{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Tizi Ouzou

Concours artistique en hommage à Idir

Il est évident qu’avec le décès de Idir, les initiatives et les hommages pleuvront dès que les conditions sanitaires s’amélioreront et le permettront.

Dans la wilaya de Tizi Ouzou, on parle d'ores et déjà d'un événement grandiose qui se tiendra simultanément dans le chef-lieu de wilaya et dans sa région natale Ath Yanni et qui permettra de dire adieu à l'artiste d'une manière qui sied parfaitement à la stature particulière qui était celle de Hamid Cheriet (vrai nom de Idir).
Il est évident aussi que l'impossibilité de marquer de manière populaire le départ de Idir vers un monde meilleur n'est que partie remise et c'est toute la Kabylie qui rendra un hommage vibrant et ultime à l'interprète de «Vava inouva» et de tant d'autres chansons mythiques.
En attendant, des initiatives qui s'adaptent au contexte actuel sont déjà lancées. C'est le cas de celle annoncée par la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou. Cette dernière a décidé ainsi, de lancer un concours incluant plusieurs disciplines artistiques en hommage à l'artiste Idir, disparu dernièrement, suite à l'idée du ministère de la Culture qui a communiqué cette information samedi dernier sur sa page Facebook.
«Idir, une légende vivante»
Ce concours, apprend-on en outre, est ouvert à tous les artistes de la wilaya, intitulé «Idir, une légende vivante». Il porte sur la réalisation du meilleur portrait ou fresque murale d'Idir en hommage à l'interprète d'«Avava Inouva». Les participants à ce concours peuvent aussi proposer une composition musicale, une chanson ou encore un poème à la mémoire de celui que d'aucuns qualifient d'ambassadeur de la chanson kabyle à travers le monde.
«Les candidatures doivent être adressées par voie électronique à la direction locale de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou, accompagnées des coordonnées des participants», précise-t-on avant de conclure que les oeuvres réalisées dans le cadre de ce concours seront visibles le 8 juin à l'occasion de la célébration de la Journée nationale de l'artiste.
Le célèbre chanteur Idir nous a quittés le 2 mai dernier à l'âge de 75 ans. Idir a été enterré, mercredi, dans un cimetière parisien. Avec le décès de Idir, c'est un géant qui nous a quittés. Idir est l'un des pans les plus importants de la chanson kabyle ayant traversé, sans interruption, pratiquement plus d'un demi-siècle. Ce n'est pas seulement le chanteur qui a marqué tant les esprits d'ici et d'ailleurs, mais aussi le militant qui a, pendant des décennies aussi, mené une campagne médiatique inlassable en faveur de sa langues et culture amazighes frappées d'ostracisme et d'exclusion avant que le tamazight ne soit reconnu enfin, dans la Constitution, d'abord comme langue nationale en 2002 puis comme langue officielle en 2016.
Combat et culture amzighe
C'est donc tout naturellement qu'on a eu droit à un déluge de messages de reconnaissance et de gratitude à l'égard de Hamid Cheriet ou Idir dont la mort a été synonyme de véritable secousse tellurique, non seulement dans les milieux où l'artiste compte l'essentiel de ses fans, mais un peu partout ailleurs. Ce qu'il ne faut surtout pas omettre de dire, c'est qu'à travers les dizaines de milliers d'hommages rendus à Idir, suite à son décès à l'âge de 75 ans, c'est aussi à la culture amazighe, aux combats justes de fraternité, de tolérance et d'humanisme ainsi que de cohabitation pacifique que l'on rend hommage. Idir symbolise tous ces idéaux pour lesquels l'humanité ne cessera de se battre sans se lasser. Idir en a fait sa raison de vivre même si, à maintes reprises, il a été mal compris, voire critiqué par des extrémistes, pour son esprit ouvert. Mais le temps a fini par lui donner raison quand on voit que l'humanité est aujourd'hui contrainte de s'unir pour combattre un seul ennemi commun et invisible. C'est cette fusion entre les hommes et les cultures pour laquelle a plaidé Idir durant toute sa vie. Il y a consacré aussi l'essentiel de son oeuvre chantée. Idir est certes mort, c'est dans la nature des choses et des hommes, mais ses chansons font partie de celles qui ne s'éroderont ni avec le temps ni avec le changement des générations.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours