{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Festival «Montagn’art»

Larbaâ Nath Irathen au rendez-vous

Le thème retenu pour cette nouvelle édition portera sur l’apport du tourisme de montagne dans le développement durable.

La quatrième édition du festival culturel et économique annuel « Montagne art » aura lieu les 6 et 7 décembre prochains dans la localité de Larbaâ Nath Irathen (wilaya de Tizi Ouzou), a précisé, hier, l’organisateur de cet événement, Amirouche Malek. Ce dernier a indiqué que l’essentiel des activités prévues dans le cadre de ce festival, dont les trois premières éditions ont été couronnées de franc succès, se tiendra dans l’enceinte de la bibliothèque communale de la ville de

Larbaâ Nath Irathen.
Il faut préciser que cette année, le thème retenu par les organisateurs portera sur l’apport du tourisme de montagne dans le développement durable. Cette nouvelle édition est parrainée par l’APC de Larbaâ Nath Irathen, apprend-on en outre. Plusieurs universitaires-chercheurs animeront des conférences à cette occasion dont : Saïd Bouterfa, Nacer Haddad, Nadjet Gaoubi, Massi Toubal… Ainsi, le chercheur Nacer Haddad parlera du thème de la montagne, le tourisme et l’environnement, écosystème et performances économiques alors que la communication de Massi Toubal sera axée sur le tourisme de montagne entre réalité et défis.

Un programme diversifié
Le programme sera ponctué par une randonnée pédestre avec des haltes artistiques et des visites des endroits chargés d’histoire et de culture, à l’exemple de la ville de Larbaâ Nath Irathen et du monument de la bataille d’Ichariden de 1857. Cette visite sera guidée par les connaisseurs en histoire Lynda Ouar et Omar Kerdja.
Quant aux artistes et écrivains qui agrémenteront ce festival, on peut citer Omar Kerdja, Slimane Saâdoun, Djamel Laceb, Kahina Temzi, Rachid Rezagui,Lifa Hennad, Karim Missoum, Karim Abranis, Djamy Kerdja, Louisa Gallez, Lyes Belaïdi, Tahar Bessaha, Nora Idri. La deuxième journée du festival sera marquée par une autre conférence sur les métiers qui peuvent booster le tourisme de montagne laquelle sera présentée et animée par Nadjet Gaoubi, alors qu’une seconde conférence aura pour sujet le tourisme vert et le développement de la production biologique en région de montagne. Elle sera donnée par Sadi Bouterfa qui est chercheur dans le domaine.

Les métiers du tourisme
Concernant les raisons qui ont poussé les organisateurs à choisir ce thème, ils rappellent qu’à l’instar de toutes les montagnes, celles de Kabylie recèlent d’énormes potentialités à mettre en valeur pour endiguer le chômage endémique : ces régions font face à un manque d’investissements criard, ce qui pèse énormément sur le quotidien des montagnards qui, sans travail, se retrouvent comme des laissés-pour-compte. « Et pourtant, soulignent les organisateurs, le tourisme de montagne s’avère être un gisement considérable pour le développement durable. Presque chaque commune dispose de sites féeriques à valoriser pour en faire des infrastructures hôtelières afin de créer une dynamique pour la promotion du tourisme. A ce titre, il est nécessaire que les pouvoirs publics fassent preuve de volonté politique pour booster l’investissement et libérer les initiatives. »

Protéger l’environnement
Par ailleurs, ajoute-t-on, il est important de sensibiliser les populations sur la nécessité de protéger l’environnement, l’écosystème, bien gérer les ressources naturelles et œuvrer pour un véritable développement durable. « La réhabilitation des anciennes maisons et leur transformation en gîtes, favoriseront l’accueil chez l’habitant, ce qui se répercutera à coup sûr, sur la création de l’emploi direct et indirect. Il est important aussi que tous les villages participent à la grande action «le village le plus propre» de la wilaya de Tizi Ouzou, initiée par le regretté Rabah Aïssat, pour faire de leurs bourgades des destinations touristiques, ce qui est remarqué d’ailleurs ces derniers temps », souligne Malek Amirouche, responsable de l’entreprise Evem qui organise ce festival. Celui-ci sera donc l’occasion de porter un regard sur le développement durable effectif.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours