Prévisions pour le 27 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 31 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 24 °C
30
 Batna Min 10 °C Max 21 °C
30
 Biskra Min 17 °C Max 30 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 24 °C
47
 Alger Min 19 °C Max 25 °C
32
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 18 °C Max 23 °C
30
 Mascara Min 15 °C Max 27 °C
30
 Ouargla Min 20 °C Max 27 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 8 °C Max 20 °C
30
 Mila Min 12 °C Max 24 °C
34
 Ghardaïa Min 18 °C Max 23 °C
34
Accueil |Culture | Le temps de lire |

GLOSSAIRE RAISONNÉ DES MOTS FRANÇAIS D'ORIGINE ARABE D'AMINE MAHREZ

Quand les langues sont liées...

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Quand les langues sont liées...

Il faut surveiller les «pleins» et les «déliés» non pas seulement des lettres écrites mais, encore et plus, celles que l'organe langue fait vibrer pour en exprimer une locution définie comme «fait de langue», - sauf si cette locution se rapporte à un «fait historique»!

Ah! à quelle étonnante surprise assiste-t-on alors! Et d'autant que le mot dont on veut faire passer les sons et les sens d'une langue vers une autre! L'histoire des mots, quelle histoire! dirait-on aussi. Les linguistes nous en donnent cette brève information qui nous suffit ici: «Une langue est un instrument de communication selon lequel l'expérience humaine s'analyse, différemment dans chaque communauté, en unités douées d'un contenu sémantique et d'une expression phonique...»
Nous allons nous en régaler dans un patient travail accompli par Amine Mahrez dans son ouvrage Glossaire raisonné des mots français d'origine arabe (*). Sous ce titre, est traduite et calligraphiée en arabe, cette pensée en français de Franz Fanon: «Se chercher n'est pas un jeu, c'est une souffrance.»

Remettre à l'endroit l'Histoire des mots
L'auteur de ce «travail», docteur en histoire, actuellement enseignant à l'Université de Khemis-Miliana (dont la colonisation française a fait Affreville), s'est donné pour objet de recenser et d'expliquer des mots et des expressions françaises dont l'origine essentielle est arabe et, accessoirement, passée par d'autres langues. Ce n'est pas de la traduction - on sait la célèbre paronomase italienne «traduttore, traditore, traducteur, traître» -, c'est plutôt, en quelque sorte et, d'abord, le triomphe insoupçonné de la cacophonie, de l'imbroglio, de la truculence verbale et puis, subitement, surgit de l'esprit la flamme qui, lumière intense, développe l'image qui force la naissance, soit la compréhension, du mot ou des mots... Mais comme, à l'évidence, le signifiant correspond au signifié, c'est là le danger de la traduction que craignent les traducteurs et, tout spécialement, les transcripteurs phonétiques. Là, sur le terrain défraîchi par Amine Mahrez, il y a des repères qu'il nous fait découvrir et des repères qu'il précise pour nous aider à comprendre et, à notre tour, à remettre à l'endroit l'histoire de ces mots dont le sens nous paraît singulier - et après tout insolite - bien qu'il soit fondamentalement «historique».
En préambule à son ouvrage, Amine Mahrez se propose de nous dénouer l'esprit en reproduisant, sous le titre «Le français, une langue arabo-latine» cet extrait d'une longue citation de Marcel Locquin (1922-2009): «C'est par le canal de l'Afrique du Nord que seront transmises à l'Europe, dans les temps historiques, les principales connaissances du monde gréco-latin. Le français n'est pas, en fait, une langue provenant directement du latin, c'est une langue ´´arabo-latine´´, l'arabe ayant souvent été le véhicule du latin à travers l'expansion arabe dans le sud-ouest de la France, via l'Espagne (in Le fonds commun des langues et des écritures, in La planète des hommes. Science & Vie, hors série, n° 131, juin 1968, pp. 62-63)» Notons, en passant, qu'avant ce chercheur français, mycologue et biologiste, passionné pour l'origine des langues, d'autres auteurs se sont penchés sur «les mots français d'origine arabe».
Par exemple: Antoine Paulin Pihan, Dictionnaire étymologique des mots de la langue française dérivés de l'arabe, du persan ou du turc, Imprimerie Royale, Paris, 1866; L. Marcel Devic, Dictionnaire étymologique des mots français d'origine orientale: arabe, persan, turc, hébreu, malais, Impr. nationale, Paris, 1876; Boualem Benhamouda, L'origine arabe exacte de certains mots espagnols, éd. El Oumma, Alger, 1991; Georges BERTRAND, Dictionnaire étymologique des mots français venant de l'arabe, du turc et du persan, éditions l'Harmattan 2007. De même, de Sigrid Hunke, l'historienne des religions et écrivain allemande, on lira avec grand profit l'excellent ouvrage Le Soleil d'Allah brille sur l'Occident, notre héritage arabe, Albin Michel, Paris, 1963, SNED, Alger, 1987. De la superbe introduction des traducteurs de cette dernière, je reproduis cet édifiant extrait: «Cet ouvrage parlera des ´´Arabes´´ et de la civilisation ´´arabe´´, non de la civilisation ´´islamique´´, car il est notoire que non seulement des chrétiens, des juifs, des parsis et des Sabéens ont contribué à cette civilisation, mais qu'encore bon nombre des plus éclatantes réalisations de celle-ci se sont précisément effectuées contre l'Islam orthodoxe. En effet, bon nombre des éléments qui constituent le génie spécifique de cet univers spirituel existaient déjà dans le caractère de l'Arabe des temps préislamiques.»

Corriger les propos inhumains
Quant à Amine Mahrez, l'objectif premier de ce «Glossaire raisonné des mots français d'origine arabe» «est de faire la lumière sur le patrimoine linguistique transmis de la langue arabe à la langue française, directement ou indirectement, ou le plus souvent, par l'intermédiaire d'autres langues - européennes ou autres -, patrimoine trop souvent occulté par les dictionnaires étymologiques français de type conventionnel». Le second objectif «est d'aider la grande masse des lecteurs motivés à avoir une perception objective et correcte de ce que fut l'apport matériel et intellectuel de la civilisation arabo-musulmane dans les grandes actions fondatrices de la civilisation occidentale et le long processus de sa maturation». À cet effet, l'auteur développe un argumentaire juste et satisfaisant, puisé dans les faits historiques et linguistiques, pour convaincre le lecteur sceptique et l'amener à l'évidence de ses conclusions. Et ceci expliquant cela, il rappelle brièvement «La présence des Arabes en France (719-990)».
L'ensemble des péripéties guerrières aboutirent à une sorte d'assimilation réciproque, complémentant le sens des mots et expressions et permettant parfois des échanges par la compréhension des uns et des autres... L'histoire des mots nous paraît bien être celle d'un jeu de puzzle; de pièce en pièce, chaque pièce porte en elle sa question et sa réponse, car rien n'est bizarre, en définitive, lorsque les humains bons ou mauvais, éduqués ou sauvages, utiles ou non,... frottent, en paix ou en guerre, avant ou après les hostilités, chacun sa cervelle, la reconnaissance mutuelle n'est pas loin du coeur et de la raison.
Ainsi, après de nombreuses indications sur la présentation générale de son ouvrage, Amine Mahrez aborde à fond son corpus de mots en le détaillant et en le structurant pour aboutir à un glossaire «raisonné», aisé à suivre et à comprendre. En somme, ce glossaire est une belle invite à découvrir ou à redécouvrir la qualité civilisationnelle de la langue arabe à travers les siècles où, par ignorance totale de l'Autre, l'atavisme de détestation des uns et des autres était et reste - hélas! - virulent à travers notre planète. Aussi, je ne me laisserai pas tenter en vain de chercher à développer davantage et précisément, cette idée, car il est clair que l'on ne présente pas un dictionnaire, pas plus que l'on veuille l'expliquer!...
Cherchons donc tout de suite dans l'ouvrage d'Amine Mahrez, d'où vient tel mot? Quelle est son écriture? Quelle est sa prononciation? Que signifie-t-il?... Sans doute, des lecteurs avisés ont-ils leurs propres sources de recherches... Mais, revenons au corpus ou à l'index: un exemple... Algèbre: n. f. «Partie des mathématiques relative au calcul des grandeurs représentées par des lettres». De l'ar. Al-jabr (id.), proprem. «la rééducation, la réparation; empr. Par l'interm. Du lat. médiév. Algebra. Dérivés: algébrique-algébriquement-algébriste. Cherchons-en un autre et un autre, - quelle enrichissante promenade culturelle!
Question: Quelle importance les humanistes accordent-ils à l'ouverture à l'autre et à la connaissance d'autrui dans la formation de l'individu? ou: Comment se manifeste l'importance de la connaissance de l'autre dans la pensée humaniste renaissante? Voilà un sujet de réflexion permanent qui permet à tous les étudiants de tous les pays, fortement enclins à délier leurs langues, de corriger un grand nombre de propos inhumains!...

(*) Glossaire raisonné des mots français d'origine arabe d'Amine Mahrez (Collection Arabissimo), Éditions El-Othmania, Alger, 2006, 204 pages.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha