Accueil |Culture |

72E ÉDITION DU FESTIVAL DE CANNES

L'Algérie marquera son empreinte

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
L'Algérie marquera son empreinte

Papicha, film chorale féminine, de Mounia Meddour participe en compétition dans la section Un certain Regard...

Les femmes algériennes égayeront le tapis rouge cette année durant la tenue du 72ème édition du festival de Cannes, qui aura lieu du 14 au 25 mai prochains. Jeudi dernier Pierre Lescure, président du festival de Cannes et Thierry Frémaux, délégué général, ont dévoilé la sélection officielle du festival de Cannes 2019. A notre grande surprise, l'Algérie y est présente et déclinée sous différentes façons, soit directe et indirecte. On commencera par le film long métrage-fiction, Papicha de Mounia Meddour en compétition officielle dans la section Un certain regard. Ce film Réalisé en 2018 dans le cadre d'un appel à projets de l'Institut français, revient sur le quotidien de jeunes femmes en Algérie dans les années 90, face à la montée intégriste. A l'affiche, une brochette d'actrices, de nouvelles figures du cinéma algérien à la plus confirmée. On citera Lina Khoudri, que l'on a découverte dans le film Les Bienheureux de Sofia Djama, mais aussi la YouTubeuse et comédienne de El Khawa, Shirine Boutella, les comédiennes Meriem Medjkane et Amira Hilda qui ont déjà à leur actif plusieurs expériences cinématographiques, Zohra Doumandji, sans oublier la grande Nadia Kaci pour ne citer que celles-là. Produit par High Sea Production et The Ink Connection, ce long métrage avait pour titre au départ «Défilé». Un nom symbolique qui traduit bien la trame du film. Mais on a fini par opter tout compte fait pour Papicha qui sonne mieux. L'histoire d'une jeune étudiante à l'esprit libre, appelée Nedjma.
Une métaphore de l'Algérie de Kateb Yacine? Malgré l'ambiance morose qui prévaut durant les années 1990 et la montée progressive de l'islamisme conservateur, Nedjma espère devenir coûte que coûte une créatrice de mode. Elle est rattrapée par les évènements tragiques en perdant un ami lors d'un attentat terroriste. Apolitique, son esprit rebelle se réveille et décide de résister à sa manière... Un film gageons-le qui fera sensation sur la Croisette! Toujours dans la même catégorie, le public cannois découvrira en avant-première mondiale l'adaptation du livre de Yasmina Khadra, Les Hirondelles de Kaboul, en film Breitman & Eléa Gobé Mévellec.
Enfin, dans la même catégorie on retrouve le long métrage Vida Invisivel du réalisateur algréo-bréslien Karim Aïnouz inscrit comme film étranger.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha