Accueil |Culture |

NOUVEAU LIVRE DE KHALFA MAMERI

Les six chefs historiques de la guerre d'Algérie

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les six chefs historiques de la guerre d'Algérie

Ils s'appellent Mustapha Ben Boulaïd, Larbi Ben M'hidi, Rabah Bitat, Mohamed Boudiaf, Mourad Didouche et Belkacem Krim.

Ce sont les six héros qui ont pris la décision audacieuse, inimaginable et historique, de déclencher une guerre de libération contre la quatrième puissance mondiale. Après 125 années d'occupation, le colonialisme français allait faire face à une véritable armée mobilisée, organisée et déterminée à aller jusqu'au bout. Ces six chefs historiques sont la locomotive ayant permis au peuple algérien d'avoir enfin un rêve: se libérer du joug colonial français ayant spolié tout le pays et toutes ses richesses naturelles.

L'histoire revisitée
C'est à ces six personnalités historiques et figures de proue du nationalisme algérien que l'écrivain Khalfa Mameri a consacré son dernier livre paru aux éditions «El Amel» de Tizi Ouzou: un pavé de plus de 550 pages dans lequel est revisitée l'Histoire de la guerre d'indépendance dans toute sa complexité et dans toute sa gloire. Khalfa Mameri tente ainsi de percer le «secret» de ces chefs historiques pour comprendre, un tant soit peu, comment Krim et ses compagnons ont réussi d'abord à se convaincre eux-mêmes de la nécessité de déclencher une guerre contre le colonialisme français pour s'en libérer, puis passer à l'action en convaincant tous les Algériens. Le fait que les six chefs historiques étaient tous jeunes en 1954, le plus âgé étant Ben Boulaïd (qui n'avait que 37 ans) est également un élément qui attisera la curiosité de Khalfa Mammeri devant autant de maturité politique précoce.

Défi surnaturel
Avant la décision historique de déclencher la guerre, ces six personnalités n'avaient jamais occupé de hautes responsabilités dans le PPA-MTLD dans les rangs duquel ils avaient pourtant longuement milité en dehors de Ben Boulaïd qui fut membre du comité central du MTLD, les autres n'étaient que des militants actifs et dévoués certes, mais de base tout de même.
De nombreux autres critères sont cités par Khalfa Mameri pour étayer sa grille de lecture concernant le défi surnaturel que se sont lancé les six chefs historiques algériens. C'est à partir de ce postulat que sera développé l'ouvrage de Khalfa Mameri qui dresse, en outre, dans six chapitres distincts, des portraits très fouillés des six héros en narrant leurs parcours respectifs de leur naissance jusqu'à leur décès. A l'instar de ses autres ouvrages inhérents à l'histoire du pays, Khalfa Mameri n'a pas dérogé à la règle consistant à planter d'abord le décor de la situation générale du monde à l'époque du déclenchement de la guerre d'Algérie en effectuant de nombreux rappels historiques et en dépeignant notamment l'état du monde en 1954. Dans ce chapitre, Khalfa Mameri passe en revue le tableau économique du monde à l'époque, le plan Marshall, la Guerre froide, la création des blocs... Après quoi, l'auteur revisite l'état du Monde dit arabe avec, notamment le conflit israélo-arabe, «l'hégémonisme» égyptien, la rivalité entre l'Egypte et l'Arabie saoudite, etc. Dans les chapitres suivants, Khalfa Mameri décortique successivement l'état de l'Afrique, celui de la France et bien entendu l'Algérie. Khalfa Mameri ne se limite bien entendu pas à faire oeuvre de narration, mais va au-delà.

Le Monde arabe
analyse les épisodes importants de la guerre d'indépendance et va jusqu'à s'adonner à l'un de ses exercices préférés, à savoir la critique. Khalfa Mameri, dont l'esprit critique est connu de tous ses lecteurs, démontre une fois de plus, qu'il faut jeter un regard sans complaisance sur notre histoire pour aussi bien la comprendre et également afin d'en tirer toutes les leçons nécessaires dans le but de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Ceci pour permettre à notre pays d'avancer et de ne plus tourner en rond.

La crise berbériste
De ce fait, et sans aucun tabou, Khalfa Mameri n'hésite pas à évoquer les «erreurs» commises durant cette période charnière de notre histoire, notamment lors de la crise dite berbériste mais aussi lors de la course effrénée au pouvoir enregistrée au lendemain de l'indépendance du pays. Mais ces zones d'ombre n'enlèvent rien à l'aspect héroïque et glorieux de la révolution de Libération nationale ni à l'héroïsme de tous les martyrs et maquisards qui ont participé à cette guerre dont bien entendu les six chefs historiques qui constituent le fil conducteur de cet ouvrage de Khalfa Mameri. Un livre qui se lit d'une traite tant il fourmille de détails croustillants, parfois inédits et d'autres fois livrés avec plus de transparence, Khalfa Mameri n'étant pas un historien «qui a sa plume dans sa poche». Après avoir survolé les différentes haltes de la guerre d'Algérie, Khalfa Mameri tire les enseignements qui s'imposent de cette expérience fabuleuse à laquelle s'est livré tout un peuple et ayant fait l'admiration de tous les peuples du monde. Ainsi, l'auteur s'interrogera au bout du compte: comment l'héroïsme de la génération de Novembre, immortalisé déjà par les six chefs historiques, s'est-il brisé et évanoui juste après l'indépendance du pays le 3 juillet 1962. Khalfa Mameri tente d'esquisser un début de réponse à cette question cruciale dans les 20 pages qui composent la conclusion de ce livre sur les six chefs historiques. Mais pour y répondre de manière plus approfondie, cette question, à elle seule, nécessite un, voire plusieurs ouvrages. Et Khalfa Mameri, compte tenu de son érudition et de son expérience en la matière, semble être l'un des écrivains et analystes les mieux indiqués pour parler de la problématique du détournement du fleuve de la guerre d'indépendance après 1962.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha