Accueil |Culture |

THÉÂTRE

"Syphax" bientôt traduite et jouée en tamazight

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La pièce théâtrale «Syphax» de Bouziane Benachour figure parmi les oeuvres littéraires retenues par le Haut Commissariat à l'amazighité (HCA) en vue de leur traduction en tamazight, a-t-on appris vendredi à Oran de l'auteur. La pièce «Syphax» sera traduite et jouée en tamazight, a précisé M. Benachour dont le dernier roman, intitulé «Sabrinel», a été également retenu au titre de l'initiative du HCA. La version originale de «Syphax», écrite par Benachour en arabe dialectal, avait été produite par le Théâtre régional d'Oran Abdelkader Alloula (TRO) en 2011 dans le cadre de la manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique». La tragédie retrace une partie de la vie de l'Aguellid «Syphax» qui a fait de Siga, une région près de l'actuelle Béni-Saf, dans la wilaya de Aïn Témouchent, la capitale de la Massaessylie, le plus vaste royaume numide qui s'étendait du Maroc oriental jusqu'à la Tunisie occidentale. La Massaessylie qui eut pour capitale Siga puis Cirta (Constantine), s'allia, sous le règne de Syphax, au IIIe siècle av. J.-C., aux Carthaginois contre l'Empire romain. Cette alliance avait été scellée par le mariage de Syphax avec Sophonisbe, princesse de Carthage, alors qu'elle avait été promise à Massinissa, le fils de Gaïa, l'Aguellid de la Massylie, royaume numide voisin qui s'allia, du coup, au général romain Scipion l'Africain. La sélection du texte «Syphax» de Benachour fait suite à une lecture de l'oeuvre donnée par cet écrivain lors de la 4ème édition des «Ateliers d'écriture et de traduction vers tamazight», organisée par le HCA du 27 au 31 décembre dernier à l'université «Ahmed Draia» d'Adrar.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha