Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Les chaînes privées algériennes piratent des films sans les censurer

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les télévisions algériennes privées continuent de pirater des films étrangers, essentiellement des films américains, en langue française. Cette pratique s'est généralisée avec l'été où la majorité des chaînes sont en vacances et la production locale inexistante. Ainsi les chaînes El Bilad, KBC, Fadjr Tv mais aussi Beur TV, Echourouk TV, Numidia News et El Djazaïria TV, diffusent chaque soir des films américains en version française parfois des films très récents, comme les films Harry Potter, braquage à l'américaine ou encore
le transporteur, sans prendre la peine de contrôler le contenu de certaines scènes. En effet, si certaines chaînes ont pris la peine de supprimer les scènes de nus, ils oublient de supprimer le contenu de certains dialogues jugés vulgaires. Ni le ministère de la Communication ni l'Arav n'interviennent pour rétablir l'ordre entre ses chaînes. Ce n'est pas la première fois que les chaînes de télévisions privées algériennes piratent des films étrangers. Depuis leur lancement, plusieurs chaînes, à commencer par Echourouk TV avaient commencé à diffuser des films récents piratés, sans être inquiétées. Celles-ci savent qu'elles ne sont pas contrôlées dans la région Mena, tant que les films diffusés sont en langue française. Le groupe saoudien MBC et le qatari bein possèdent un catalogue de films américains mais en langue anglaise, ils n'ont pas le droit juridique d'intervenir quand un titre est diffusé en langue française. Seulement les programmes diffusés par les chaînes privées ne sont pas contrôlés par des personnes qualifiées pour cette mission et on se retrouve avec des scènes et des commentaires assez vulgaires. On se souvient de l'épisode de la chaîne de sport El Heddaf qui avait diffusé en plein Ramadhan une caméra cachée qui mettait en valeur un enfant tenant un objet généralement utilisé dans les films pour adultes. L'Autorité de régulation de l'audiovisuel avait enquêté sur cet épisode mais n'a pas pris des sanctions contre la chaîne. Même situation retrouvée quand la chaîne installée à Constantine, l'index TV avait diffusé sans censure le film L'exorciste. En plus de la séquence de l'exorcisme, le film est truffé de séquences et de dialogues jugés obscènes par les critiques et qui ont obligé les autorités de la régulation à interdire le film aux moins de 16 ans. L'absence de sanctions et de contrôle par l'Arav a conduit à la situation actuelle. En plus de la médiocrité des programmes diffusés, les chaînes privées algériennes, en panne de production et de création, cachent leurs défauts avec des films américains de qualité.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha