Accueil |Culture | L'Ecran libre |

La télévision canadienne kabyle TQ5 investit l'Akfadou

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Profitant de ses vacances en Kabylie et de l'affaire du café littéraire d'Aokas, la nouvelle chaîne d'expression amazighe ou plutôt kabyle, TQ5 installée au Canada, a investi le terrain et établi sa communication en Kabylie. C'est ainsi que le journaliste, le docteur Rachid Ait-Ali Oukaci, directeur de communication de la télévision kabyle TQ5 Média Canada, a animé, ce samedi après-midi une conférence au centre culturel Rahmani Slimane d'Aokas, pour parler du déficit d'images de l'identité des minorités kabyles dans le paysage audiovisuel international. Le journaliste venu du Canada a profité de la chaise vide laissée par Berbère TV, Dzair Tv et surtout Beur Tv, (la télévision communautaire kabyle en France) pour installer ses repères dans cette région berbère. Voulant expliquer l'objectif du projet de création de la télévision kabyle, le conférencier a affirmé que le nerf de la guerre durant ces années de mondialisation est l'audiovisuel. Et que le meilleur moyen pour la minorité kabyle est de se faire une place dans le monde et d'avoir des chaînes de télévision, prétextant que l'audiovisuel est le seul moyen pour sauvegarder une minorité. Le conférencier n'a pas expliqué pourquoi dans le pays d'où il vient, le Canada, les minorités amérindienne, afro-américaine ou plus récemment hispanique ne se sont pas imposées en Amérique du Nord et comment les Kabyles vont s'imposer dans un paysage médiatique dominé par les médias arabes et français? L'objectif de l'envoyé spécial de la télévision kabyle TQ5, c'est de promouvoir le projet de télévision, tisser ou consolider des liens avec nos communautés à travers les villes et villages, préparer et organiser des activités artistiques pour surtout lever des fonds. C'est d'ailleurs la seule solution pour survivre. La communauté kabyle étant importante au Canada, les propriétaires de la chaîne kabyle TQ5, envisagent d'organiser des conférences pour expliquer leur projet. C'est d'ailleurs dans ce sens que le 30 juin 2017 à Montréal, une conférence de présentation du projet a été organisée et animée par ses huit fondateurs au profit des personnalités algériennes d'origine kabyle, du monde associatif, et d'affaires kabyles du Canada. Le 5 août 2017 au café littéraire d'Aokas: la conférence de Rachid Aït-Ali Oukaci, directeur de communication de TQ5 Média, a été programmée sur le thème: «Déficit d'images des identités minorisées». Les 9 et 10 août 2017 au village Aït Lqayed en partenariat avec le comité de ce village une formation animée par Houcine Redjala, journaliste, réalisateur et directeur d'une agence de presse sur les approches aux techniques de la presse filmée et le 11 août 2017 une nouvelle conférence-débat toujours animée par le docteur Rachid Aït Ali Oukaci est programmée à la bibliothèque communale d'Akfadou en partenariat avec le conseil communal de jeunes d'Akfadou (Ccja) avec le cinéaste Réda Amrani, directeur artistique de TQ5 sur le thème: «État des lieux de l'audiovisuel en Afrique du Nord et son impact sur l'aliénation identitaire et linguistique.» Plusieurs autres manifestations artistiques et musicales seront organisées en kabyle durant tout le mois d'août. Mais le 4 novembre 2017, la 2e édition des Journées de courts-métrages kabyles en hommage à Azzedine Meddour sera organisée à Montréal. Des dizaines d'autres activités de formation, de conférences et d'animation de spectacles artistiques sont en cours de finalisation pour l'été et l'automne 2017 et surtout pour la communauté kabyle de Paris, Marseille, Lyon, Londres, Berlin, du Québec, Ottawa, Gatineau et de Philadelphie où le programme avance bien. Mais pour le moment le modèle de la chaîne TQ5, reste invisible puisque personne ne capte ses images en Algérie.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha