Accueil |Culture | L'Ecran libre |

L'Algérie et l'Egypte absentes du sommet des régulateurs audiovisuels africains

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Une nouvelle fois le Maroc continue à dominer l'audiovisuel africain. En effet, la capitale spirituelle du Maroc, Fès, a abrité du 16 au 18 mars, le premier Sommet inter-réseaux entre les régulateurs africains et ibéro-américains de l'audiovisuel, avec la participation de 60 membres représentant 14 instances de pays africains et huit pour la zone ibéro-américaine. La force des Marocains c'est d'être francophones et ibériques. Selon la Haca, les délégations africaines présentes à conclave représentent le Ghana, qui assure la présidence du Riarc, le Cameroun, le Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad, Bénin, Guinée, Guinée-Bissau, Tunisie, Tanzanie, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Côte d'Ivoire et Maroc. Quant aux représentants de la Prai, ils viennent de l'Espagne, Portugal, Mexique, Equateur, Colombie et Chili qui assure la présidence actuelle de ce réseau.
L'Algérie et l'Egypte sont comme d'habitude absentes de ces rencontres internationales et surtout régionales. Organisé par la Haute Autorité marocaine de la communication audiovisuelle (Haca), ce sommet, première inédite à l'échelle internationale entre régulateurs de deux continents, en plus de l'Espagne, du Portugal, de la France, ainsi que des représentants de l'Unesco, offrira à ces autorités des deux rives de l'Atlantique l'occasion d'échanger expériences, modèles et standards relatifs aux missions de la régulation, indique un communiqué de la Haca.
Amorcée dès 2012 à Dakar à l'occasion d'une réunion du Comité d'orientation du Riarc à l'initiative de la Haca, seule instance africaine à jouir du statut de membre-observateur au sein de la Prai, l'idée de réunir les régulateurs africains et ibéro-américains est inscrite à Niamey dans la feuille de route du réseau pour la mandature 2013-2016. Le Réseau des instances africaines de régulation de la communication (Riarc) constitue le cadre de concertation et de coopération multilatéral de référence entre les différentes instances de régulation des médias du continent. Créé en 1998 à Libreville au Gabon, il contribue par la synergie des échanges à asseoir l'autorité technique, professionnelle et institutionnelle de chacune des 34 instances membres. Quant à la Prai, elle regroupe les principales instances de régulation du secteur audiovisuel d'Amérique latine et de la péninsule Ibérique (Espagne et Portugal). Elle compte 12 membres et trois membres observateurs dont la Haca, avec l'objectif majeur de constituer un espace de consultation et de partage d'expériences, notamment sur les dimensions juridique, réglementaire et technique de la régulation audiovisuelle. L'objectif des Marocains est de rassembler tous les régulateurs sous sa coupe, ce que les Egyptiens et les Algériens ont refusé pour le moment. Depuis son arrivée à la tête de l'Arav, Benamadi n'a pas participé à une rencontre internationale. L'objectif c'est de passer la période d'installation et de s'organiser à l'international. Il est certain que l'Arav est plus proche d'un partenariat Sud- Nord qu'un partenariat Est-Ouest.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha