Accueil |Culture |

RENDEZ-VOUS AVEC LE CINÉ -CLUB CINUVERS

Fragments de rêve ce jeudi à la Cinémathèque

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Fragments de rêve ce jeudi à la Cinémathèque

La séance sera marquée non seulement par la présence de la réalisatrice, mais aussi de quelques éléments du collectif des Brassards Verts.

La Cinémathèque algérienne vous convie jeudi sur initiative du ciné-club Cinuvers d'assister à partir de 18h à la projection du documentaire, censuré en septembre dernier à la dernière édition des Rencontres cinématographiques de Béjaïa et qui a fait couler beaucoup d'encre, à savoir Fragments de rêve de Bahia Bencheikh El Fegoune. Ce dernier sera suivi après par un débat en présence de la réalisatrice, mais sera marqué aussi par la présence de quelques invités. Placée sous le signe du thème des initiatives citoyennes, cette séance bien spéciale sera en effet accompagnée «d'importants acteurs impliqués dans certaines démarches tournées spécialement de ce côté», expliquent les organisateurs et d'ajouter: «L'événement de ce jeudi ne sera pas une simple projection. Nous vous avons parlé de nos invités qui activent à leur façon dans notre société et parmi ces derniers nous allons faire connaissance avec le collectif des Brassards Verts. Les Brassards verts: un groupe créé par Badra Hafiane journaliste et réalisatrice. Il y a eu un premier groupe senior constitué d'artistes et gens du cinéma et d'un deuxième groupe constitué d'étudiants. Ils opèrent depuis le 3ème vendredi des manifestations. Leur but est d'aider, soigner et nettoyer après les marches, tout faire pour que le citoyen se sente confiant et en sécurité». Venez nombreux à cette rencontre qui promet d'être mémorable. Plus qu'un simple rendez-vous de cinéma, il s'agit d'un acte avant tout de grande responsabilité citoyenne. Et comme elle le souligne à juste titre Bahia Bencheikh El Fegoune: «La seule personne qui ne rêve pas c'est celle qui continue de se battre. Qui s'interdit de rêver. Elle trace sa route. Et se bat. Le rêve est là. Je l'ai fait à mon corps défendant, je voulais cette révolution à sept mois de grossesse. Le rêve est là, à nous de continuer à le porter à bout de bras.»

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha