Accueil |Culture |

EDITION 2019

Deux livres pour revisiter le printemps berbère

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Une époque phare de notre histoireUne époque phare de notre histoire

Des ouvrages qui racontent les événements historiques et pacifiques du printemps berbère d'avril 1980.

Deux livres sont indispensables pour revisiter les événements historiques et pacifiques du printemps berbère d'avril 1980 ayant permis au combat identitaire amazigh de prendre un virage déterminant.
Le premier est un ouvrage collectif coordonné par Arezki Ait Larbi qui n'est autre que l'un des vingt-quatre détenus du printemps amazigh de 1980. L'originalité de ce livre réside dans le fait qu'en plus des artisans de cet événement politique et historique pacifique, le lecteur pourra aussi trouver des témoignages complets apportés par les responsables de l'époque qui avaient à intervenir d'une manière directe dans la gestion de ces événements. Cet ouvrage est d'ailleurs intitulé: «Avril 80, insurgés et officiels du pouvoir racontent le printemps berbère».

Précieux témoignages
Parmi les personnalités de l'époque qui ont contribué à la rédaction de cet ouvrage, on peut citer Hamid Sidi Saïd qui était wali de Tizi Ouzou en 1980, Abdelhak Brerhi qui était ministre de l'Enseignement supérieur ainsi que El Hadi Khediri qui était directeur général de la Sûreté nationale de 1977 à 1987. Du côté de la mouvance militante du MCB, l'ouvrage coordonné par Arezki Ait Larbi est riche de témoignages précieux de militants de premiers rangs comme Said Khelil, Mouloud Lounaouci, Mohamed Wamar Oussalem, Ferhat Mehenni, Salem Chaker et d'autres encore. «Ce printemps qui a réinventé l'histoire», est un chapitre d'une vingtaine de pages rédigé par Arezki Ait Larbi et où ce dernier raconte et analyse les différentes étapes et épisodes ayant caractérisé cette partie du combat identitaire qui a commencé à la fin des années quarante avec la crise dite «berbériste» et dont les précurseurs étaient les nationalistes Benai Ouali, Amar Ould Hamouda, Mbarek Ait Menguellet et Khelifati Mohand Amokrane.
La richesse de ce livre réside aussi dans les différents documents historiques que l'on peut retrouver en annexe à l'image de l'article «Les donneurs de leçons» qui s'est attaqué à Mouloud Mammeri, la réponse de Mouloud Mammeri, l'appel à la grève générale du 16 avril 1980 ainsi qu'une chronologie des événements.
Le deuxième livre, plus personnel celui-là, est celui intitulé «Avril 80, un détenu témoigne» et écrit par le militant de première heure de la cause identitaire Arezki Abboute.
Dans cet ouvrage très émouvant, Arezki Abboute raconte, en plus de l'évolution des événements aux alentours de la date fatidique du 20 avril 1980, toutes les étapes de son arrestation et de son incarcération dans différentes prisons de plusieurs régions du pays.
Les passages les plus touchants de ce livre sont, sans doute, ceux inhérents à la torture dont a été victime Arezki Abboute. Ce dernier a eu l'honnêteté intellectuelle de décrire son côté humain lors de ces moments de solitude et de peur dans les cellules.
Même si aux yeux de la population, il s'agit bien entendu de héros ayant bravé la peur, il n'en demeure pas moins que les militants du MCB à l'époque sont avant tout des êtres humains qui ont aussi leurs faiblesses, leurs familles et leurs mères desquelles ils ont été séparées.

La torture
Ce qui était le plus difficile lors de leur incarcération, explique Arezki Abboute, c'est, entre autres, le fait qu'ils ignoraient complètement quelle serait le sort qui allait leur être réservé.
Allaient-ils être tués, allaient-ils être emprisonnés à vie sans procès?
Telles sont les questions que n'a pas cessé de se poser Arezki Abboute jusqu'au jour de la libération de tous les détenues du printemps berbère le 25 juin 1980.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha