Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Quand l'Algérie permet à Sawiris de lancer le festival de Gouna

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

En regardant l'ouverture du festival de Gouna, organisé par le milliardaire Naguib Sawaris, l'imposante scène cinématographique et le parterre de stars arabes et étrangères, j'ai compris combien de temps nous avons perdu à construire un cinéma et surtout une structure qui la porte. En 2001, quand Naguib Sawiris avait décroché la licence de premier opérateur mobile privé avec Djezzy, pour 720 millions de dollars, il avait avalé sa langue, car il n'avait pas cette somme. Il fallait payer à l'Etat algérien une première tranche pour commencer à travailler en Algérie. C'est ainsi qu'il sollicita les Palestiniens, quelques Algériens et même les Français pour ramasser une première somme de 370 millions de dollars. L'Algérie était la première étape d'Orascom télécoms à l'international. Naguib Sawiris qui avait hérité de l'argent de son père Onsi, avait lancé en 1950, sa première société de BTP spécialisée dans la construction de routes et de canaux. Après la nationalisation de sa société en 1961 par Nasser, il quitte l'Égypte pour lancer d'autres projets de construction en Libye. En 1976, Onsi Sawiris crée l'entreprise Orascom constructions et industries avec seulement cinq employés. Son entreprise est devenue un conglomérat qui oeuvre dans le domaine de la construction, du tourisme, de la technologie et de la télécommunication. Ses fils sont à la tête des différents domaines d'activités du conglomérat. Naguib Sawiris a profité du complexe du colonisé des Algériens pour les Français, afin de réussir son affaire, alors que l'Algérie était considérée comme un pays à risque. Les Sawiris savent que c'est dans les pays à risque qu'ils peuvent travailler en toute tranquillité et sans qu'on leur demande des comptes. Après l'expérience algérienne, OTH a investi en Irak, alors qu'aucun opérateur européen ne voulait investir dans une zone en guerre. L'affaire fut rentable aussi et fut revendue ensuite. Le succès de Djezzy a rapporté beaucoup d'argent à Sawiris qui acheta ensuite la société italienne du téléphone fixe Wind. Des affaires qui marchent bien au point qu'elles aient été fusionnées avec VimpelCom et l'affaire sera d'autant plus rentable quand il vendra 51% des parts de Djezzy à l'Etat algérien. Aujourd'hui, devenu riche et puissant médiatiquement, Sawiris rachète Euronews pour avoir plus d'influence et retourne investir plus de 60 ans après avoir été exclu par Nasser dans son pays, dans un désert qui deviendra comme Cannes, une station de tourisme et de cinéma. En lançant le festival de Gouna, qui est présenté comme le premier rendez-vous des artistes et qui est appelé à détrôner le festival de Marrakech, de Dubai et même du Caire. Soutenu par le président Al Sissi, Naguib Sawiris, le Copte, est autorisé à investir dans tout, sauf en politique.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha