Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Culture |

DISPARU IL Y A 10 ANS

Cheikh Yahi, ce grand humaniste

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Cheikh Yahi, ce grand humaniste

«Comme tous ceux qui, pieusement sont morts au service de l'éducation, tu as droit que sur ta tombe tes disciples viennent et prient.»

Tu as entièrement raison Cheikh d'avoir lancé cette opportune exhortation à tes collègues de l'école algérienne. C'est un juste sentiment qui trouvera, je n'en doute pas, des oreilles attentives pour le perpétuer au sein d'une communauté de sages qui existe naturellement pour s'attacher profondément à l'éducation des générations, à la sagesse, à l'éthique, à la vertu...
Vois-tu, Cheikh, je rentre directement dans le vif du sujet..., mais ne dois-je pas te présenter préalablement aux jeunes pour qu'ils sachent d'abord qui tu es, pardon, qui tu étais il y a dix années de cela? En effet, il fallait commencer par te présenter, dans toute ta grandeur, ta simplicité, ta générosité, ton humilité.
Ainsi, je peux leur dire... Que l'on soit à El-Khemis, ou à Miliana ou à Cherchell, ou à Aïn-Defla, Theniet-El-Had, Ténès et El Asnam, aujourd'hui Chlef, ou partout ailleurs dans les autres villes et villages se situant à proximité de l'ancienne wilaya, et que l'on évoque le sujet de l'Education nationale en prononçant le mot «Cheikh», on est quasiment sûr que tous comprennent qu'il s'agit bel et bien de Cheikh Yahi, cet infatigable pilier de l'enseignement, cet humaniste invétéré qui n'a vécu que pour un idéal, celui d'être utile.

Qui était-il professionnellement?
Oui, un homme charismatique qui avait foi en lui-même et qui s'imposait à être le changement qu'il voulait voir dans son milieu..., un homme qui donnait énormément de son savoir et de son temps, mais qui, également, recevait profusément en termes de satisfaction du fait de la réussite de ses disciples.
«Cheikh Yahi, un grand esprit, disparu il y a 10 ans déjà.», s'exclament ceux qui l'ont bien connu et approché! Alors, aujourd'hui, à l'occasion de cet anniversaire historique pour sa famille, ses amis et surtout ses élèves, il est opportun de le convier en ces moments propices pour ne pas douter de l'avoir aimé. Parce qu'il est vrai que lors de cet hommage, à titre posthume, on peut aborder, avec tout notre amour pour cet Homme qui a été une puissante leçon d'humanisme, une bonne partie de ce qu'il était dans sa vie et ses actions pour le remémorer, en le présentant aux jeunes, sans fards et «sans reproches», afin d'appuyer nos déclarations et nos écrits... Une sorte de preuve évidente d'une présence soutenue, tout au long d'une période, en d'autres termes, d'une existence effective et concrète sur la scène éducative, sociale et même politique que traversent des courants multiples et qu'agitent des événements que nul ne peut éviter, tant que le destin, chez nous, est synonyme de dogme qui se conjugue au même temps que la providence.
Continuons sur sa présentation, et abordons sa vie professionnelle.

Il prendra son premier poste à 21 ans
Le 30 mai 1928 est né à Hadjout, Mohamed Yahi. Il entre en 1945 à l'École normale de Bouzaréah et en sort en 1949, major de sa promotion. Du talent dès son jeune âge, n'est-ce pas?
Pour son premier poste, à vingt et un (21) ans, le jeune instituteur est affecté au groupe scolaire Jules Ferry à Affreville, aujourd'hui Khemis-Miliana. En 1958, nommé professeur des écoles au collège d'enseignement général Victor Hugo, il s'adonne inlassablement à son métier d'enseignant.
Beau-frère du chahid Mustapha Liassine (dont le père, Ahmed, fut également instituteur à Affreville), il milita discrètement pour l'indépendance, gardant le contact avec certains de ses élèves partis au maquis, transportant du courrier secret et des armes soigneusement dissimulées dans son Aronde avant de les cacher dans la cave de son immeuble dont il était le seul résident algérien au milieu d'enseignants français
En 1962, Mohamed Yahi, connu sous le nom de «Cheikh», est nommé maire de la ville. L'été de cette même année, grâce à sa vision éclairée et son esprit fédérateur, il réussit à organiser avec peu d'enseignants et encore moins de moyens, la première rentrée scolaire de l'Algérie indépendante. C'était une gageure en ce temps-là...
Toujours actif, ce pédagogue s'implique dans la formation et l'encadrement des jeunes scouts musulmans d'Algérie.
Infatigable, il préside aussi le comité de wilaya du Croissant-Rouge algérien, le conseil d'administration de l'hôpital de Khemis-Miliana et occupe le poste de vice-président de la Mutuelle générale de l'Éducation nationale, (Mgen)
Passionné de football, déjà à l'époque de la Bouzaréah, Cheikh Yahi met également son énergie au service de l'équipe locale de football, le SCAF, qu'il présidera de nombreuses années.
En 1965, nommé inspecteur de l'enseignement, il exercera cette fonction avec abnégation jusqu'en 1988.
Pendant ces longues années, il initie et dirige l'institut mixte de technologie de l'Education nationale à Khemis-Miliana. Ses élèves gardent le souvenir d'un homme au charisme exceptionnel, sévère et exigeant, mais bienveillant et attentif. Celles et ceux qu'il a formés se remémorent la phrase qu'il aimait tant répéter: «Nous avons semé du bon grain, Plut à Dieu que la récolte soit bonne...». Pour lui, le métier d'éducateur était plus qu'une passion, un véritable sacerdoce.

Il exercera ses fonctions avec abnégation
Féministe et soucieux de la nécessaire présence d'éducatrices dans le corps enseignant algérien, Cheikh Yahi convainc personnellement les familles de Cherchell, Gouraya, Miliana, Chlef, Ténès, Theniet El Had, qui craignaient d'inscrire leurs filles en internat, de le faire, en se portant garant de leur protection et de leur scolarité.
En 1969, Il réalisa durant les vacances de printemps, du 1er au 10 avril, un voyage inaugural d'études et accompagna les normaliennes et normaliens de la wilaya d'El Asnam, promotion 4eme année dans une tournée historique: Djelfa, Ghardaïa, Ouargla, Hassi Messaoud, Tougourt, El Oued, Biskra, Batna, Timgad, Constantine, Annaba, Djidjeli, Béjaïa, Alger.
Ceux qui ne connaissaient que son côté sévère de directeur, étaient enchantés de découvrir son côté jovial et artiste lorsqu'à chaque fête de fin d'année il prenait le micro pour reprendre quelques passages de Bouadjadj «Ya saheb el Ghamama» ou encore «Azzizaliya Sidi Rssoul Allah»...
Cheikh Yahi nous a quittés le 1er janvier 2009. Nous commémorons avec beaucoup d'émotion le 10ème anniversaire de sa disparition et reprenons la phrase qu'il prononçait à chaque disparition d'un éducateur: «Comme tous ceux qui, pieusement sont morts au service de l'éducation, tu as droit que sur ta tombe tes disciples viennent et prient.»
Cheikh Yahi donc, exclusivement connu sous ce pseudonyme, que lui a bien choisi la vox populi dans son univers de l'éducation - tant le terme «Cheikh» a de la valeur dans notre culture - en le vénérant bien sûr, pour de considérables initiatives que nul autre n'aurait pu accomplir, était profondément convaincu de la mission ô combien noble qu'il effectuait avec détermination, mais surtout avec amour. En effet, parce qu'ardemment convaincu de la noblesse de l'éducation des enfants, il s'était engagé dans un combat au quotidien, sur le terrain de la réalité, bravant tous les obstacles et luttant inlassablement pour la promotion d'une école au diapason des exigences de notre pays...

«On ne devient homme qu'en se surpassant» (Aristote)
Le Cheikh Yahi, ce forcené du travail. Il ne pouvait ne pas voir un jour ce tableau noir de notre enfance, ce morceau de craie qui avait une odeur particulière, ces tables bien alignées et leurs encriers bien astiqués, ces cahiers de classe bien rangés et, pour couronner le tout dans ce climat d'émulation, ces meilleurs résultats qui le faisaient vibrer de tout son être.
C'est ainsi, qu'il y a des gens qui sont nés pour se distinguer dans le sacrifice... et Cheikh Yahi en faisait partie, avec «son syndrome» du culte de la perfection. D'ailleurs, c'est pour cela que pris dans l'engrenage du rendement positif, les termes repos, vacances, détente, relâche, farniente, congés et arrêt de travail, ou je ne sais quel autre terme parmi ceux qu'il rebutait, n'étaient pas dans son logiciel.
Des belles actions avec Cheikh Yahi, il y en a eu tellement. Il les composait et les vivait en acteur principal, souvent sans s'en rendre compte, ni même espérer qu'un jour elles lui seraient comptées parmi les performances inoubliables que d'autres n'ont pu présenter au profit d'une société comme la nôtre qui, aujourd'hui particulièrement, a tellement besoin de ces valeurs d'exemples.
Oui, Cheikh Yahi - j'y reviens, parce que je l'ai bien connu - a été un bourreau de travail, spécialement dans le métier d'éducateur qu'il chérissait au-delà de ses limites. Et c'est là, que je reconnaissais chez lui, «le reflet d'une qualité innée, intérieure, ou la quête d'une compréhension philosophique ou littéraire de l'harmonie, de la raison et de la vérité», comme disait l'architecte britannique John Pawson.
Voilà des hommes qu'il faudrait célébrer en érigeant à leur gloire ce qui doit leur convenir en termes de reconnaissance. Ainsi, s'il y a des distinctions à distribuer - et il doit y en avoir au profit de ce genre de cadres laborieux - ne pourrait-il pas en bénéficier notre Cheikh Yahi, à titre posthume, lui qui s'est exténué dans l'encadrement, la formation, l'éducation et la mobilisation d'une foule d'élèves et d'étudiants devenus, aujourd'hui, de grands et meilleurs cadres dirigeants dans les structures étatiques et le secteur privé en Algérie?
Mais en attendant, le Tout-Puissant, lui réserve sans aucun doute, parce que Reconnaissant et Miséricordieux, sa place parmi ses élus, ceux qui leur prédit le Firdaous pour avoir été de bons croyants, en privilégiant l'oeuvre utile dans la plénitude du travail bien fait et dans la dignité. «Dis: «Agissez! Dieu va apprécier vos actions, ainsi que Son Prophète et les Croyants. Vous ferez ensuite retour à celui qui connaît si bien toute chose, invisible ou apparente. Alors Il vous informera de toutes vos oeuvres» Coran, Sourate 9, verset 105.
Oui, en attendant demain où, à l'heure des bilans que nous espérons honnêtes et sincères, il aura sa place - une bonne place - dans les annales de l'Education nationale qui saura reconnaître les siens, ces combattants du progrès, de la réussite et du bonheur de l'élève et de ses parents, en somme, le bonheur de tout un pays. Et là, Cheikh Yahi demeurera à jamais le symbole d'une époque, d'une génération d'instituteurs, de professeurs, d'inspecteurs et de directeurs - il a occupé toutes ces fonctions - qui ont brillé par leur passion de l'école, par leur dévouement aux besoins des élèves et par leurs espoirs quant au devenir de cette Algérie qui remplissait leur coeur.
Ainsi, pour mon dernier mot, je te dis: Cheikh Yahi, dors en paix, tu as fait ton devoir, tu as occupé convenablement ta mission d'éducateur généreux, attentif et zélé dans un monde qui n'arrêtera pas de louer tes mérites et de célébrer ton appartenance à cette race d'Hommes qui n'ont de cesse de se rassembler autour de grands idéaux.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha