Prévisions pour le 20 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 42 °C
34
 Laghouat Min 19 °C Max 28 °C
47
 Batna Min 12 °C Max 26 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 37 °C
32
 Tamanrasset Min 25 °C Max 35 °C
30
 Tlemcen Min 20 °C Max 31 °C
32
 Alger Min 19 °C Max 28 °C
34
 Saïda Min 20 °C Max 31 °C
34
 Annaba Min 20 °C Max 27 °C
4
 Mascara Min 19 °C Max 32 °C
32
 Ouargla Min 27 °C Max 37 °C
30
 Oran Min 24 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 28 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 27 °C Max 41 °C
32
 Khenchela Min 14 °C Max 25 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 30 °C
39
 Ghardaïa Min 24 °C Max 32 °C
30
Accueil |Culture | Le temps de lire |

LA VIE DE MAHOMET D'ÉMILE DERMENGHEM (*) [II]

Le long chemin parcouru avec son coeur...

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le long chemin parcouru avec son coeur...

«Du côté europÉen, les préjugés se sont longtemps opposés à une étude vraiment scientifique des origines de l'islam», reconnaît l'auteur.

Il ajoutait, dans son livre La Vie de Mahomet, paru en 1950 (Lire Le Temps de lire du mercredi 24 juin 2015, p. 21): «Un effort sérieux fut fait au xixe siècle» avec des orientalistes français arabisants tels que Caussin de Perceval, Dozy,... Le P. Lammens, Massignon, Marçais, Goldziher, Gaudefroy-Demombynes, Lévi-Provençal, Blachère,... Bousquet, Rodinson Jacques Berque. À l'évidence, cet «effort» - et de nouvelles consciences de grands chercheurs le poursuivent -, si louable et si sincère soit-il, n'a pas instruit, n'instruit pas les esprits revêches. Aussi, l'actualité dans le monde se passionne-t-elle pour l'islam, diversement.
Ce mois de Ramadhâne 2015, correspondant à l'année hégirienne 1436, intensifie les ardeurs des uns et des autres. De fait, en quelque pays que l'islam s'épanouisse, spirituel et doux, historique et civilisationnel, paisible et fraternel, se dressent des observations morbides, récurrentes et autres balivernes d'un intellectualisme sombre et d'une politique douteuse mettant en cause le port du voile, la jupe trop longue, la jupe trop courte, oubliant les vilenies et les trahisons semées et germant dans les lieux de vie, de paix et d'amour. Ici et là, dans ces contrées où se positionnent les nantis orgueilleux, les égoïstes et les xénophobes, l'humaine condition constante s'évertue, dans la douleur incessante et néanmoins dans l'espérance soutenue, à redonner le sens unique de la seule vérité, «le Vivre Ensemble».
L'islam est l'islam tolérant, ouvert à tous les coeurs épris de justice, de paix, respectueux de la personne humaine. Il n'est alors aujourd'hui ni judicieux, ni pédagogique, ni scientifique, ni élogieux de qualifier l'islam de «modéré». Il existe un immuable Exemple, toujours un rigoureux critérium, l'Envoyé de Dieu, c'est-à-dire le Prophète Mohammed (À Lui Bénédiction et Salut).Il ne cautionne pas les égarements et les violences des insensés.

Un temps de prophéties
Dans son ouvrage La Vie de Mahomet, Émile Dermenghem nous propose «un récit vivant et vrai» de l'homme Mohammed et du Prophète Mohammed (QSSSL). À cet effet, son travail comporte un Avertissement (qui a été ici évoqué, précédemment) et deux parties.
La première partie, intitulée La Mecque, développe en 10 chapitres l'essentiel de la vie de l'homme Mohammed (les signes de la Prophétie, la situation sociale de La Mecque, sa naissance, son mariage, la Révélation coranique): 1- Selmân le Persan. 2- L'Année de l'Éléphant. 3- La guerre impie. 4- Khadidja. 5- La Mission. 6- Les Persécutions. 7- La Résurrection. 8- Conversion de Hamza et de Omar. 9- Christianisme et Islam. 10- L'Année du Deuil (620).
La seconde partie, sous le titre Médine, traite en 14 chapitres l'essentiel des faits de la Prophétie (les motifs de l'émigration, le vrai sens du Jihâd, le dernier sermon, la dernière maladie, les faux prophètes, le Califat): 11- L'Hégire (622). 12- Madinat el Nabî. 13- La Bataille de Badr (an II). 14- La Mecque prépare sa revanche. 15- Les Juifs. 16- Ohod (an III). 17- La Tranchée (an IV). 18- Rasoûl Allah. 19- Zeinab. 20- Aïcha et ses colliers. 21- Le Harem. 22- Le Triomphe. 23- Le Pèlerinage d'Adieu. 24- La mort.
Le récit commence par cette épigraphe: «Ce temps est un temps de prophéties.» Et l'histoire d'une Révélation paraît sur des faits que l'intelligence humaine soumet à sa propre raison. L'évolution du monde stagne. Après deux grandes religions monothéistes, les mêmes problèmes demeurent au VIIe siècle et s'amplifient de déraison, de mépris, de détestation de l'Autre. «L'homme est un loup pour l'homme, Homo homini lupus est», tout comme déjà l'a démontré et l'a regretté, Plaute dans sa comédie (La Comédie des Ânes, vers 212 av. J.-C.: «Quand on ne le connaît pas, l'homme est un loup pour l'homme.») Sénèque a écrit dans ses Lettres à Lucilius (XCV, 33), parution vers 65 ap. J.-C.: «L'homme est une chose sacrée pour l'homme, Homo, sacra res homini (XCV, 33).» Le débat sur la condition humaine est par conséquent ouvert depuis au moins plus de 25 siècles et, malgré tant de brillantes civilisations passées, l'homme est un indécrottable animal sauvage!
Émile Dermenghem note, en 1950, en pleine évolution du nationalisme algérien: «L'injustice est un désordre aussi bien que l'anarchie, et le tyran est un révolté contre l'ordre véritable.»

La longue quête de Vérité
Il devient alors évident qu'en un siècle où règne l'injustice, où l'homme, se défaisant de ses responsabilités naturelles, étouffe sa conscience, l'appel d'un Être supérieur est un mouvement d'espérance. Nous somme en 622. Le chapitre premier de La Vie de Mahomet présente cette situation historique à laquelle se réfèrent aussi les biographes occidentaux, orientaux et les traditionnistes musulmans tel Abou l-Fèda (1273-1331), historien et géographe arabe, auteur de Vie du Prophète Mohammad.
Dermenghem a décrit, formant un feed-back captivant, une scène pastorale vraisemblable: «Le vendredi seizième jour du mois de Rabi (2 juillet) 622, l'esclave [avant l'Islam, K. M'H.] Selmân travaillait dans l'oasis de Yathrib, au sommet d'un palmier au pied duquel était son maître, un juif de cette ville.» Selmân le Persan, ou plus exactement «El Farisi, du Fars», apprit que «la population de Yathrib attendait la venue de Mahomet.» L'esprit de cette scène se poursuit dans la ville, très significative de la symbolique recherchée: «Ce jour-là, Mahomet était arrivé avec son fidèle compagnon Abou Bakr. Tous deux, partis seuls, s'étaient cachés trois jours et trois nuits dans une caverne près de La Mecque, puis avaient traversé le désert, échappant à toutes les poursuites. Le Prophète approchait maintenant de Yathrib, accompagné par une foule enthousiaste, monté sur sa chamelle El Qaçwa avec Abou Bakr à son côté. Le cheikh d'une tribu voisine, Boraïda, ne voulant pas qu'il fît son entrée sans étendard, avait attaché au bout d'une lance son propre turban, et marchait devant lui. [...] Soixante-dix cavaliers de la tribu de Boraïda lui formaient une escorte d'honneur.» Au cours de cet accueil marquant l'allégeance des tribus et des auxiliaires, Ançâr, les fidèles habitants de Yathrib qui va être la Ville du Prophète, Madinat el Nabî, l'auteur présente quelques aspects du portrait physique et moral du Guide de la Nouvelle Religion.
«Il y a des hommes, pense Émile Dermenghem, qui cherchent la vérité! En ce monde si confus et trouble où rien de beau et de bien n'existe qui ne soit en quelque façon mêlé de laideur et de mal, où les esprits libres et droits semblent être en exil, il y a des êtres qui ne peuvent vivre que dans la vérité. Le spectacle de l'injustice et des préjugés les blesse douloureusement et ils souffrent d'une singulière infirmité, le besoin d'avoir le coeur impartial et l'intelligence lucide.» Cet «esprit» existait chez Selmân le Persan «qui cherchait la vérité de toute son âme. [...] Il était né près d'Ispahan, fils d'un prêtre du village. Instruit dans la religion des mages, il veillait à l'entretien du feu sacré [...] La flamme sainte l'élément d'Ormuzd vainqueur des ténèbres d'Ahriman, devait monter sans cesse vers le ciel iranien pour attester jour et nuit la lutte mystique de la lumière et de la vie sans cesse menacées par les forces obscures et qui doivent enfin l'emporter à jamais sur la mort. Le pieux adolescent vénérait les dieux.» Un jour, qu'il chassait dans le désert avec des amis, il rencontra un vieillard qui lisait, les larmes aux yeux, «Le livre de Dieu»: «Ce livre était l'Évangile, et ce vieillard un chrétien nestorien. Le christianisme s'était, en effet, introduit en Perse. Il encerclait l'Arabie païenne au sud. [...] Selmân fut frappé par la rencontre du vieillard au livre. Mais était-il possible qu'un Dieu supérieur à tous les dieux eût daigné entrer en communication directe avec les hommes?» Le jeune Selmân poursuivit longtemps sa quête de la vérité auprès des grands et respectables chrétiens, sauf qu'auprès de l'un d'eux, il «ne tarda pas à être cruellement désillusionné. [...] Il s'attacha à un nouvel évêque. Cette fois, il fut satisfait.» Mais pas pour longtemps. Il reprit sa longue marche pour une parcelle d'espérance pour une parcelle de vérité. Il arriva, un jour, à Yathrib, trouva un travail dans une palmeraie d'un riche juif, où travaillaient aussi des Arabes venus du Yémen et un certain vendredi 12 Rabî622, il assiste à la pratique d'un nouveau mouvement religieux. Il se mêle à la foule des pratiquants, les interroge, les imite, apprend et pratique.
«Esclave, Selmân ne put accompagner pas à pas, comme il eût souhaité, celui qui était devenu le centre de sa vie. [...] Quel était donc cet homme dont l'émigration (hégire) de La Mecque à Médine devait dater à jamais pour une partie de l'humanité le début d'une ère nouvelle?» Ibn al-Djaouzi (1116 - 1201 (508 -, savant musulman hanbalite dont la lignée remonte à Abou Bakr (Que Dieu soit satisfait de lui) a cette formule: «L'Islâm n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds, mais avec son coeur.»
À bien réfléchir, ne trouve-t-on pas un sens à ce long chemin de quête pour une vie humaine, heureuse et solidaire, un «Vivre ensemble» apaisé?

(*) La Vie de Mahomet d'Émile Dermenghem, Éditions Charlot, Alger, 1950, 326 pages.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha