Accueil |Culture |

FESTIVAL DU FILM AMAZIGH

La menace salafiste en compétition

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La menace salafiste en compétition

«L'Islam de mon enfance» de Nadia Zouaoui, un documentaire de 88 mn, met en évidence «l'invasion» de l'idéologie salafiste fondée sur l'interdit, le dénigrement de la femme.

Deux documentaires abordant respectivement l'atteinte à l'environnement et la menace salafiste, mettant la lumière sur la mobilisation des communautés villageoises contre ces deux maux, sont en compétition pour l'Olivier d'or au 17ème Festival culturel national annuel du film amazigh (Fcnafa) qui a pris fin hier, à Tizi Ouzou. «L'islam de mon enfance» de Nadia Zouaoui, un documentaire de 88 mn, met en évidence «l'invasion» de l'idéologie salafiste fondée sur l'interdit, le dénigrement de la femme, le bannissement de la quête du savoir et de la connaissance, et le rejet de toute différence, qui tente de se substituer à «l'islam algérien» qui cultive les valeurs de l'amour, de tolérance et de paix. Dans ce documentaire, la réalisatrice rapporte la réaction des habitants d'un village à Tizi Ouzou lors d'un conflit qui les a opposés à une association religieuse qui voulait construire une grande mosquée, afin d'y prêcher et d'y pratiquer l'idéologie salafiste. Ce sursaut villageois est aussi mis en avant dans le documentaire «Asefrek N Yidhouman Di Bouzguène» De Djamel Bacha. Un film de 46 mn qui traite de l'organisation des habitants des villages de Bouzguène pour la gestion des déchets à travers la mise en place de centres de tri et de compostage dans certains villages, et dont le premier a été crée en 2014 au village de Taourirt. Ce documentaire dévoile le processus simple mais efficace, de gestion des ordures ménagères qui sont triées à la maison par les femmes. Il insiste aussi sur le rôle des associations pour sensibiliser les citoyens et surtout les enfants sur la question de la protection de l'environnement. Ces deux films sont en compétition avec quatre autres productions de la catégorie documentaire. Quatre longs métrages, 10 courts métrages et trois films d'animation se disputent, en outre, le prix l'Olivier d'or, la plus haute distinction de ce festival, qui sera discernée cet après-midi à la Maison de la culture Mouloud Mammeri lors d'une cérémonie prévue à 15h. Le jury de cette 17ème édition du Fcnafa, présidé par le réalisateur/producteur Saïd Oulmi, épaulé par le réalisateur Mohamed Oudjedoub (également producteur), Nasser Yahmi et les journalistes Cherif Mammeri et Seddik Gahnia (critiques de cinéma).

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha