Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Culture | L'Ecran libre |

L'étonnante maîtrise audiovisuelle de Daesh

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Al Qaîda avait utilisé Al Jazeera comme vitrine médiatique pour se faire connaître dans le monde. Depuis cet été, l'Etat Islamique ou Daesh a créé sa propre plate-forme médiatique, évitant tout contact avec les télévisions arabes et surtout étrangères. Désormais Daesh est la première organisation terroriste à maîtriser totalement la machine audiovisuelle. Le 7 octobre dernier, le groupe de médias Syria Deeply a indiqué qu'une série de règles avait été établie par l'État Islamique (EI) pour les journalistes présents dans la région de Deir ez-Zor, en Syrie. Les 11 règles concrètes, déclarées non-négociables, ont été posées directement par l'EI pour les journalistes «souhaitant continuer à travailler dans ce gouvernorat». Parmi les conditions à respecter, aucun journaliste ne peut publier son travail sans s'adresser d'abord au bureau de presse de l'EI. Il doit être entièrement supervisé par l'EI. Le comble, est que les journalistes peuvent travailler directement avec des agences de presse internationales (comme Reuters, AFP et AP), mais ils doivent éviter toutes les chaînes de télévision par satellite, internationales et locales. Ils n'ont pas le droit de fournir des éléments exclusifs ou d'avoir des contacts (son ou image) avec eux, à quelque titre que ce soit. Les journalistes n'ont pas du tout le droit de travailler avec les chaînes de télévision répertoriées dans la liste noire des chaînes luttant contre les pays islamiques (comme Al Arabiya, Al Jazeera et Maydan TV). L'État Islamique (EI) entend en tout cas maîtriser l'image. Les seules images diffusées sur le front à Kobani sont envoyées par Daesh. Ses éléments, dont la plupart viennent d'Europe ou de pays occidentaux maîtrisent la technologie audiovisuelle moderne. Selon la télévision syrienne, les éléments de Daesh ont même utilisé des Sycam (des caméras drones) pour filmer et recenser les mouvements des militaires syriens et kurdes avant de les contrecarrer. Des méthodes audiovisuelles dignes des grandes télévisions embarquées dans les armées modernes. Daesh ne néglige aucun moyen dans sa guerre médiatique contre l'Occident et les médias arabes qu'il considère impurs, c'est même l'une de ses forces. Il utilise tous les moyens et les plates-formes de médiatisation modernes, Youtube, Tweeter, des parodies de GTA (Grand Theft Auto) un jeu vidéo d'action-aventure développé par DMA Design. Les vidéos de décapitation sont de véritables mise en scène cinématographique avec montage, musique, message et étalonnage des couleurs. On est loin des images amateurs des groupes armés de l'Aqmi. Les images d'exécution des otages occidentaux sont réalisées d'une manière professionnelle, avec une belle image léchée, une lumière impeccable. Mieux encore, l'EI possède un grand ministère de la Com, et produit le Dabiq, un magazine de 50 pages écrit en anglais et disponible sur le Net. La publication a été baptisée ainsi en référence à une ville du nord de la Syrie où se tiennent des combats acharnés entre les pro-Assad et les moudjahi dine. Le magazine Dabiq déploie tout un arsenal idéologique pour défendre sa cause dans le monde entier. En montrant des orphelins pris en charge par l'EI d'un côté, et publie des photos sanglantes de soldats «impurs» éliminés par les djihadistes de l'autre. Alterner démonstration de violence et charité islamique, le tout dans des textes où les références au Coran sont légion. Dabiq, édité en anglais et traduit en français (le n°2 du moins), s'adresse clairement à un lectorat mondialisé qu'il cherche à convaincre dès les premières lignes.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha