Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Culture |

OPÉRA D'ALGER

Sofiane Saidi et Mazalda en concert

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Sofiane Saidi et Mazalda en concert

Sofiane Saidi le rêvait, il l'attendait depuis très longtemps: venir chanter en Algérie... le 7 mars prochain, ce sera enfin fait! En effet, l'Aarc, pour la première fois en Algérie, en concert exceptionnel, Sofiane Saidi et Labess le jeudi 7 mars 2019 à 20h à l'opéra d'Alger, Boualem Bessaïeh. On croyait le raï définitivement mort, oublié du grand public et des aventuriers de la création musicale. Mais à Pigalle, Sofiane Saidi, un chanteur débarqué il y a longtemps de Sidi Bel Abbès, attend chaque soir que la nuit tombe pour rejoindre les étoiles (El Ndjoum).
A gorge déployée, il leur chante l'amour, l'ivresse de ses bonheurs ou l'abîme de ses frustrations et les étoiles lui sourient, comme les filles et les garçons, dont les yeux pétillent au son de sa voix grave, de ses mélismes aériens. Comme les cheikhs (vieux) ou les chebs (jeunes), il leur parle, sans détour en arabe dialectal, mais Sofiane craint aussi que le raï ait peu d'avenir, alors il essaye d'inventer autre chose. Lorsqu'il sent quun partenaire possède du talent, de la profondeur, de belles convictions et que leurs intuitions communiquent, il n'hésite pas à partager l'aventure. C'est ainsi qu'il rencontre Mazalda, une talentueuse bande de musiciens affranchis des frontières et des styles. Mazalda se passionne pour le raï, celui de Rimitti, des premiers Khaled ou Mami, des productions inspirées et sulfureuses du producteur Rachid Baba Ahmed, second martyr du genre après Hasni. Ensemble ils montent un répertoire, qui, à force d'inventions devient inédit, les reprises laissant la place à des créations. De répétition acharnée en concert extraordinaire, les morceaux patinent, gagnent en efficacité ouvrent la route aux intuitions lumineuses. Au bout de trois ans vient le temps de l'enregistrement. Ainsi, le raï est bel et bien de retour avec l'album «El Ndjoum», entièrement rénové, désintoxiqué des scories inutiles et superficielles, dont il s'affublait depuis un moment. Sofiane Saidi est un rescapé de la vague World Music des années 90. Ou plutôt un vainqueur comme on dit pour les navigateurs, un gars qui, malgré les tempêtes et les escroqueries de l'armateur qui a menti sur la qualité du bois utilisé pour la coque du bateau, continue la traversée et arrive à bon port. Comme Khaled dans les 90's avec son band magique, il débarque avec Mazalda, un groupe de six usiciens, avec une grosse section rythmique, des cuivres, des fous de musique et des fous de raï, fans des sons bédouis, gasbah gallal, des synthés psychés, de funk, d'électro version 2.0, c'est-à-dire la version humaine de ce que joueraient des machines. Un groupe qui peut voyager dans le monde et dans le temps pour apporter à la musique algérienne des trésors de groove et de trip. A Alger, le groupe interprétera sur scène sans doute ses plus morceaux issus des albums El Mordjane en 2015, El Ndjoum en 2018. C'est le groupe Labess qui assurera la première partie.
Le groupe Labess qui signifie «tout va bien» en arabe, vous propose de découvrir la beauté et la richesse de sa musique. Fusion de rumba gitane, flamenco et musiques traditionnelles d'Afrique du Nord tels que le gnawa et le chaâbi. Qu'il chante en arabe, sa langue maternelle, en français ou espagnol, Nedjim Bouizzoul raconte de sa voix expressive des histoires empreintes d'authenticité qui oscillent entre réalisme et espoir, douceur et fureur. Il chante l'exil en retraçant les joies et les détresses qui parsèment le parcours de la terre d'origine à la terre d'accueil, et vice versa.
À travers sa poésie, il propose une réflexion sur la diversité culturelle et sur la nécessité de vivre unis, malgré les différences. Notons qu'un guest se glissera dans cette soirée, il s'agit de Mohamed Abdennour alias Pti Moh au Mandole et non des moindres! Ces concerts s'inscrivent dans le cadre de l'événement «El Djazaïr, outre-mers - Expressions algériennes actuelles à l'étranger». Un événement pluridisciplinaire regroupant musique, cinéma, arts visuels, littérature.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha