Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 37 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 29 °C
30
 Batna Min 12 °C Max 24 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 34 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
28
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
34
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
4
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 25 °C
30
 Ouargla Min 26 °C Max 35 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 26 °C Max 36 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
47
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
4
 Ghardaïa Min 21 °C Max 31 °C
30
Accueil |Culture | Le temps de lire |

L'ISLAM DU XXIE SIÈCLE DE CHEMS EDDINE CHITOUR

"Qui parle au nom de l'Islâm?"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«L'islam est-il responsable de la débâcle du monde arabe?», la question n'est pas indiscrète, - elle est même bellement posée. Mais que répondre?

L'homme d'expérience, chez nous, nous l'imaginons plutôt vieux théologien pour être assez sage et donc indulgent. Néanmoins, il doit oser des réponses indiscrètes sans jamais tirer l'oeil ni s'obliger au repentir qui n'est que pauvre regret de la faute commise par tous. En religion, tout se nuance en teintes différentes selon l'époque, le lieu et certainement l'importance de l'intérêt. La vérité historique ou naturelle tout comme la morale sociale ou construite (et l'une et l'autre se confondent dans l'action humaine) ont manifestement une existence, ainsi que Dieu le rappelle dans Le Coran, sourate xiii, verset 11: «Allah ne modifie pas ce qui est en un peuple avant que celui-ci ait modifié ce qui est en lui-même.»

Un Monde Humain Uni
Justement, j'ai eu cette réflexion en lisant L'Islam du xxie siècle de Chems Eddine Chitour, professeur émérite à l'École polytechnique d'Alger et auteur de plusieurs ouvrages spécialisés dans la pétrochimie, l'énergie, la culture,... Chroniqueur libre et assidu dans le journal L'Expression, il témoigne de son temps dans bien des domaines du monde d'aujourd'hui. Son livre nous propose ici «une contribution apaisée à la sérénité du Monde» Et pour cause, son travail est lié indéfectiblement au grand problème (?), à la grande question (?), à toutes les épreuves du temps, aux exigences de la nature et, spécialement, à l'évolution de l'esprit humain (?), car l'être humain ne cesse de développer ses dimensions prométhéennes. Ce chercheur, sagace et circonspect, reprenant plusieurs de ses articles publiés dans L'Expression, va loin dans les labyrinthes de l'obscurantisme et de l'ignorance où, ont cru mettre le Message Divin, certains occidentaux sans aménité et à leurs côtés des «Arabes» empruntant l'habit d'apparat à l'Islâm et même les «Hypocrites» ainsi désignés dans le Coran. On parle de «choc des civilisations», de «choc des cultures», du «Monde Chrétien» et du «Monde Arabe», des «Peuples d'Occident» et des «Peuples du Moyen-Orient», - peut-être rêve-t-on de «Croisades» ou espère-t-on les ranimer autrement en ce siècle de tous les dangers... Voilà donc, sans ambages, que l'Islâm est présenté comme la source de tous ses maux par une Europe encore ruinée par son vieil atavisme des «croisades», incapable de soigner son ataxie pour se mettre en ordre de marche avec les intelligences fraternelles d'un Monde Humain Uni.
Or, comme l'écrit, à raison, Abderrahmane Achaïbou dans sa préface à L'Islâm du xxie siècle: «Les défis qui attendent les musulmans ne sont pas ceux de la fatalité ou de la paresse mais ceux de l'espérance en un monde meilleur. Il n'y a pas de place pour la paresse intellectuelle. Dans le xxie siècle d'une science conquérante, et d'un délitement des valeurs, les Musulmans doivent livrer la bataille de l'intelligence pour apporter leur part d'humanité et être ce faisant par leur savoir et leur comportement un exemple de ce que pourrait être un vivre-ensemble planétaire qui réhabilite le sens et la quête toujours recommencée d'une spiritualité du salut.» C'est fort et heureux. Disons in châa allah!
Le Ramadhâne prochain, comme tous les précédents, déliera sans doute les langues pieuses pour des échanges fertiles en savoir et des critiques constructives partout dans les lieux publics (rues, marchés, magasins, salles de spectacles,...) et, bien naturellement, dans les mosquées (prêches, prières principales, prières surérogatoires, conférences, récitations nocturnes); peut-être aussi dans les conditions de la solitude stricte pour certains qui ont fait voeu de retraite religieuse que permet la voie purgative, telle la retraite, el itikâf, qui s'accomplit durant ce mois du jeûne et du pardon, chahrou eç-çiyâm wal ghoufrâne. On y répétera ce que l'on sait déjà, la répétition étant un acte pédagogique: l'islâm est, par lui-même, Perfection, Fondement,... et Évolution-Révolution permanente, autrement dit éternelle favorisant l'être doué de raison. Tous les chercheurs indépendants de pensée et de conscience, ayant analysé excellemment le Coran, parviennent à cette conclusion: ce Livre exalte l'intelligence, appelle à la réflexion dans des cas déterminés et fait l'éloge de ceux qu'ils nomment les savants. L'intelligence joue, pour lui, un rôle essentiel dans l'approche de Dieu. Et c'est l'être doué d'esprit, l'être humain cultivé qui doit aller à la quête de son existence la plus appropriée à la spiritualité par laquelle il se construit la personnalité qui le sublime en tant que musulman limpide, créature de Dieu. Comment donc peut-on parler de l'Islâm, si l'on ne va pas aux sources claires de l'histoire des peuples et de leurs savants authentiques, leurs chercheurs et leurs historiens?

Il y a un espoir
Parlant de son ouvrage, Chems Eddine Chitour nous avertit dans son «Avant-propos»: «Cet essai a pour ambition de témoigner à travers les écrits réalisés, des relations entre l'Islam et l'Occident avec en toile de fond un contentieux entretenu mais qui n'a pas lieu d'être pour les croyants des religions révélées. Sans remonter aux croisades d'il y a près d'un millénaire, il faut bien en convenir les musulmans de ce siècle sont attaqués pour leur foi.» Il cite en passant les rôles, à cet égard, des papes Jean- Paul II et Benoît XVI. De même, «La géopolitique du monde¸ rappelle-t-il, a eu des retombées très négatives sur l'Islam». Il cite les effets «de la guerre froide et le duel sans merci entre deux visions du monde. [... Puis] Après avoir taillé en pièces l'Irak en janvier 1991, George Bush père déclarait le Nouvel Ordre international. De ce fait, l'Islam servit de Satan de rechange après la disparition de l'empire soviétique. Depuis en effet une vingtaine d'années l'immense majorité des conflits actuels mettent aux prises L'Empire avec des pays musulmans ou même des pays musulmans entre eux. Le grand drame de l'Islam est qu'il es instrumenté par les potentats arabes» pour assouvir leur désir de puissance donnant de ce fait une très mauvaise image dans un siècle technologique où périssent les faibles et les ratés, disait Nietzche.» Il cite ensuite «l'exemple de l'Iran» et «le cas aussi des pays asiatiques».
Le constat est alarmant pour l'Islam d'aujourd'hui et il risque d'être affligeant pour l'Islam de demain. Cependant, il y a un espoir dans l'ouverture d'esprit des scientifiques arabes et espérons-le dans celui de leurs gouvernants.
Le professeur Chitour nous en souffle un exemple éclairant: «Les Musulmans scientifiques expatriés, placés dans des environnements favorables donnent la pleine mesure de leur talent.» C'est à réfléchir gravement en toute sérénité, - hé! oui, en tout patriotisme aussi. Place, coûte que coûte, aux talents, petits, moyens et grands! L'Avenir de nos pays, de Notre Pays est entre nos mains commandées par nos cerveaux imaginatifs et créateurs. Oui pourquoi pas? Il suffit d'une sorte de chiquenaude à caractère national et forte d'un rêve algérien et qui unit l'homme à son monde pour soulever d'un seul élan essentiel des millions et des millions de volontés d'édifier notre beau pays et d'y vivre ensemble dans le bonheur partagé.
Dans l'ouvrage intitulé L'Islam du xxie siècle de Chems Eddine Chitour, écrit avec la rude loyauté à la vérité historique et la simplicité de l'expression pédagogique, on lira avec profit ces chapitres: - Les religions face au défi de la science. - L'islamophobie ordinaire en Occident. - Le mythe des races supérieures: une idéologie mortifère. - Les Arabes et la malédiction des temps morts. - L'Islam et son apport au patrimoine de l'humanité. - Le monde du futur: Science prométhéenne, money-théisme et marginalisation de la dimension spirituelle de l'homme. - Conclusion: L'Islam est-il responsable de la débâcle du monde arabe? D'autres articles, placés dans le corpus, ravivent la mémoire du lecteur qui suit les chroniques de Chitour dans la presse: «Le prosélytisme chrétien des débuts de la colonisation en Algérie» (p. 93); «L'antisémitisme est chrétien: L'Islam est le nouveau coupable» (p. 137); «Un État palestinien viable: L'utopie finale» (p. 259); «Au nom des valeurs humanitaires de l'Islam: Les Musulmans qui ont sauvé les Juifs des massacres d'Hitler» (p. 337),..

(*) L'Islam du xxie siècle
Pour une contribution apaisée à la sérénité du Monde de Chems Eddine Chitour, OPU, Alger, 2013, 443 pages.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha