Accueil |Culture |

JEUDI C'EST CINÉMA!

Fragments de rêves au Sous-marin

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Fragments de rêves au Sous-marin

Le 7e art est à l'honneur ce jeudi 16 mai. Choisissez la sortie qui vous plaira...

A partir du jeudi 16 mai le café littéraire Le Sous-marin abritera le ciné-club [club 67]. Ce dernier est une initiative culturelle indépendante dédiée au cinéma algérien, dont l'objectif c'est d'offrir au public l'opportunité de voir des films algériens censurés ou d'autres qui n'ont pas eu la chance d'être projetés.
Le club 67 est un espace culturel indépendant underground dont l'échange, l'expression libre est notre capital. Le premier film qui va inaugurer ce ciné-club est le film Fragments de rêve de Bahia El Fegoun Benchikh. S'ensuivra la semaine d'après Contre-pouvoirs de Malek Bensmail, Vote off de Faycal Hammoum, Dhayen de Nazim larabi et enfin L'autre Mohamed Ali de Amine Kabbès.

Islem Gerroui à Cinuvers
Ce jeudi 16 mai à 22h, la cinémathèque d'Alger vous convie à une soirée placée sous le signe Ramadan made in bladi et ce, avec, en préambule, la projection des courts métrages en présence du jeune réalisateur Islem Geurroui.

Au programme:
-Iqra
-Cold
-Destiny
-L'art con ciel
S'ensuivra la projection du mythique film algérien Ayla ki Nass avec la présence du légendaire Amar Tribeche! Les filles au soleil au Cosmos
L'association Epecstase vous convie ce jeudi aussi à partir de 22h sa troisième séance du Varda -film-club avec la projection du film Les filles du soleil. Une fiction dramatique sortie en 2008 et signée par la réalisatrice Eva Husson. Un film de femme avertie sur des femmes, pourrions nous dire d'où la justesse du regard. C'est l'histoire exceptionnelle, Bahar, commandante du bataillon Les Filles du Soleil, de Au Kurdistan. Cette dernière est campée magistralement par Golshifteh Farahani qui crève carrément l'écran. Une vraie survivor, après avoir perdu son mari, sa soeur et subi les pires sévices en étant esclave, quand elle s'échappe enfin de cet enfer, elle se prépare à libérer sa ville des mains des extrémistes, avec l'espoir de retrouver son fils, Amine. Une journaliste française, Mathilde, alias Emmanuelle Bercot, vient couvrir l'offensive et témoigner de l'histoire de ces guerrières d'exception. Depuis que leur vie a basculé, toutes se battent pour la même cause: la femme, la vie, la liberté. Un film puissant et beau. Cruel et rend bien compte de la cruauté que subissent les femmes, premières victimes de n'importe quelle guerre dans le monde.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha