Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Le cinéma quitte les salles pour les hôtels cinq étoiles

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Faute de salles obscures, les rares distributeurs de cinéma en Algérie investissent les hôtels cinq étoiles. C'est ce qui s'est passé à Constantine, où le luxueux hôtel Marriot s'est doté d'un coin de divertissement cinéma «le Marriott Movies Club» en partenariat avec le distributeur MD.Cine, le leader de la distribution de longs métrages étrangers en Algérie en DCP (Digital Cinema Project). Ce n'est pas la première fois que le distributeur algérien se diversifie, puisqu'il a déjà projeté des films à Oran à l'hôtel Méridien, mais même à l'hôtel Sheraton et au Sofitel à Alger. Seulement voilà, l'hôtel Marriott de Constantine a ouvert les portes de son «Marriott Movies Club» seulement aux résidents de la ville de Constantine afin de réconcilier les cinéphiles avec les salles obscures. Le «Marriott Movies Club» propose quatre à six séances de cinéma par semaine, avec des films à l'affiche juste trois jours après leur sortie en France, dont une séance réservée à un film destiné aux enfants tel que le film d'animation Moi Moche et Méchant 3, qui a été diffusé le 14 juillet 2017 avec une audience de près de 200 personnes, sachant que notre salle peut accueillir jusqu'à 1 000 personnes. Pour le bon déroulement de la séance et pour des raisons de sécurité l'accès n'est pas permis aux enfants de moins de 3 ans et ceux qui ont moins de 14 ans doivent être accompagnés par un adulte. Suite aux premières projections, les organisateurs ont demandé l'avis des internautes via les réseaux sociaux et ils ont adoré. Afin de répondre à leurs demandes, les séances de cinéma reprendront le 10 août avec un programme encore plus attrayant: Les pirates des Caraïbes, Annabelle 2, Cars 3 et plein d'autres seront au programme pour faire rêver nos spectateurs. Cette installation du cinéma dans les hôtels cinq étoiles nous rappelle les projections de films dans les hôtels cinq étoiles des pays du Golfe, au Qatar, en Arabie saoudite ou au Koweït pour la simple raison que ces pays n'ont pas de salles de cinéma dans le royaume. Seulement voilà, l'Algérie qui se vantait d'avoir 400 salles à l'indépendance, se retrouve avec seulement une dizaine en 2017. Et seulement quelques-unes sont équipées du service de projection numérique. A Constantine, il y a également des salles de cinéma qui ont été installées du temps de l'événement de la capitale arabe 2015, mais depuis elles sont fermées. Le DCP acheté pour la circonstance, est recouvert de son plastique en attendant une autre projection du film Benbadis en 2018. Il y a quelques jours c'est la même société MDciné qui a été sollicitée pour assurer les projections des films du Festival international du film arabe d'Oran et qui a sauvé la manifestation du scandale après que le DCP de la cinémathèque est «subitement» et «curieusement» tombé en panne. Une panne qui a été selon certaines sources provoquée suite au refus du Commissariat du festival de répondre à une revendication salariale de la cinémathèque. Pauvre cinéma!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha