacrées à Mustapha Nettour. Pour sa part, la poétesse Nadjah Hadda, sa veuve, a révélé que le défunt écrivait dans un langage simple et proche du coeur des Algériens.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha