{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

31e édition du Festival du film Arabede Fameck

Le Grand Prix à Ibrahim de Samir Gasmi

La 31e édition du Festival du film arabe de Fameck, Val de Fenscha, a livré son palmarès en attribuant une mention spéciale à 143 Rue du désert…

La 31e édition du Festival du film arabe de Fameck, Val de Fensch, qui s'est terminée, dimanche dernier, s'est clôturée par la remise de son palmarès. En cette année particulière, le jury des longs métrages qui était présidé par le comédien Karim Belkhadra, entouré du comédien Nejib Belhassen, du producteur et réalisateur Régis Caël et du réalisateur Sirvan Marogy a décerné seulment deux des six Prix habituels, à savoir le Grand Prix et le Prix du public. En effet, le Grand Prix est revenu au long métrage Ibrahim du réalisateur Samir Guesmi (France).
«Une performance simple et touchante»
Le jury a souhaité récompenser un film «d'une élégante sobriété, véhiculant une vraie émotion sans tomber dans le cliché».
Il a souligné également «la qualité du jeu de l'acteur principal et le travail du réalisateur, subtil dans sa grande performance simple et très touchante». Pour rappel, le film fait partie de la Sélection officielle Cannes 2020. Il raconte le parcours de vie du jeune Ibrahim qui se partage entre son père, Ahmed, écailler à la brasserie du Royal Opéra, sérieux et réservé, et son ami du lycée technique, Achille, plus âgé que lui et spécialiste des mauvais coups.. Aussi, une Mention spéciale du jury a été décernée au documentaire 143, Rue du désert, réalisé par Hassen Ferhani (Algérie, France, Quatar). «Une magnifique métaphore de la vie» a précisé le jury.
Le documentaire prend racine dans le plein désert algérien. Dans son relais, une femme écrit son histoire. Elle accueille, pour une cigarette, un café ou des oeufs, des routiers, des êtres en errance et des rêves... Elle s'appelle Malika. Une vieille dame vit seule dans ce désert aride. Elle se confie à la caméra de Hassen Ferhani qui prend le temps de l'écouter et de réinventer parfois un imaginaire qui prend des allures de conte bien réel, pourtant, embrasé de sables et de souvenirs amers.
Une édition particulière
Enfin, le Prix du public a récompensé The Perfect Candidate, réalisé par Haifaa Al-Mansour (Arabie saoudite,Allemagne). Pour rappel, organisé par la Cité sociale et la Ligue de l'enseignement - FOL Moselle, le Festival du film arabe propose habituellement plus de 40 films (longs métrages de fiction, documentaires, courts métrages dont beaucoup inédits ou en avant-première) et six sections compétitives, avec pour objectif de promouvoir une cinématographie émergente. La programmation regroupe plus de 110 projections sur 10 jours embrassant la production de pays comme le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, l'Egypte, la Jordanie, la Syrie, la Palestine, l'Irak, le Liban, etc. Une sélection hors compétition intitulée «Ouverture sur le monde» est également proposée.
Elle réunit des films qui ne sont pas produits par des pays du Monde arabe, mais qui y sont liés par les thématiques qu'ils traitent (Israël, Afghanistan, Iran, etc.). 15.000 festivaliers assistent aux projections. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours